Films dans la base

Retour à Forbach

Régis Sauder, 2017

Régis Sauder revient dans le pavillon de son enfance à Forbach. Il y a 30 ans, il a fui cette ville pour se construire contre la violence et dans la honte de son milieu. Entre démons de l’extrémisme et déterminisme social, comment vivent ceux qui sont restés ? Ensemble, ils tissent mémoires individuelles et collectives pour interroger l’avenir à l’heure où la peur semble plus forte que jamais.

Passeuse des Aubrais (La)

Michael Prazan, 2016

Michaël Prazan éclaire les zones d’ombre d’un passé meurtri : l’histoire de son père, orphelin juif sous l’Occupation, sauvé par une inconnue qui le fait passer en zone libre.

Rumble. The Indians who rocked the world

Catherine Bainbridge, Alfonso Maiorana, 2016

RUMBLE est un long métrage documentaire retraçant le rôle joué par les Autochtones dans l’histoire de la musique populaire.

Madame B, histoire d’une Nord-coréenne

Jero Yun, 2016

Alors qu’elle quitte clandestinement la Corée du Nord, Madame B est vendue à un paysan chinois par ses passeurs. Devenue passeuse à son tour, elle se lance dans une bataille pour retrouver ses enfants qui l’amène jusqu’en Corée du Sud. Mais les services secrets s’en mêlent…

Voyage en Anatolie

Bernard Mangiante, 2016

Un siècle après le génocide de 1915, Bernard Mangiante a imaginé un road-movie documentaire. Il a proposé à sept personnages, tous Arméniens, de parcourir deux des provinces orientales de la Turquie où vivaient autrefois de très importantes communautés arméniennes.

Sinto a tua falta

Lucas Roxo, 2016

En février 1971, Léonor quitte le Portugal pour s’installer en France. Sa fille ne la rejoindra qu’au bout de quatre mois. Quarante ans plus tard, nous retraçons le chemin de l’exil pour ausculter la distance créée par le passage de la frontière. En réécrivant les lettres jamais prononcées, en revenant sur les lieux de l’époque, un nouveau mouvement s’enclenche.

Ma révolution

Ramzi Ben Sliman, 2016

Marwann est un adolescent rayonnant qui peine cependant à exister dans le cœur de Sygrid. Tout change lorsqu’il devient malgré lui le porte drapeau de la révolution du Jasmin…

Balada del Oppenheimer Park (La)

Juan Manuel Sepúlveda, 2016

«  L’est du centre-ville de Vancouver est l’une des plus grandes concentrations de communautés natives du Canada urbain […]. Oppenheimer Park, cimetière indien avant la colonisation, est au centre de ce quartier que certains considèrent comme la plus grande réserve canadienne  ». Avec un sens aigu du cadre, Juan Manuel Sepúlveda se tient dans les limites de ce parc et y filme le quotidien de Harley, Bear, Janet et Dave.

Tombeau pour Khun Srun (Un)

Eric Galmard, 2015

Khem se confronte à la mémoire de son père, Khun Srun, écrivain cambodgien, entré dans le maquis des Khmers rouges en 1973 et exécuté par eux en 1978.

Chemins arides (Les)

Arnaud Khayadjanian, 2015

Les chemins arides, c’est l’histoire d’une marche à travers l’Anatolie. Arnaud Khayadjanian entame un périple en Turquie, sur la terre de ses ancêtres, rescapés du génocide arménien. À partir d’un tableau, de ses rencontres et de témoignages familiaux, il explore la situation méconnue des Justes, ces anonymes qui ont sauvé des vies en 1915.

Nuit s’achève (La)

Cyril Leuthy, 2015

Ce documentaire est le récit de multiples tentatives de réconciliation… Un fils qui cherche son père. Un père qui retrouve son enfance. Un amant qui découvre un grand-père kabyle. Et l’Algérie, celle d’hier et d’aujourd’hui… D’une Lorraine hivernale aux confins des Aurès, dans une approche documentaire où souffle avec force le vent de la fiction, le film trace plusieurs lignes, oscillant entre intime et collectif et cherchant à capter l’épaisseur de la vie.

Oka legacy (The)

Sonia Boileau, 2015

Sonia Bonspille-Boileau est originaire de Kanehsatake, une réserve mohawk près de Montréal. Elle n’avait que 12 ans quand le conflit d’Oka a éclaté, en 1990, mais elle se souvient parfaitement de cet été-là… Dans cet émouvant documentaire très personnel, elle nous fait voyager à travers le temps pour découvrir comment la crise d’Oka a déclenché la résurgence de l’identité autochtone et a, finalement, contribué à changer le cours de l’histoire canadienne, se faisant le terreau fertile d’initiatives victorieuses comme la création du réseau audiovisuel APTN, de mobilisations historiques comme Idle no More ou encore de processus aussi fondamentaux que celui de la récente Commission Vérité et Réconciliation.

Riz cantonais

Mia Ma, 2015

La réalisatrice fait un aller-retour entre sa famille et des chinois récemment arrivés en France pour trouver un sens à son ignorance de sa langue paternelle, le cantonais…

Sumé, Le Son d’une Révolution

Silis Høegh Inuk, 2014

Sumé fut le premier groupe rock à chanter en groenlandais. Ses chansons politiques dénonçaient les injustices sociales au Groenland et les textes poétiques du charismatique Malik ont inspiré aux auditeurs l’envie d’utiliser leur langue maternelle marginalisée et de devenir politiquement actifs. Les chansons de Sumé sont devenues la bande-originale des premières protestations de jeunes Groenlandais contre l’administration danoise et en faveur de l’autonomie.

Parole assassinée (La)

Alyson Cleret, 2014

Écho d’un espoir ou d’une disparition, trois générations se répondent, et questionnent leur langue, le breton, comme héritage.

Sous tes doigts

Marie-Christine Courtès, 2014

À l’occasion du décès de sa grand-mère, une jeune eurasienne revit, entre danse et rituels, l’histoire singulière des femmes de sa famille, de l’Indochine coloniale à l’isolement d’un camp de transit.

Souffrance est une école de la sagesse (La)

Ariane Astrid Atodji, 2014

Depuis son arrivée au Cameroun il y a quarante ans, le père de la réalisatrice n’a plus jamais remis les pieds dans son pays natal, le Bénin. Qu’est-ce qui l’aurait poussé à partir sans laisser de traces, à abandonner sa famille et cette enfant qu’il a eue au Bénin exactement l’année de son «  exil  » et dont il n’a plus jamais eu de nouvelles  ?

Mort du dieu serpent (La)

Damien Froidevaux, 2014

Suite à une bagarre qui a mal tourné, Koumba, vingt ans, est expulsée au Sénégal. Arrivée en France à l’âge de deux ans, elle avait négligé de demander la nationalité française à sa majorité.

Héritage retrouvé (L’)

Pierre Goetschel, 2014

À partir de quelques objets rassemblés dans deux boites, le réalisateur part en quête de la mémoire de ses grands-parents qu’il n’a pas connus. Leurs traces retrouvées révèlent une destinée collective méconnue : avec la guerre, un très grand nombre de réfugiés juifs français et étrangers arrivent à Limoges. Tout un monde s’organise pendant la tourmente, une communauté de destin se met en place.

Je te le rappelle, tu t’en souviens

Valérie Osouf, 2014

Quelques jours avant sa mort, une très vieille femme tente de se remémorer son passé.

Home sweet home

Nadine Naous, 2014

A la suite des difficultés financières de son père, directeur d’une école progressiste dans la banlieue sud de Beyrouth zone d’influence du Hezbollah, la réalisatrice retourne au Liban. En famille, les discussions fréquentes et souvent drôles, sont animées. A partir de ces confrontations se dessinent l’histoire récente du pays et la façon dont les changements politiques ont irréversiblement transformé la société.

I comme Iran

Sanaz Azari, 2014

Bruxelles, dans le huis clos d’une salle de classe. A partir d’un manuel datant de la révolution islamique, la réalisatrice apprend à lire et écrire le persan, sa langue maternelle. Au fil des leçons, son professeur lui transmet les rudiments de la langue, porte d’entrée vers l’histoire et la culture iraniennes. Progressivement le didactisme des leçons est détourné en un collage poétique et visuel qui met en jeu la notion de liberté et questionne le sens d’une révolution.

Perdus entre deux rives, les chibanis oubliés

Rachid Oujdi, 2014

Ils s’appellent Abdallah, Ahmou, Mohamed, Ramdane, Salah, Sebti, Tahar. Ils sont venus d’Algérie, entre 1951 et 1971, seuls, pour travailler en France. Ils prévoyaient, un jour, de repartir au pays. Les années se sont écoulées, ils sont maintenant retraités. Ils sont toujours là. Ils ont migré d’une rive à l’autre de la méditerranée sans mesurer vraiment la rupture que cela allait provoquer. Pas complètement d’ici, plus vraiment de là-bas…

Fifi hurle de joie

Mitra Farahani, 2013

Fifi hurle de joie témoigne des deux derniers mois de la vie de Bahman Mohassess, légende de l’art moderne iranien. Ce curieux Diogène contemporain, après un exil volontaire d’une trentaine d’années, s’apprête à réaliser son œuvre ultime. Celle-ci lui est commandée par deux admirateurs, artistes eux-mêmes, venus d’Iran. L’intrigue se dirige progressivement vers l’histoire de ce «  chef-d’œuvre inconnu  ».

