Anne-Laure de Franssu

Films dans la base

Sou Hami, la crainte de la nuit

Mory Coulibaly, réfugié politique de Côte d’Ivoire, se trouvait à Cachan au moment de l’évacuation du bâtiment F. ; c’est là qu’il a commencé à filmer les traces d’une Lutte qui donne sens à sa vie. Il revient aujourd’hui au Mali, où il a transité en fuyant la Côte d’Ivoire, pour y projeter son film à ceux qui au début de l’évacuation de Cachan ont été placés en centre de rétention, puis expulsés. Chaque nuit, d’autres expulsés continuent d’arriver et chaque nuit leurs paroles résonnent en Mory, l’interrogent et révèlent d’autres destins.

Yere Sorôkô, en quête d’une vie meilleure

C’est au cours d’un voyage à travers une Côte d’Ivoire en crise qu’Anne-Laure va tenter de redéfinir les limites de son identité. Le prétexte de cette quête : la recherche d’un groupe d’amies ivoiriennes rencontré quelques années plus tôt, lors d’un précédent voyage en Côte d’Ivoire.