L’association

« Il n’est rien de plus fugitif que les paroles et les actions humaines, si personne ne s’en souvient, elles survivent à peine à l’intention de leur accomplissement. »
Hannah Arendt, citée par Wolfgang Heuer, in Hannah Arendt, biographie, éd. Jacqueline Chambon, 2005.

Depuis les débuts du cinéma en 1895, de nombreux films, documentaires ou fictions, ont témoigné de façon très diverse, des mouvements et transformations de la société. Le cinéma est à la fois témoin et matériau d’Histoire. Il participe, comme l’écrit, à des modes de représentations du monde. Il utilise un langage, celui de l’image et du son, qui tour à tour reflète et influence ces mouvements.

Comment faire connaître ce patrimoine culturel, comment lui permettre de nourrir nos interrogations multiples face à la réalité complexe du monde aujourd’hui, comment le mettre à disposition de tous ?

C’est autour des ces questionnements que s’est constituée, en 2005, l’association Autour du 1er mai, pour partager le cinéma dans sa multiplicité, la diversité de ses formes pour aider qui le souhaite à trouver des films, à les choisir, à bâtir une programmation, à animer un débat, dans la tradition des ciné-clubs, nés de l’éducation populaire. À l’image de ce que représente le 1er mai pour des millions de gens sur cette terre, l’association rejoint tous ceux qui désirent « changer le monde, changer la vie » comme disaient les surréalistes, ou les manifestants en mai 1968, héritage qui nous est cher…

L’association occupe une place originale, à cheval sur deux démarches : présente dans le paysage des sites audiovisuels et reconnue par les professionnels comme un bel outil de recherche et de programmation, grâce à la Base cinéma et société, elle chemine en même temps aux cotés des associations et collectifs qui aspirent à un devenir vivable pour la planète et ses habitants, en les accompagnant, c’est-à-dire en recensant les films qui témoignent de leurs actions, films qui ont souvent une durée de vie éphémère.

Ainsi valoriser un cinéma vecteur et témoin de la transformation sociale, contribuer à porter le projet alternatif de la transition au-delà des cercles convaincus, en gagnant la bataille de l’opinion, sont également les objectifs que notre association développe, avec plusieurs projets :

La Base cinéma et société

Cette base de données est un catalogue raisonné qui propose une sélection de films identifiés et localisés qui témoignent de la société, de ses soubresauts, de ses combats, de ses utopies…
Elle s’adresse aux professionnels comme aux amateurs, aux médiathèques, aux associations, aux syndicalistes, mutualistes, membres de la société civile, aux chercheurs, bref à tous ceux qui souhaitent trouver des films, les localiser, les visionner, les programmer.
L’association ne gère pas les droits de ces films, et n’est donc pas en mesure de vous procurer des copies, néanmoins nous mettons à votre disposition toutes les informations nécessaires pour retrouver les films.
Le mode d’emploi de la Base

Les Rencontres cinéma et société

Autour du 1er mai organise tous les ans les Rencontres Cinéma et société avec son compagnon de route de la première heure, Peuple et Culture-Corrèze : 10 jours de projections-rencontres autour d’un thème qui questionne la société, au début du mois de mai, en présence de réalisateurs, d’historiens, de critiques de cinéma…
Elles ont lieu en Corrèze, dans des petits villages dans lesquels nous promenons écran et vidéos-projecteurs, et au cinéma de Tulle.
Au fil des années se sont développés des partenariats avec les Archives françaises du film du CNC, le Département audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, le Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir… qui participent chaque année aux Recnotres avec des films issus de leur fonds.
Le programme des rencontres 2018.

Des programmations régulières à Paris

Nous organisons deux cycles de projections à Paris, dans le 11ème arrondissement :

  • avec la Ligue des droits de l’homme, nous organisons le cycle Ciné-droits de l’homme, un dimanche tous les deux mois
  • et avec le collectif d’associations parisiennes Babelpop, le cycle Ciné ville ouverte, une projection par trimestre autour de la question des biens communs, gestions des espaces publics et ressources communes.

Découvrez nos rendez-vous ici.

Participation aux mouvements sociaux

Nous accompagnons régulièrement différents événements de la société civile (marche Vérité et justice pour la santé environnementale, Fête des possibles…), d’une part avec l’organisation de projections au cœur des mouvements, à destination des participants, afin que le cinéma soit valorisé comme un outil à part entière dans la construction des plaidoyers ; et d’autre part, par l’organisation de projections en marge de ces mouvements, et à destination du large public, afin de permettre de sensibiliser massivement au-delà du cercle des convaincus.
Découvrez quelques filmographies ici et .

Construction de programmations thématiques

En lien avec différents partenaires, nous proposons de construire des filmographies et des programmations thématiques : en 2018, par exemple, nous participons au Mois du film documentaire en proposant une programmation « Inventer d’autres possibles, 50 ans après Mai 68 ».
Découvrez notre programmation pour le Mois du doc 2018 ici

Ateliers de formation auprès de jeunes apprentis dans les CFA

Nous coordonnons des séries d’ateliers autour de la lutte contre les discriminations, à travers le cinéma, dans différents Centre de Formation d’Apprentis en Nouvelle-Aquitaine : une journée composée de trois ateliers pour prendre conscience à travers l’outil filmique, des discriminations. Nous sommes accompagnés dans ce projet par le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, qui anime un atelier autour des stéréotypes dans l’image et par des associations locales de lutte contre les discriminations.

La plateforme Films en luttes et en mouvements

Films en Luttes et en Mouvements est un catalogue collectif autour des mouvements sociaux initié par l’association Autour du 1er mai et le Cedidelp. Il recense des films, provenant de différents fonds, qui donnent envie de changer le monde, en informant, en s’engageant, en résistant, en soutenant des structures mobilisées, en donnant la parole à ceux qui ne l’ont pas souvent dans les canaux d’informations traditionnels.
Il recense actuellement les catalogues de neuf structures, et poursuit son développement.
Découvrez la plateforme ici.