Révolution Zendj

Tariq Teguia, 2013

L’enquête d’un journaliste algérien sur d’anciennes révoltes oubliées, qui devient une odyssée captivante et labyrinthique.

In Sarmatien

Volker Koepp, 2013

Depuis 1972, Volker Koepp filme la Sarmatie, qui s’étend de la Baltique à la mer Noire. Il y interroge aujourd’hui la jeunesse de ce territoire transnational mythique violemment remodelé par l’Histoire.

À Mille lieues de la revolution

Behzad Adib, 2013

En 1984, Imad a quitté Damas pour s’établir à Montréal. Depuis, il partage son temps entre son métier de chauffeur de taxi, sa famille et la couverture médiatique de la révolution syrienne.

Vierge, les coptes et moi (La)

Namir Abdel Messeeh, 2012

Namir part en Egypte, son pays d’origine, faire un film sur les apparitions miraculeuses de la Vierge au sein de la communauté copte chrétienne. Très vite l’enquête lui sert de prétexte pour revoir sa famille, à la campagne  ; et pour impliquer tout le village dans une rocambolesque mise en scène… Entre documentaire et autofiction, une formidable comédie sur les racines, les croyances… et le cinéma.

Pieds verts

Elsa Duhamel, 2012

Ce documentaire animé nous présente Jeanine et Alain, français d’origine algérienne, vivent dans le nord de la France où ils ont créé un jardin méditerranéen.

Facebook de mon père (Le)

Erige Sehiri, 2012

Erige Sehiri part à la rencontre de son père. Il semble que la révolution tunisienne et Facebook l’aient métamorphosé, peut-être même définitivement éloigné. Au point d’avoir quitté la France pour Kesra, son village d’origine. À travers le portrait de son père, la réalisatrice dresse un constat sur le déracinement et l’addiction aux réseaux sociaux.

Mille soleils

Mati Diop, 2012

En 1972, Djibril Diop Mambety, oncle de la réalisatrice, tourne Touki Bouti. Mory et Anta s’aiment et partagent le même rêve : quitter Dakar. Au moment fatidique, Anta embarque, Mory reste sur les quais, incapable de s’arracher à sa terre. En 2012, Mille Soleils enquête sur l’héritage personne et universel que représente Touki Bouti. Histoires de famille, d’exil et de cinéma se croisent entre la sphère de l’intime et celle du mythe.

En terrain connu

Nassim Amaouche, 2012

En pleine Kabylie, le père de Nassim Amaouche creuse dans les ruines de sa maison bombardée en 1957. À la recherche d’une enfance oubliée, ou d’une nouvelle histoire à écrire entre les deux hommes.

Rêve de Fouad (Le)

Martin Duckworth, 2012

Fouad Sahyoun est né à Haïfa en 1943. Sa famille a subit l’exode en 1948 et a du fuir au Canada. Il apprend que l’Hôtel Windsor, à Haifa, qui appartenait autrefois à la famille de sa femme Haala, est à vendre.

Madame la France, ma mère et moi

Samia Chala, 2012

En revisitant les stéréotypes qui collent à la femme arabe depuis l’histoire coloniale, Madame la France, ma mère et moi interroge le regard que portent les Français sur les femmes d’origine maghrébine.

Journal d’un citoyen tunisien

Walid Tayaa, 2012

Journal personnel d’un jeune réalisateur tunisien, regards croisés sur la Tunisie d’antan et celle d’aujourd’hui. Un voyage à travers l’enfance, les parents, la jeunesse, la politique et le cinéma…

Destin de l’Inde (Le)

Laurent Jaoui, 2012

Comment l’Inde est-elle devenue l’une des premières puissances mondiales, dotée de l’arme nucléaire alors que jadis un homme comme Churchill lui promettait un effondrement fracassant sans la présence des colons anglais ? La famille Agrawal de New Delhi nous fait découvrir l’histoire indienne, telle qu’elle l’a vécue depuis l’indépendance de 1947.

Nos petites Espagnes

Ismaël Cobo, Xavier Baudoin, 2012

Ce documentaire se propose de donner un aperçu de la richesse et de la diversité de l’immigration espagnole en France à travers les lieux de vie et de mémoire que sont ses « casas, centros, hogares, colonias » disséminés dans tout l’Hexagone.

Devil (The)

Jean-Gabriel Périot, 2012

Sept minutes d’archives sur les Black Panthers sur fond de musique post-punk.

Ez Kurdim

Antoine Laurent, Nicolas Bertrand, 2012

Ez kurdim est un voyage au fil des rencontres, porté par un poème de Musa Anter, dans le Kurdistan d’aujourd’hui. Par sa poésie, ses chants, ses paysages somptueux et ses témoignages, le film porte un regard sensible et humain sur ce peuple en quête de reconnaissance.

Rite, la folle et moi (Le)

Gentille Assih Menguizani, 2012

L’Akpéma est un rituel, en pays Kabié (au nord du Togo), au cours duquel les femmes âgées apprennent aux jeunes filles comment devenir des femmes dignes et mûres. Au cours de son initiation, Gentille apprend des secrets sur l’histoire de sa grand-mère. Elle comprend aussi pourquoi son père la maltraitait. Aujourd’hui, choisie comme marraine pour l’Akpéma de sa petite sœur, il lui revient de transmettre à celle-ci cette histoire qu’elle a portée en elle, comme une femme porte un bébé en son sein.

En retard pour l’enterrement de ma mère

Penny Allen, 2012

Tourné dans 3 pays sur une durée de 3 ans, En retard pour l’enterrement de ma mère est le portrait intime d’une famille maghrébine à la dérive suite au décès de leur mère Zineb, célèbre trafiquante d’or et de bijoux. Au-delà de l’histoire familiale, le film met l’accent sur les identités transfrontalières, sur la figure tutélaire de la mère dans la famille arabo-musulmane, et sur l’influence des contextes politiques sur la vie des individus.

Couleur de peau : miel

Jung, Laurent Boileau, 2012

Ils sont 200.000 enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée. Né en 1965 à Séoul et adopté en 1971 par une famille belge, Jung est l’un d’entre eux. Adapté du roman graphique «  Couleur de peau : Miel  », le film revient sur quelques moments clés de la vie de Jung : l’orphelinat, l’arrivée en Belgique, la vie de famille, l’adolescence difficile…

Demande à ton ombre

Lamine Ammar-Khodja, 2012

C’est un «  Cahier de retour au pays natal  » qui commence le 6 janvier 2011, date de déclenchement des émeutes populaires à Alger. Quand on revient après huit années d’absence, la question qui se pose est : comment trouver une place parmi les siens  ? Mais le train est en marche et les questions existentielles vont s’entremêler avec l’actualité politique bouillonnante de la région.

Ils ont rejoint le front

Jean Asselmeyer, 2012

Un film documentaire sur les Algériens d’origine européenne, communément appelés les pieds noirs, anticolonialistes et partisans de l’indépendance en Algérie.

Voukoum

François Perlier, 2012

Un Voukoum, en créole guadeloupéen, c’est un mouvement massif et bruyant, un désordre provoqué sciemment pour provoquer l’éveil politique et artistique des gens de la rue, des vyé nèg (« vieux nègres »). C’est à la fois le tumulte et la révolte. C’est aussi le nom choisi par les membres du mouvement culturel implanté depuis le début des années 80 dans le quartier populaire du « Bas du bourg » à Basse Terre, en Guadeloupe : Mouveman Kiltirel Voukoum.

Yamo

Rami Nihawi, 2011

Après dix ans d’absence, le cinéaste revient auprès de sa famille au Liban. Son père est parti mais il y retrouve ses frères, sa sœur et sa mère. Il filme surtout Nawal, sa mère, une femme qui a vécu tous les événements terribles ayant touché le pays. À travers son histoire, le cinéaste cherche à retrouver son identité.

Île perdue (L’)

Caroline Rubens, 2011

C’est l’histoire d’une île, d’un rêve de bonheur, d’un rêve d’ailleurs. L’histoire d’une famille réunionnaise avec ses destins réinventés, ses violences et ses secrets. L’histoire d’un paradis perdu. La réalisatrice nous embarque dans sa quête personnelle, et avec elle ses proches, sur les pas de ses ancêtres…

Bons baisers de la colonie

Nathalie Borgers, 2011

Ce documentaire exhume le secret lié à l’existence de la tante de la réalisatrice, née au Rwanda et ramenée en Belgique dans les années 30

Resistencia en la linea negra

Collectif Zhigoneshi, 2011

À travers un voyage révélateur, et partant d’une intimité rarement divulguée publiquement, une équipe de réalisateurs autochtones brandissent les caméras pour montrer au monde les actions que leurs autorités spirituelles – les Mamos – ont entreprises pour faire face aux graves menaces pesant sur leur territoire ancestral.

Romanès

Jacques Deschamps, 2011

Le cirque Romanès : un cirque à taille humaine, où la nature gitane est mise en valeur. Ce film est l’histoire de la vie de saltimbanques qui veulent préserver ce qui compte le plus pour eux : le droit d’être nomades et libres.

