Daniel Kupferstein

Films dans la base

Balles du 14 juilet 1953 (Les)

Sait-on que pendant quelques années après la Libération, à côté du défilé militaire, il y avait un défilé populaire pour célébrer la Révolution Française  ? On sait encore moins que lors du défilé du 14 juillet 1953 en l’honneur de la Révolution, la police parisienne a chargé un cortège de manifestants algériens. Sept personnes ont été tuées et une centaine de manifestants ont été blessés. Cette histoire est quasiment inconnue. Le film est l’histoire d’une longue enquête contre l’amnésie.

Harcelé à perdre la raison

Le film retrace la lente « descente aux enfers » de Jean-Michel Rieux, employé communal des Parcs et Jardins de Béziers. Au-delà du drame, c’est toute la mécanique du harcèlement qui est décortiquée grâce aux témoignages des membres de la famille, des amis et des collègues de travail.

On l’appelait Tom

Le film retrace le parcours de Stanislaw Tomkiewicz (Tom), personnage qui a survécu aux camps de concentration, puis passe ensuite sa vie de médecin pédiatre à soutenir tous les « damnés de la terre », du FLN au peuple palestinien.

Mourir à Charonne, Pourquoi ?

Le 8 février 1962, au moment de la dispersion d’une manifestation contre des attentats de l’OAS, la police parisienne charge violemment les manifestants devant le métro Charonne. Il y aura 9 morts.

Dans le regard de l’autre

Avec le drame de Sohane, morte brûlée vive, les médias n’ont vu de la cité Balzac de Vitry-sur-Seine que violence et exclusion. Les élus, pour leur part, y ont trouvé matière à « désenclavement » et « réhabilitation ». Daniel Kupferstein, pour sa part, a rencontré des habitants fiers de leur quartier, heureux d’y vivre ensemble, solidaires, avec leur centre social, leurs fêtes, leur vide grenier ou leur jardin partagé.

Amitié plus forte que la haine (L’)

L’exportation du conflit israélo-palestinien en France a creusé un fossé entre les juifs et les arabes de notre pays. Deux femmes, Rosie et Hacinia témoignent qu’il est possible de rester amie.

17 octobre 1961 : dissimulation d’un massacre

Retour sur la censure et les difficultés rencontrées par les journalistes et les historiens à reconstituer les événements du 17 octobre 1961, à Paris.