Méditerranées

Olivier Py, 2011

Comment montrer l’Histoire ? Comment parler d’un souvenir aussi vibrant que la pellicule Super 8 sur lequel il est inscrit ? Lorsque la mère d’Olivier Py achète en 1961 une caméra Super 8, elle commence par filmer la mer puis tourne l’appareil sur sa famille. Le réalisateur se souvient de son origine pied-noir, des affrontements, des voitures plastiquées, de la mer – et cette « mère » également - douce et vaillante qui soutenait leur famille rattrapée par l’Histoire et les « événements d’Algérie ».

Would you have sex with an Arab ?

Yolande Zauberman, 2011

Des Juifs, des Arabes, tous citoyens d’un même pays. Israël. Aucun mur ne les sépare. Un Israélien sur cinq est arabe. Et pourtant… Une simple question vient prendre tout le monde par surprise. Aux uns : « Would You Have Sex With an Arab ? » Aux autres : « Would You Have Sex With An Israeli Jew ? » Ils ne s’y attendent pas. Troublés, ils rient, hésitent, improvisent, s’étonnent de leurs propres réactions.

Nés derrière les pierres

Carina Freire, 2011

La réalisatrice réalise à l’aide de photographies un portrait de sa famille : d’un côté, ses parents, qui ont immigré en Suisse, de l’autre les parents de son compagnon, des universitaires suisses.

Convention : Mur noir/Trous blancs

Joris Lachaise, 2011

Comment un film qui prend comme point de départ la post-colonisation en Afrique rejoint la question plus générale de la colonisation des esprits et des corps par toutes les formes de « convention » ? Et comment, la célébration du cinquantenaire de l’indépendance au Mali, ce mois de septembre 2010, devient matière à interroger la fonction du rhapsode, de celui qui raconte et par conséquent crée ?

Où est le soleil ?

Claire-Sophie Dagnan, 2011

À travers le regard de neuf artistes, attachés à deux pays, le Brésil et le Japon, Où est le Soleil aborde la question de l’identité et de la diversité culturelle.

Era del buen vivir (La)

Aline Dehasse, Jeroen Verhoeven, 2011

Ce documentaire raconte l’histoire de Mayas d’aujourd’hui qui, en mettant en pratique leur propre définition du développement, construisent leurs propres solutions pour demain. Pourtant, les défis qui se présentent à eux sont épiques.

Langue de Zahra (La)

Fatima Sissani, 2011

La réalisatrice filme sa mère, et, à travers elle, pose un regard sur la langue Kabyle. Cette langue, c’est l’ultime bagage que des milliers d’émigrants kabyles ont emporté avec eux… Une langue pour se construire un ailleurs qui ne soit pas que l’exil.

Espoir voyage

Michel K. Zongo, 2011

Au Burkina Faso, l’émigration des jeunes gens vers la Côte-d’Ivoire est une sorte de rite, un passage à l’âge d’adulte… Si normalement la règle est de partir pour revenir, beaucoup sont ceux qui ne reviennent pas de cette aventure, et cela pour diverses raisons. Récit du frère d’un de ces migrants qui est parti, et jamais revenu.

Nos ancêtres les gauloises

Christian Zerbib, 2011

Dix femmes venues de très loin, installées en Bourgogne, racontent « leur » France. Leurs souvenirs ont donné naissance à une pièce de théâtre, dont ce film raconte l’aventure.

Enfants d’Hampaté Bâ (Les)

Emmanuelle Villard, 2011

À travers les souvenirs personnels du slammeur peul Souleymane Diamanka et la destinée de sa famille, c’est d’un multiculturalisme qu’on explore. Entre tradition et modernité, héritages et acquisitions, un film sur l’identité et ses multiples visages.

Serment (Le)

Peter Kosminsky, 2011

Le film relate le parcours de deux personnages : Erin, une Londonienne de 18 ans, qui se rend pour la première fois en Israël, et Len, son grand-père, un soldat des forces britanniques de maintien de la paix dans la Palestine des années 1940.

Pologne aller-retour

Anna Pitoun, 2011

Au départ, il s’agit de filmer pour rendre compte d’une première : un voyage inédit réunissant Juifs et Tsiganes de France sur les terres de la déportation. Un périple de 5 jours, d’Auschwitz-Birkenau à Treblinka. Mais très vite, les liens se tissent entre les voyageurs et le film prend une nouvelle tournure.

A posteriori

Mickaël Foucault, Maëlle Maugendre, 2011

Le parcours de deux anciens réfugiés espagnols, depuis leur passage de la frontière en février 1939 jusqu’à leur installation définitive sur le territoire français.

Mollement un samedi matin

Sofia Djama, 2011

Un soir, Myassa est victime d’un violeur qui bande mou. Rentrée chez elle, une fois de plus, la plomberie est défaillante et elle ne peut pas se doucher. Le lendemain, Myassa a deux priorités : porter plainte et trouver un plombier. Mais la revoilà face à son violeur…

On l’appelait Tom

Daniel Kupferstein, 2011

Le film retrace le parcours de Stanislaw Tomkiewicz (Tom), personnage qui a survécu aux camps de concentration, puis passe ensuite sa vie de médecin pédiatre à soutenir tous les « damnés de la terre », du FLN au peuple palestinien.

Ici finit l’exil

Kiyé Simon Luang, 2010

Le film «  Ici finit l’exil  » croise intimement les parcours de vie d’une famille laotienne - frère, sœur, mère naturelle, mère adoptive, cousins, cousine, enfants - qui a trouvé en France une terre d’asile dont l’autre nom est exil.

Il nous faut regarder. Libres Itinéraires d’exil de Jordi et José

François Boutonnet, 2010

Le film évoque la vie de deux personnages hors du commun, Jordi et José, qui ont connu, enfants, la guerre d’Espagne, la retirada, les camps, l’exil. Ces libres héritiers de la révolution espagnole ont cependant construit dans le sud de la France une vie riche, inventive, altruiste et exemplaire. Malgré l’exil et peut-être même à cause de l’exil…

Lettres intimes à l’Algérie

Myriam Hammini, 2010

Le journal d’une jeune femme algérienne vers un retour au pays natal très lent, l’Algérie, passant par les USA, la Turquie, l’Asie.

Etrangers des deux rives

Hamid Arab, 2010

Des milliers d’immigrés originaires du Maghreb arrivèrent en France pour participer à l’effort de reconstruction. Aujourd’hui, au soir de leur vie, ils se retrouvent dans une solitude totale, remisant au placard le mythe du retour qui leur a donné la force d’aller de l’avant.

Abderrahmane Sissako - Une fenêtre sur le monde

Charles Castella, 2010

Portrait du cinéaste Abderrahmane Sissako, né en Mauritanie et installé à Paris depuis une quinzaine d’années et qui interroge les rapports en l’Afrique et l’Occident : les relations du cinéastes avec la France et avec son pays d’origine, le rapport à l’autre et la notion d’identité, la création quand on possède deux cultures.

Comment recadrer un hors-la-loi en tirant sur un fil

Lamine Ammar-Khodja, 2010

Un Algérien dyslexique rencontre un manouche sur un banc bleu, une Algérienne dans un champ vert, un Allemand ou un Turc au milieu de ruines. Au lieu d’un film sur l’identité, il comprend « lis ton idée ». Non loin, traîne le débat sur l’identité nationale.

Mon oncle de Kabylie

Chloé Hunzinger, 2010

La réalisatrice enquête sur son oncle, un kabyle venu, en 1948, étudier en France avec 3 de ses cousins. En 1962, alors que les trois cousins sont rentrés en Algérie, lui a fait le choix de rester en France.

Babás

Consuelo Lins, 2010

À partir d’une recherche iconographique,Babás mélange des éléments autobiographiques et une réflexion sur le rôle et la présence des « nounous » (babás) dans le quotidien des familles aisées brésiliennes à travers le temps.

Reel Injun

Neil Diamond, 2010

Ce road-movie, long métrage documentaire, retrace l’évolution de la représentation des Amérindiens de l’époque du cinéma muet jusqu’à nos jours.

Né sous Z

Frédérique Pollet Rouyer, 2010

Un film sur les enfants métis en Indochine «  rapatriés  » en France, arrachés à leur mère après la chute de Saigon.

Il nous faut du bonheur

Alexandre Sokourov, 2010

Peindre une communauté musulmane du Moyen Orient à travers le portrait d’une femme, une femme maîtresse de la maisonnée, tel est le défi du film, qui veut se loger au cœur de la contradiction.

Mouss et Hakim, origines contrôlées

Samia Chala, 2010

Ce film raconte le Tour de la France par deux enfants « d’origine contrôlée », comme disent avec ironie Mous et Hakim, chanteurs du groupe Zebda.

Fix me

Raed Andoni, 2010

Raed, auteur réalisateur, sorte de cousin palestinien de Woody Allen, a mal à la tête, au sens propre comme au figuré. Cela l’empêche de travailler. Armé d’humour et d’une certaine ironie, il interroge alors sa place dans la société palestinienne. Au risque de déconcerter sa propre famille et ses vieux amis, il décide de se faire soigner et de filmer sa psychothérapie..

Avant de franchir la ligne d’horizon

Habiba Djahnine, 2010

“Regard sur 20 ans de mobilisation/répression politique en Algérie à travers la parole de femmes et d’hommes militants, mais aussi un regard personnel sur le pays”.

Aria Tammorra

Andrea Gagliardi, 2010

Trois chanteurs virtuoses des communautés paysannes des alentours du Vésuve incarnent une tradition musicale d’une vitalité inouïe : la Tammurriata.

Temps des cafés (Le)

Yaël Epstein, Grégory Mouret, Marilou Terrien, 2010

Le temps des cafés retrace l’histoire singulière de ces lieux de retrouvailles et de convivialité qui ont joué un rôle essentiel dans la vie quotidienne des hommes venus du Maghreb pour travailler en France.

Si loin, si près

Chujing Xu, 2009

En Ardèche, une jeune réalisatrice chinoise accompagne une auxiliaire de vie auprès de quelques personnes âgées. Instants de douceur partagés, rires et silences. Parallèlement, la jeune femme évoque la fuite du temps et la disparition du grand père aimé dans une déambulation rêveuse le long des routes et sous le ciel, si près si loin, de sa vie passée.

Chemin noir (Le)

Abdallah Badis, 2009

De la campagne paisible française aux paysages sidérurgiques sinistrés de Lorraine, le film traverse la France d’aujourd’hui et celle d’hier. Années soixante, guerre d’Algérie, la remontée dans le temps s’apparente à une descente aux enfers, elle exhume la vie des manœuvres algériens de la sidérurgie, le métal en fusion et l’usine disparue.

Maison de Jean (La)

Valérie Garel, 2009

Déambulation à travers un ancien site industriel, propriété familiale en Ardèche. Au dix-neuvième siècle, cette fabrique de soie rayonnait dans toute la région. Aujourd’hui, elle est en état de délabrement avancé. Au travers d’une voix off, la réalisatrice Valérie Garel, raconte l’histoire de son père, dernier patron anticonformiste du lieu et leur incompréhension mutuelle grandissante.

Vie après la Shoah (La)

Francis Gillery, 2009

Ce film, qui s’inscrit clairement dans l’histoire de l’après Shoah, pose la question du retour à la vie ordinaire des survivants juifs, la reconstruction personnelle, la refondation d’une famille, l’accomplissement dans une vie professionnelle, sur la résilience (concept de Boris Cyrulnik), mais aussi sur le ressentiment et la vengeance.

Daniel Timsit, l’Algérien

Nasredine Guenifi, 2009

Daniel Timsit, né à Alger, en 1928, dans une modeste famille de commerçants judéo-berbères, a participé activement à la guerre d’indépendance de l’Algérie. Dans un documentaire réalisé par Nasredine Guenifi, l’ancien militant s’exprime sur l’évolution de l’Algérie, explique ses engagements et parle de son identité algérienne : « Je n’ai jamais été un Européen » déclare-t-il.

Zindeeq

Michel Khleifi, 2009

Un cinéaste palestinien doté d’un passeport européen revient à Nazareth. Il doit y enterrer un oncle. Il séduit des femmes, puis est confronté à un drame qui le pousse à fuir dans sa propre ville, à combattre ses démons. Et à s’interroger sur le choix qu’ont fait ses parents. Fallait-il rester en Palestine-Israël en 1948 ?

Invictus

Clint Eastwood, 2009

1994 - L’élection de Nelson Mandela consacre la fin de l’apartheid, mais l’Afrique du Sud reste une nation profondément divisée sur le plan racial et économique. Pour réconcilier son pays avec lui-même et donner à chaque citoyen un motif de fierté, Mandela fait un pari risqué : présenter la petite équipe sud-africaine de rugby à la Coupe du Monde…

Darwin (R)évolution

Philippe Tourancheau, 2009

Un docu-fiction qui donne l’occasion de se souvenir que non, l’homme n’est pas le centre de l’univers ni celui du vivant…

Bassadji

Mehran Tamadon, 2009

Un cinéaste iranien, vivant en France, athée et enfant de militants communistes sous le Shah, face aux gardiens du régime islamique.

Antillais d’ici

Mehdi Lallaoui, 2009

Caméra sur les Metro-Caribéens : les Antillais vivant en métropole.

Cuisine en héritage (La)

Mounia Meddour, 2009

Des mères marocaines transmettent oralement le savoir faire de la cuisine traditionnelle, avec les Dadas (esclaves domestiques), devenus les dépositaires d’un trésor inestimable et savoureux.

Lakota Land, terre de survie

Sophie Gergaud, Edith Patrouilleau, 2009

Après plus d’un siècle de politique fédérale visant à déposséder les Amérindiens de leur territoire, les Lakota décident de mettre le passé douloureux de la colonisation de côté et de regarder de manière constructive vers l’avenir.

Chanson de Nahide (La)

Berke Bas, 2009

Lors d’un voyage sur sa terre natale à Ordu au Nord Est de la Turquie, la réalisatrice turque Berke Bas découvre les origines arméniennes de sa grand-mère et le passé de cette ville cosmopolite, un passé tragique qui reste tacite.

Un jardin sous les lignes

Bruno Baillargeon, 2009

Au cœur d’une ville d’Amérique du Nord, des retraités d’origines haïtienne et italienne ont planté leurs potagers sur un vaste terrain vague promis à devenir une autoroute. Le film se passe entièrement à l’intérieur de cette zone en friche, jadis agricole, aujourd’hui dominée par des lignes haute tension, où chaque printemps voit refleurir autant de terroirs exilés.

Gougnette

Jackie Raynal, 2008

«  Gougnette  » (désordonnée en patois camarguais), ou la mémoire ds parents de la réalisatrice (morts en 1983 et 1995),résistants pendant la seconde guerre mondiale et communistes dans le Midi. Ce film retrace leurs vies dans leur univers d’engagement politique. C’est aussi l’hommage d’une cinéaste à ses parents.

Forbach

Claire Burger, 2008

Samuel revient à Forbach, sa ville natale, pour recevoir une médaille. Dans cette ancienne cité minière de Lorraine, on est fier de sa réussite parisienne : l’enfant du pays est en passe de devenir un comédien célèbre. Pour Samuel, c’est l’occasion de renouer avec sa famille.

Sur la langue de ma mère !

Nadia Mokaddem, 2008

Fathia et Khadija vivent à Largentière. Elles sont jeunes et déjà veuves. Comment les rencontrer ?

March point

Longhouse Media (Annie Silverstein; Tracy Rector; Cody Cayou; Nick Clark; Travis Tom), 2008

Le parcours de trois adolescents swinomish qui enquêtent sur l’impact des deux raffineries situées sur les terres de leur communauté, au Canada.

Plages d’Agnès (Les)

Agnès Varda, 2008

En revenant sur les plages qui ont marqué sa vie, Varda invente avec Les Plages d’Agnès une forme d’auto-documentaire. Agnès se met en scène au milieu d’extraits de ses films, d’images et de reportages. Elle nous fait partager avec humour et émotion ses débuts de photographe de théâtre, puis de cinéaste novatrice dans les années 1950, sa vie avec Jacques Demy, son engagement féministe, ses voyages à Cuba, en Chine et aux États-Unis, son parcours de productrice indépendante, sa vie de famille et son amour des plages.

Hadjira, Mehrezia, Latifa, femmes musulmanes en Occident

Mohammed Soudani, 2008

Nombreux sont les préjugés autour de la condition féminine. Si bien qu’on ne parvient pas à comprendre le monde des femmes musulmanes qui, encore aujourd’hui, demeure méconnu. Ce documentaire propose de suivre Hadjira la rebelle, Mehrézia la théologienne et Latifa à la fois pratiquante et laïque.

Comme une ligne rouge dans la mer

Chantal Gresset, Richard Volante, 2008

Leurs familles sont arrivées en France il y a trois, quatre, cinq générations, elles s’y sont établies. Eux, les descendants d’immigrés, portent cette part d’étranger.

Pays rêvé (Le)

Jihane Chouaib, 2008

C’est une quête à la recherche du Liban comme « pays rêvé ». Tout commence par l’histoire d’un retour au Liban, mon pays natal.

Face cachée de l’homme (La)

Fernando Lopez, 2008

C’est un voyage, un voyage dans l’histoire de mon pays d’origine, l’Uruguay, un voyage dans mon histoire.

68, mes parents et moi

Virginie Linhart, 2008

Comment l’effervescence de 68 a-t-elle été vécue par les autres enfants nés de parents révolutionnaires en 1968 ? En mêlant la petite et la grande Histoire, l’intime et le public, il s’agit d’un récit sur le décalage entre deux génération.

Reflet (Le)

Jérôme Amimer, 2008

En 1942, ma grand-mère avait dû quitter son village de Russie brûlé par l’armée allemande. Elle avait 25 ans. Elle mourra trente-six ans plus tard, ici, en Limousin.

J’ai un frère

Emmanuel Vigier, 2008

Deux frères séparés par une guerre. Drazan, réfugié politique en France, à Marseille. Dejan en Bosnie-Herzégovine, à Bosanski Brod, une ville industrielle à l’agonie, à la frontière de la Croatie. En 2007, Drazan décide de rendre visite à son frère. L’exilé.

Sel de la mer (Le)

Annemarie Jacir, 2008

Soraya, jeune américaine de 28 ans, née à Brooklyn et d’origine palestinienne, se rend à Ramallah pour récupérer ce qui a appartenu à sa famille, de l’argent, une maison, une terre, abandonnés en 1948. Elle rencontre Emad, enfermé depuis 17 ans en Cisjordanie et qui n’a d’autre rêve que de s’exiler au Canada. Ils réussissent, par un concours de circonstances, à passer la frontière et partent à la découverte d’Israël.

Champ sacré

Sonia Pastecchia, 2007

Émigrer implique de faire un deuil, celui du territoire qui nous a vu naître et qui, une fois quitté, devient dans nos souvenirs un lieu sacré auquel on se rattache. Dans les années 50, les parents de la réalisatrice ont quitté leur village natal d’Esanatoglia dans les Marches en Italie pour partir travailler en Belgique. Depuis une trentaine d’années, de nouveaux migrants venus d’Europe et du monde entier viennent travailler dans cette région italienne redevenue prospère et certains s’installent au village. Au départ d’une trajectoire familiale, un récit polyphonique se tisse pour faire ressortir la parole vraie de ce processus de deuil et de renaissance qui peu à peu transforme profondément notre identité.

Irinka et Sandrinka

Sandrine Stoianov, 2007

Cinquante ans séparent Irène et Sandrine. L’une, issue de la noblesse russe, a vécu la chute du régime, l’absence d’un père exilé, l’accueil dans une famille d’adoption. L’autre, sa nièce, a grandi en passant sont temps à recomposer dans ses yeux d’enfant le monde d’une Russie de contes de fées.

Caprices de Marianne V (Les)

Kamel Chérif, France Bonnet, 2007

Le documentaire retrace le périple de Signe d’appartenance, film qui traite de la complexité de la double identité culturelle. Ce film a obtenu le Lion du meilleur court-métrage à la 61e Mostra de Venise et le Prix du public au Festival international de Clermont-Ferrand. Pourtant, il n’a, au moment du film, toujours pas été diffusé sur une chaîne du réseau hertzien français.

On the rumba river

Jacques Sarasin, 2007

C’est en sillonnant le majestueux fleuve Congo pendant une dizaine d’années, les mains sur les cordages et dans le cambouis que « Wendo » a composé à la guitare ses premières chansons. Son premier succès fut excommunié par l’Église belge pour satanisme et Antoine Kolosoy, dit Wendo du fuir à Kisangani. Ses compatriotes le considèrent aujourd’hui comme le père fondateur de la rumba congolaise, cette musique exporté à Cuba par la traite négrière.

Pistés par nos gènes

Philippe Borrel, 2007

Des entreprises qui veulent pister les employés grâce à leur gènes,on tente de dresser le portrait-robot d’un individu à partir d’un simple échantillon de sang ou de salive. La génétique serait-elle l’ultime outil de surveillance ?

Racines

Jean-Denis Robert, Patricia Bodet, 2007

À l’aide d’archives personnelles et de souvenirs, un film documentaire en deux parties se penche sur le destin de deux familles sur trois générations : les Géminel et les Kaced, ballottés par des allers-retours entre la France et l’Algérie. Une démarche qui révèle le poids de la grande Histoire sur celle, plus intime, des familles, et démontre que chaque individu est le produit de multiples contradictions, de tragédies et d’espoirs, de guerres et d’engagements.

De l’autre côté

Fatih Akin, 2007

Un chassé-croisé de destins et de générations entre Hambourg et Istanbul.

Parlez-moi de la pluie

Agnès Jaoui, 2007

À l’occasion des prochaines échéances électorales, Agathe Villanova, engagée en politique et féministe, revient dans la maison de son enfance, dans le sud de la France. Dans cette maison vivent sa sœur Florence, son mari et ses enfants. Mimouna est la femme de ménage qui au moment de l’indépendance de l’Algérie, a suivi les Villanova jusqu’ici. Le fils de Mimouna, Karim, et son ami Michel Ronsard tournent un documentaire sur Agathe, dans le cadre d’une collection sur « les femmes qui ont réussi ». Ce mois d’août anormalement gris leur réserve bien des surprises.

Yere Sorôkô, en quête d’une vie meilleure

Anne-Laure de Franssu, 2007

C’est au cours d’un voyage à travers une Côte d’Ivoire en crise qu’Anne-Laure va tenter de redéfinir les limites de son identité. Le prétexte de cette quête : la recherche d’un groupe d’amies ivoiriennes rencontré quelques années plus tôt, lors d’un précédent voyage en Côte d’Ivoire.

René Depestre, chronique d’un animal marin

Patrick Cazals, 2007

En 1804, Haïti était la première colonie noire à gagner son indépendance. En 2004, de son bourg d’exil et d’adoption, au pied des Corbières, le poète-écrivain René Depestre s’interroge sur le destin tragique de son île natale, sur son œuvre et sur sa propre traversée du siècle…

Léonarda

Guillaume Kozakiewiez, 2007

Léonarda est le film d’une rencontre, au Belarus, d’un arrière petit-fils et de son aïeule, d’un « vagabond capitaliste » et d’une paysanne catholique. Le cinéaste et la vieille femme forment un couple magique, improbable qui vit ces moments à deux hors de tout…

Secrets de combat

Maiana Bidegain, 2007

Le cheminement d’une jeune femme d’origine basque, Maiana, à la recherche d’une mémoire familiale enfouie par la période noire de la dictature militaire uruguayenne.

Voyage en Arménie

Robert Guédiguian, 2007

Se sachant gravement malade, Barsam souhaite retourner sur la terre qui l’a vu naître : l’arménie. Il souhaite également léguer quelque chose à sa fille Anna.

Gypsy Caravan

Jasmine Dellal, 2006

Un immense bus sillonne les États-Unis pour une tournée triomphale, avec à son bord, cinq groupes de musiciens de Roumanie, Espagne, Inde et Macédoine, réunis dans cette Gypsy Caravan. Pendant six semaines, ils vont se découvrir frères et sœurs d’une culture à préserver. Une invitation au voyage, entre le portrait des artistes en tournée et les rencontres dans leur pays d’origine.

Rue du Nord

Foued Bellali, 2006

« Témoignages d’immigrés de la première génération : hommes et femmes maghrébins, en regard croisé avec un immigré polonais et un prêtre catholique belge. Vécu de l’immigration sous forme de récits personnels.

Place Belgique

Foued Bellali, 2006

Place Belgique nous parle de la double appartenance. Ni d’ici, ni d’ailleurs, d’un peu des deux à la fois, les enfants d’immigrés se composent une identité qui leur est propre.

Ode pavillonnaire

Frédéric Ramade, 2006

Pavillons et lotissements incarnent le rêve de millions de Français et sont devenus en trente ans le mode d’habitation le plus répandu en France. Cherchant à comprendre ce phénomène, c’est avec une délectable auto-dérision que Frédéric Ramade reprend le chemin du lotissement où il a passé son enfance pour y mettre en scène les membres de sa famille.

Bled number one

Rabah Ameur-Zaïmeche, 2006

A peine sorti de prison, Kamel est expulsé vers son pays d’origine , l’Algérie. Cet exil forcé le contraint à observer avec lucidité un pays en pleine effervescence, tiraillé entre un désir de modernité et le poids de traditions ancestrales.

Trudell

Heather Rae, 2006

Un portrait de John Trudell, l’artiste, poète, activiste et militant amérindien.

Noces d’or ou la Mort d’un chorégraphe

Marie-Hélène Rebois, 2006

C’est l’histoire d’une œuvre inaboutie, d’une pièce fantôme, Noces d’or, que le chorégraphe Dominique Bagouet voulait offrir à ses parents et à son public

Unrepentant

Louie Lawless, Kevin Annett, 2006

Ce film retrace le combat de Kevin Annett, un ancien pasteur qui, depuis 10 ans, tente de lever le voile sur les souffrances subies par les jeunes Indiens du Canada enrôlés de force dans les « écoles résidentielles ».

Je suis de celles qui porte les fleurs vers sa tombe

Ammar Al Beik, Hala Al Abdalla, 2006

Un film conçu comme un puzzle en noir et blanc par la réalisatrice, au fil de ses repérages en Syrie, fait d’allers et retours, qui dit la prison et l’exil, le passé et le présent, l’amour et la mort. Un film qui dit l’importance de la poésie.

Questions à la terre natale

Samba Félix NDiaye, 2006

Où va le continent noir  ? En quête de réponses, le documentariste sénégalais Samba-Félix Ndiaye, exilé depuis près de 40 ans à Paris, parcourt l’Afrique de l’Ouest, glanant des éléments de réponses auprès d’économistes, d’hommes politiques et d’intellectuels.

Où sont nos amoureuses

Robin Hunzinger, 2006

Deux jeunes provinciales, Emma et Thérèse, étudiantes puis professeurs dans les années 30, tentent de construire une vie commune à la fois engagée et amoureuse. À partir de correspondance, de documents et d’archives des années 30 et 40, le réalisateur (petit-fils d’Emma) rassemble les morceaux brisés de ces deux vies et montre le destin de ces deux femmes en le replaçant dans le contexte historique de l’entre-deux guerres, puis de l’Occupation en France.

Voyage en sol majeur

Georgi Lazarevski, 2006

Depuis quarante ans, Aimé projette un grand voyage au Maroc. Aimé a 93 ans. Sa vie sage s’est organisée autour de son métier de violoniste dans un grand orchestre, sans grand éclat et sans grandes entreprises. Quand son petit-fils l’emmène enfin au Maroc, Aimé prépare sa valise avec un soin maniaque.

Homeland

Jacqueline Kalimunda, 2005

La réalisatrice de ce documentaire tente de comprendre le génocide de 1994 au Rwanda, via une confrontation entre la grande histoire, grâce à des archives inédites glanées partout dans le monde et des récits très personnels avec deux générations différentes de Rwandais : ceux qui avaient 20 ans au moment de l’indépendance, et ceux qui avaient 20 ans au moment du génocide.

Estampe (L’)

Sandra Da Fonseca, 2005

Comment se tirer du fin fond du Cantal lorsqu’on est l’aînée d’une famille de douze enfants  ? C’est en retournant sur les lieux qui ont marqué sa jeunesse que Josyane nous raconte l’histoire de sa fuite, l’histoire de sa vie…

Yesterday in Rwanda

Davina Pardo, 2005

L’histoire poignante de Claire Wihogora, une survivante du génocide rwandais aujourd’hui installée au Canada. Elle parle du génocide et évoque sa difficulté à vivre au quotidien avec le poids du souvenir.

Celui qui chante son mal enchante

Linda Ferrer-Roca, 2005

Ce film développe une réflexion sur la capacité des chansons à raconter l’histoire et le monde ; il s’articule autour de celles que entendues par la réalisatrice durant son enfance, celles que son père, républicain Espagnol et ébéniste, chantait en travaillant.

Pays où l’on ne revient jamais (Le)

José Vieira, 2005

Documentaire sur le retour au pays de père du réalisateur, qui a migré en France, puis qui est revenu au Portugal, après 16 ans passés en France. Il est devenu un étranger dans son pays.

Pleins de vide (Des)

Nicolas Strauss, 2005

Des pleins de vide retrace le voyage initiatique de Fatiha, Malika et Larbi Mellal, sur les traces de leurs parents harkis, débarqués presque quarante ans plus tôt en France.

Notre refus

Claude Lefevre-Jourde, 2005

Plus de 150 millions de femmes et de petites filles sont toujours victimes de mutilations génitales qui vont de l’excision à l’infibulation. Ce film montre différentes facettes de la lutte de femmes et d’hommes africains en Guinée et en Ethiopie et la vigueur avec laquelle ils s’acharnent à faire cesser ces pratiques.

De profundis

Olivier Ciechelski, Laetitia Mikles, 2005

Il y a plus de trente ans, EDF mettait en service un barrage hydroélectrique dans la vallée de l’Ain. S’y cachait depuis huit siècles un monastère qui repose aujourd’hui, intact, par 80 mètres de fond, sous les eaux d’un lac artificiel.

Ames errantes (Les)

Boris Lojkine, 2005

Trente ans après la guerre du Vietnam, de nombreuses familles vietnamiennes entreprennent des démarches pour retrouver les corps de leurs parents morts à la guerre.

Rêve algérien (Un)

Jean-Pierre Lledo, 2004

L’auteur du film, exilé algérien en France depuis 1993, demande à Henri Alleg, auteur de La Question de retourner en Algérie pour y retrouver ses anciens compagnons, 40 ans après son départ forcé, suite au coup d’État de 1965, avec l’espoir de ressusciter la fraternité multiethnique dont enfant il a été le témoin, mais qui aujourd’hui semble n’avoir même jamais existé.

Intégrations

Michèle Massé, 2004

Ce documentaire raconte les histoires de trois femmes chinoises exilées à Paris. Au plus proche d’elles, il est témoin de leurs sentiments et de leurs pensées profondes et permet de voir par leurs yeux le quotidien d’une femme chinoise à Paris.

One more river

Neil Diamond, 2004

One More River est un documentaire sur le processus de prise de décisions des Cris du Québec alors qu’ils doivent statuer sur l’acceptation ou non d’un nouveau méga-projet hydroélectrique sur leurs terres.

Amandiers de l’histoire (Les)

Jaco Bidermann, Valentin Lagard, 2004

Quarante ans après le débarquement des harkis à Largentière, l’anniversaire est célébré. L’occasion de se remémorer et surtout de donner la voix aux enfants de harkis qui stigmatisent leurs problèmes de société autour d’une identité qu’ils ont du mal à reconnaître.

Viva Ladjérie

Nadir Moknèche, 2004

Alger, hiver 2003. La maman,ancienne danseuse de cabaret, la fille émancipée et l’amie, prostituée, sont installées, depuis le début des violences terroristes, dans un hôtel du centre ville. Et même si la mort les poursuit, elles lui disent : non !

Blandine et les siens

Emmanuelle de Riedmatten, 2004

La quête d’identité d’une jeune fille dont la famille a été massacrée au Rwanda, puis qui retrouve le reste de sa famille en Suisse.

Jungle Blue

Jacques Goldstein, 2004

Une percée au coeur de la musique avec la périphérie parisienne comme décor à l’occasion du festival Banlieues Bleues.

Lune ronde (La)

Fernando Lopez, 2004

Le récit d’un enfant de l’exil qui tente de revisiter son passé, en assemblant les flashs, les courts instants d’images et d’émotions qui constituent sa mémoire.

Lettre du dernier étage

Olivier Ciechelski, 2004

Un femme âgée décrit dans une lettre tout ce qu’elle voit de sa fenêtre…

Jour dans le village (Un)

Collectif indiens Ashaninka, 2003

Six Indiens de villages différents filment le quotidien de leurs proches dans le village de Cacau en Amazonie. Ces images nous transportent au coeur de l’intimité de la vie quotidienne des Indiens, et de leur rapport intense à la nature.

Longue marche vers l’indépendance (La)

Cosmin Markovitch, 2003

L’envie de filmer est revenue avec le voyage et le doux sentiment de n’y rien comprendre. Peut-être cela empêche-t-il le désert de grandir encore ce peu, des Etats-Unis jusqu’en Estonie.

Avec Ivan

Philippe Crnogorac, 2003

C’est le regard intime d’un Français, issu de l’immigration, sur ses origines, sur sa relation toute particulière avec son père. Il y est question d’identité, de déracinement, d’appartenance, de filiation. Interrogations personnelles qui croisent l’histoire tragique de la Yougoslavie.

Histoire d’un secret

Mariana Otero, 2003

Après 25 ans de silence, le père de la réalisatrice Mariana Otéro lui révéla, à elle et à sa soeur, les véritables circonstances du décès de leur mère, artiste-peintre.

Tu seras communiste, mon fils !

Jean-Christophe Victor, 2003

Pourquoi, à ton avis, tu crois que je fais ce film papa ? « Oh, je pense que tu ne dois pas avoir que des raisons commerciales… Tu dois avoir aussi des raisons personnelles… » Le réalisateur revient vers sa famille, et plus précisément auprès de son père, militant communiste depuis 60 ans. Trois générations se télescopent pour parler de politique, d’engagement et peut-être d’amour…

No pasarán, album souvenir

Henri-François Imbert, 2003

Enfant, le cinéaste avait trouvé chez ses grands-parents une série incomplète de cartes postales photographiées dans le village de sa famille, à la fin de la guerre d’Espagne en 1939. Vingt ans plus tard, il remonte le fil de leur histoire.

Au bled

Stéphane Legall-Viliker, Yaffa Mohamedy, 2003

C’est l’histoire de Coco et de Djembéré, de Missiga et de Banjou, des adolescents «  renvoyés au bled  », le pays de leurs parents, là où ils n’ont jamais vécu.

Nikita Kino

Vivian Ostrovsky, 2002

La famille de Vivian Ostrovsky réside au Brésil, quand, en 1960, son père découvre que sa sœur et son frère sont vivants et habitent Moscou. Ils n’ont pas le droit de sortir d’URSS. C’est donc Vivian et sa famille qui leur rendront visite tous les ans pendant une quinzaine d’années. À travers cet ingénieux montage d’images familiales en super 8, d’archives d’actualités, d’extraits de films de fiction ou de propagande soviétique,Vivian Ostrovsky retrace l’histoire de sa famille, en abordant l’histoire de l’URSS des années Khrouchtchev-Brejnev.

Harki, un traître mot

Marie Colonna, 2002

La guerre d’Algérie s’est terminée en mars 1962 par la signature des Accords d’Évian. Ce film se propose d’interroger l’histoire des supplétifs de cette guerre longtemps sans nom, à travers la révolte de leurs enfants. Parler d’histoire ne sera pas, ici affaire de jugement. Ce sera une affaire de libération. Libérer le passé de son enfermement, briser le mur du silence construit autour d’une guerre, dont les conséquences ne cessent de résonner/raisonner jusqu’à aujourd’hui.

Imaginaire pour une mondialité à faire (Un)

Federica Bertelli, 2002

Patrick Chamoiseau et Edouard Glissant évoquent la capacité des individus et des peuples de changer leur imaginaire afin de refonder leur relation au monde.

Our Times

Rakhshan Bani-Etemad, 2002

Rakhshan Bani-Etemad décide de filmer la campagne présidentielle en 2001 à Téhéran, en particulier certaines femmes qui voudraient être candidates.

Entre père et fils

Ara Sahiner, 2002

L’histoire d’une relation entre un fils cinéaste et son père dont la maladie de la mémoire qui l’atteint n’empêche pas le film.

Porteurs de noms (Les)

Roselyne Roche, 2002

Le film se passe dans un village, celui où mon grand-père a vécu ainsi que ma grand-mère venue plus tard, puis ma mère. Les habitants parlent de l’histoire de leur nom – le sobriquet nom donné par la communauté, le patois entre eux : lieu, pays, terre.

Enfants du fond du lac (Les)

Gertrude Baillot, 2002

Il y a cinquante-cinq ans, disparaissait sous les eaux une partie de la vallée de la Dordogne. Elle emportait avec elle ses forêts, ses routes, ses villages et ses secrets. Les derniers enfants nés en ces lieux sont maintenant des adultes qui ont plus de soixante ans.

J’ai rêvé d’une grande étendue d’eau

Laurence Petit-Jouvet, 2002

Dans sa consultation d’ethnopsychanalyse à l’Hôpital Avicenne de Bobigny, Marie Rose Moro reçoit des familles migrantes, venues d’Afrique, d’Asie, du Moyen Orient et d’ailleurs. Là, les patients peuvent exprimer ce qui leur arrive, sans se couper de leurs croyances, de leurs coutumes, ni de leur histoire. Lieu d’invention autant qu’espace clinique d’exception, ce service a accepté qu’une caméra témoigne du travail sensible qui s’y déroule.

Little Sénégal

Rachid Bouchareb, 2001

Alloune, guide le Maison des Esclaves sur l’île de Gorée au Sénégal, est hanté par le rêve d’un ancêtre soumis aux fers et vendu comme esclave en Amérique. Il décide de partir à la recherche de ses descendants, d’abord en Caroline du Sud où il sillonne musées, bibliothèques et plantations, puis à New-York où il complète son arbre généalogique.

Dor de Tine. Une histoire de 1944

Mireille Abramovici, 2001

La réalisatrice part sur les traces de son père, déporté 10 jours avant sa naissance et dont sa mère n’a jamais pu parler. La correspondance de ses parents nous plonge dans l’errance de ce couple de jeunes musiciens roumains, réfugiés en France jusqu’à l’arrestation du père en avril 1944.

Théorie du fantôme (La)

Pascal Kané, 2001

Découvrant dans le coffre-fort de l’appartement familial des lettres conservées par son père jusqu’à sa mort, Pascal Kané entreprend, de Paris à Varsovie, d’enquêter sur son histoire paternelle et de retrouver la trace de ses tantes et de sa grand-mère polonaise, mortes en déportation.

Passé sous silence

Sofia Saa, 2001

Troublé par un courrier du gouvernement français lui demandant dans quel pays il souhaite effectuer son service militaire, un jeune Français né en Allemagne part à la recherche de son identité à travers l’histoire de son père harki. De Rivesaltes où il découvrit la France aux quartiers défavorisés du Nord du pays.

Algérie, la vie toujours

Djamila Sahraoui, 2001

En octobre 2000, Djamila Sahraoui confie à son neveu Mourad une caméra, pour rendre compte du quotidien de la cité des Martyrs à Tazmalt, petite ville oubliée et abandonnée de la montagne kabyle. Pendant neuf mois, il va filmer « l’ordinaire » d’un groupe de jeunes décidé à prendre sa vie en main et se mobiliser pour rénover son quartier.

17 rue Bleue

Chad Chenouga, 2001

Cinq ans après sa fuite d’Algérie en 1967, Adda vit 17, rue Bleue, à Paris, avec ses deux enfants et ses deux soeurs. Elle entretient une relation amoureuse avec Merlin, son patron qui assure une situation confortable à l’ensemble de la famille. A la mort de celui-ci, leur destin bascule. Adda voit dans la disparition de son amant l’occasion de mettre la main sur une partie de sa fortune.

Mémoires incertaines

Michale Boganim, 2001

Une jeune femme part sur les traces de son grand-père, homme aux multiples identités.

Baria et le grand mariage

Manu Bonmariage, 2001

Baria est jeune et fort jolie. Elle est née à Marseille, elle y vit, elle s’y plaît mais un grand mariage (arrangé) l’attend aux îles Comores. Un beau documentaire sur la difficulté d’appartenir à deux cultures.

Séparées

Myriam Aziza, Sophie Bredier, 2001

Vingt-cinq ans après son adoption, Sophie retourne pour la première fois en Corée du Sud. Mais cette histoire privée la renvoie à l’histoire collective d’un peuple divisé par une ligne de démarcation depuis 1953.

Filles de nos mères

Séverine Mathieu, 2001

Appartenant à trois générations, des femmes de ma famille me laissent les filmer et chercher ce qui est enfoui dans nos relations ; de mères en filles, d’elles à moi.

Cuba Feliz

Karim Dridi, 2000

L’histoire d’un chanteur des rues de Cuba qui s’appelle El Gallo (Miguel des Morales). Une histoire d’amour entre un homme et la musique, celle qui réchauffe le cœur.

Perpetue 664

Claudia Neubern, 2000

Six ans après avoir quitté mon pays le Brésil, je reçois par la poste une vieille bande-son où je trouve l’enregistrement de la cérémonie de mariage de mes parents. J’avais 26 ans. C’était la première fois que j’entendais la voix de ma mère morte quand j’avais un an. Bouleversée, je décidai de faire un voyage au Brésil…

Alone in Teheran

Pirooz Kalantari, 1999

Le récit d’une jeune femme qui rêve de devenir actrice à Téhéran, aujourd’hui, ou la confrontation entre tradition et modernité.

Diego

Frédéric Goldbronn, 1999

La guerre civile espagnole (1936-1939) fut aussi une tentative inédite libertaire. Diego Camacho,l’un des derniers témoins de cette expérience qui a marqué toute sa vie, revient sur ces évènements à travers une sélection de photos.

Central do Brasil

Walter Salles, 1998

Dora, ex-institutrice, gagne sa vie en écrivant des lettres pour les migrants illettrés à la gare centrale de Rio. Ana et son jeune fils Josue font appel à ses services pour retrouver le père de Josue.

Monde est ma maison (Le)

Sepideh Farsi, 1998

Ce film est une enquête sur l’identité en exil, à travers l’exil iranien de cette fin de siècle. Il est un peu l’histoire de tous ceux qui connaissent le déracinement, de tous ceux qui ont un jour tenté de bâtir une maison d’après le souvenir d’une autre maison qu’ils ont laissée derrière eux, dans leur pays.

Vie sur terre (La)

Abderrahmane Sissako, 1998

A la veille de l’an 2000, un réalisateur mauritanien vivant en France décide de revenir à Sokoli, un petit village du Mali, retrouver son père.

Nos traces silencieuses

Myriam Aziza, Sophie Bredier, 1998

Sophie Bredier est une jeune Coréenne de 26 ans, adoptée à l’âge de quatre ans par un couple français. Elle remonte dans son passé asiatique à partir des cicatrices de brûlures qu’elle a sur le mollet, seuls témoins de sa vie d’avant.

Sous les pieds des femmes

Rachida Krim, 1997

En 1958, Aya et Moncef, Algériens, ont participé activement en France à la guerre d’indépendance, sous le commandement d’un responsable FLN, devenu l’amant d’Aya en dépit des risques. En 1996, il leur rend visite : c’est le temps du bilan et des regrets….

Quatrième génération (La)

François Caillat, 1997

Un saga familiale lorraine emblématique parce qu’elle reflète l’aventure d’une région et les aléas de sa prospérité. Elle révèle aussi une étrange destinée nationale : celle de tous les Lorrains qui ont vécu cinq fois écartelés entre leur identité française et leur annexion à l’Allemagne.

Autre côté de la mer (L’)

Dominique Cabrera, 1997

Paris, été 1994. Georges Montero, petit industriel pied-noir, est resté en Algérie après l’Indépendance. Il arrive aujourd’hui pour la première fois en France à l’occasion d’une opération de la cataracte, au moment où la guerre civile prend de l’ampleur dans son pays.

Demain, et encore demain

Dominique Cabrera, 1997

Entre le je et le nous, entre l’amour et la psychanalyse, entre sa mère et son fils, une femme d’aujourd’hui. Avec un camescope, pendant presque un an, elle filme la naissance de l’amour, les élections et la dépression, le soleil par la fenêtre, les vacances et les gens dans le métro…

Mémoires d’immigrés

Yamina Benguigui, 1997

Reconstituer le passé d’une communauté, en suivant le parcours de quelques-uns de ses membres, et lui éviter la dangereuse tentation d’un repli sur elle-mêmes : tel est le pari de la trilogie « Mémoires d’Immigrés ».

De mères en filles

Diane Baratier, 1996

La préparation d’un couscous, de pâtisseries de fête, et d’autres plats sont l’occasion pour des femmes kabyles de parler à leurs filles de la condition de la femme et de l’apprentissage de leur savoir-faire. Une discussion enflammée s’engage entre mères et filles qui ne considèrent pas la vie de couple de la même manière. La cuisine traditionnelle telle que ces femmes l’ont apprise de leurs mères semble un refuge contre le déracinement et l’exil sans fin, puisque l’Algérie est déchirée et n’offre plus de solution de retour.

Simone est si loin

Amel Kacichaouch, 1996

Documentaire sur Simone, qui a vécu la majorité de sa vie en Algérie. Sous la menace du terrorisme intégriste, à 83 ans, elle vit à Paris un exil douloureux et nostalgique.

Salut cousin !

Merzak Allouache, 1996

Alilo débarque à Paris où l’accueille son cousin,pur parisien deuxième génération.Durant ce séjour,l’étonnement de l’un révèle le carcan étouffant de la société algérienne,et les activités de survie de l’autre. Alilo ratera son avion de retour alors que son cousin,victime d’une sombre affaire est expulsé vers l’Algérie…

Héritages

Daniel Cling, Pascal Cling, 1996

Trois rescapés d’Auschwitz racontent de quelle façon et dans quelles circonstances ils ont révélé leur histoire depuis leur retour.

Flaca Alejandra (La)

Carmen Castillo, Guy Girard, 1994

Carmen Castillo revient au Chili vingt ans après l’arrestation et la disparition de son camarade Miguel Henrique, dirigeant du MIR (mouvement de résistance), et des aveux sous la torture de la militante Marcia Morino, qui ont provoqué la chute du réseau. Soumise à ses tortionnaires pendant dix-huit ans, Marcia rompt aujourd’hui le silence et demande publiquement pardon de cette trahison.

Latcho Drom

Tony Gatlif, 1993

Ce documentaire retrace la longue route musicale et historique des gitans, depuis les origines, du Nord-Ouest de l’Inde, en passant par l’Égypte, la Turquie, la Roumanie, la Hongrie, la Slovaquie et la France.

Sous le niveau de la mer

Gianfranco Rosi, 1993

Une rencontre avec des hommes et des femmes qui ont refusé la société de consommation au point d’en être exclus.

Rester là-bas

Dominique Cabrera, 1992

Retour en Algérie d’une fille de pied-noir. Elle va voir ceux de la tribu qui sont restés, qui ont pris la nationalité algérienne.

Lumumba, la mort du prophète

Raoul Peck, 1991

À partir d’une photographie où figure le leader congolais, l’enfant, devenu cinéaste, réalise trente ans plus tard, un film très personnel et sensible où biographie et histoire, témoignages et archives, constituent la trame d’une réflexion autour de la figure de Lumumba, son assassinat politique, les médias et la mémoire.

De l’autre côté du racisme

Pascal Kané, 1991

Les approches spécifiques du biologiste André Laganey, du journaliste Serge Daney, de l’historien Emile Témime et du psychanaliste Daniel Sibony tentent d’éclairer la notion de racisme à travers les questions d’identité.

A la recherche du lieu de ma naissance

Boris Lehman, 1990

Le réalisateur Boris Lehman retourne à Lausanne où il est né, à la fin de la guerre, Ie 3 mars 1944. Il y revient 44 ans plus tard.

Citadelle (La)

Mohamed Chouikh, 1988

Une journée particulière dans la vie d’un village du Sud Oranais. Une farce tragique sur la solitude des uns et des autres : l’histoire d’une population composée de deux sociétés divisées par des murs. Le personnage central du film est Kadour, un Pierrot lunaire…

Harka (La)

José Jornet, Alain de Brock, 1986

Ahmed a vingt ans, il est français musulman comme on dit, fils de harki. Pas facile pour un français bronzé de trouver du travail et l’amour. Ahmed s’accroche, l’humour en plus, mais dans les cités banlieues-béton, la tragédie n’est pas loin… La harka en arabe, ça veut dire « insurrection ».

Question d’identité

Denis Gheerbrant, 1985

Nous sommes en 1985. Les jeunes issus de l’immigration viennent de bouleverser la France avec la marche pour l’égalité tandis que Charles Pasqua prépare son code de la nationalité. Durant six mois de confrontation/séduction avec Denis Gheerbrant, quatre jeunes d’Aulnay-sous-bois originaires de Kabylie parlent de leur identité,sa pluralité, sa complexité, et les stéréotypes dans lesquels les médias, et parfois même le cinéaste, tentent de les enfermer.

Sacrifiés (Les)

Okacha Touita, 1982

Le film déroule la chronique des évènements mettant en scène, au milieu des années 50, les affrontements armés entre commandos du FLN et messalistes ainsi que la lutte déclenchée contre la police française de Papon qui se livrait alors à une féroce répression contre la communauté algérienne.

Ulysse

Agnès Varda, 1982

En flirtant avec la mémoire, on tombe sur des os…

Récits d’Ellis Island (1978-1980)

Robert Bober, 1980

« Récits d’Ellis Island » est avant tout l’histoire d’une rencontre : celle d’un écrivain, Georges Perec, et d’un réalisateur, Robert Bober. Les deux hommes partagent une même passion pour les lieux : ceux de l’enfance ou des origines.

Debout les crabes la marée monte

Groupe des jeunes de Plabennec, 1976

Un témoignage sur le recul de la culture bretonne en milieu rural et sa folklorisation à des fins marchandes. Sur le recul de la langue également, avec un homme qui raconte sa honte à accompagner sa mère au marché où elle se ridiculise en parlant breton. Mais il y a également le renouveau de la culture bretonne avec la colère qui éclate de tous côtés sous forme de manifestations séparatistes, antinucléaires… et des descentes de police.

Réfugié provenant d’Allemagne, apatride d’origine polonaise

Robert Bober, 1976

Robert Bober a retrouvé le quartier, la rue, la boutique de son père, originaire de Radom en Pologne. Il a cherché les traces de la culture juive assassinée avec son peuple.

Italianamerican

Martin Scorsese, 1974

Dans l’appartement familial d’Elizabeth Street, Charles et Catherine Scorsese sont interviewés par leur fils  : leurs vies, celles de leurs parents siciliens, la condition d’immigrés…

Voyage de la hyène (Le)

Djibril Diop Mambety, 1973

Mory et Anta s’aiment. Les deux jeunes amants partagent le même rêve, quitter Dakar pour Paris. Au moment fatidique, Anta embarque. Mory, lui, reste seul sur les quais, incapable de s’arracher à sa terre…

Andrei Roublev

Andreï Tarkovski, 1969

Les Tartares envahissent le pays et soumettent les habitants de Vladimir à d’hallucinantes cruautés. Pour sauver une jeune fille, Roublev tue un soldat. Le spectacle de ces cruautés l’amène à une réflexion douloureuse sur le rôle de l’art et de l’artiste.

Règne du jour (Le)

Pierre Perreault, 1967

Alexis Tremblay, cultivateur québécois à la retraite décide de partir en France à la recherche de ses racines, sur les traces d’un lointain ancêtre ayant émigré au Canada.

Vent des Aurès (Le)

Mohammed Lakhdar-Hamina, 1966

D’un camp à l’autre, dans la campagne algérienne durant la guerre, une mère recherche désespérément son fils arrêté par l’armée française.

Demain l’amour

Paul Carpita, 1961

Victime d’un grave accident de voiture, Gérard est transporté en ambulance à l’hôpital. Durant le trajet son esprit vagabonde… Dans son délire, s’emmêlent le passé, le présent et les projets, la guerre d’Algérie qui l’a tué de l’intérieur, la jeune femme qu’il aime et qui veut le quitter, cette vie qu’il doit réapprendre à vivre…

Enfants des courants d’air

Edouard Luntz, 1960

Presque sans dialogues, sur une trame fictionnelle minimaliste — l’histoire d’un enfant et de son grand-père — le film évoque la vie dans un bidonville de la Plaine Saint-Denis, entre terrains vagues et tours en construction.

Afrique-sur-Seine

Robert Caristan, Jacques Mélo Kane, Mamadou Sarr, Paulin Soumanou Vieyra, 1955

La vie de Sénégalais, Africains (artistes, étudiants) à Paris : la nostalgie, les rencontres et échanges.

Chant de la fleur (Le)

Jacques Dochamps, 201

Un chant ancestral sauvera-t-il l’Amazonie ? Menacé par l’industrie du pétrole, le peuple Kichwa du Sarayaku mène un continuel combat pour survivre. Inspirés par une musique chamanique ancestrale, ils se lancent dans un incroyable défi de portée universelle : La frontière de la vie.

Enfants d’octobre (Les)

Ali Akika, 200

Que sont devenus les enfants des bidonvilles de Nanterre ? Alima, enfant de ces « fameux » bidonvilles, remonte le temps et nous fait découvrir un destin singulier, le sien. Par quel « miracle » s’est-elle retrouvée ouvrière, employée de bureau pour finir monteuse de films ?

Ecrans ne s’éteindront pas avant les civilisations (Les)

Bertrand Leduc, 2008-2011

Comment raconter comment est le monde à son enfant qui va naître ? Que dire, par quoi commencer ? Comment faire ?

Reflet d’une mémoire

Karim Achour, Valentine Duhem, 52 mn

Un film documentaire autour du transit de la population maghrébine et gitane, arrivée dans les années 60.