Films dans la base

Sands of silence : waves of courage

Chelo Alvarez-Stehle, 2017

Pendant 15 ans, la réalisatrice a documenté la transformation de jeunes femmes, victimes de trafic sexuel, en survivantes fortes et engagées.

Fureur de voir (La)

Manuel von Stürler, 2017

Un film documentaire qui se lance à corps perdu dans une quête sur ce que signifie la perception visuelle.

Listen to the silence

Mariam Chachia, 2016

À Tbilissi, un petit monde de silence existe au cœur d’un des quartiers les plus bruyants du centre-ville. C’est l’école publique n°203, l’école des sourds-muets. Nos héros sont deux enfants de neuf ans, Luka et Lika, qui se préparent au spectacle de danse géorgienne de fin d’année. Pendant neuf mois de répétitions, ce sont des moments d’attente, d’angoisse, de déception, de transe, de joie, de confiance retrouvée.

Vies de Thérèse (Les)

Sébastien Lifshitz, 2016

Au soir de sa vie, Thérèse Clerc a livré au documentariste Sébastien Lifshitz un témoignage lucide sur le rapport qu’elle entretenait avec son corps vieillissant. Un corps qui toute sa vie durant fut porteur de liberté, de joie, d’utopie, de force et de combat pour le droit des femmes. Lutte de l’esprit et lutte des corps : ce combat peut être mené pour chacun jusqu’au bout.

Mécanique des corps (La)

Matthieu Chatellier, 2016

Dans un centre de rééducation, des femmes et des hommes amputés réapprennent sans relâche à marcher ou à saisir. Une prothèse mécanique se substitue désormais à la partie manquante de leur corps. Ils sont devenus hybrides.

Poétique du cerveau

Nurith Aviv, 2015

Dans son film Poétique du Cerveau, Nurith Aviv tisse des liens entre récits biographiques et récits sur le biologique. À partir de photographies issues de ses archives personnelles, des souvenirs et des réflexions que ces images éveillent en elle, la cinéaste va à la rencontre de chercheurs en neurosciences pour évoquer avec eux des sujets tels que la mémoire, les neurones miroirs, le bilinguisme, la lecture, l’odeur, ou encore les traces de l’expérience.

J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd

Lætitia Carton, 2015

Laëtitia Carton a découvert le monde des sourds par l’intermédiaire de Vincent, un ami aujourd’hui disparu, qui l’avait initiée à la langue des signes. Avec lui, elle souhaitait réaliser un film pour raconter ce monde et ses habitants. Vincent parti, Laëtitia lui écrit et va à la rencontre de personnes sourdes, qui rendent compte de leur lutte quotidienne pour sortir de l’invisibilité.

Harmonies

Eurydice Calméjane, 2015

Laura, chanteuse lyrique, a perdu sa voix. Elle rencontre Lorenzo, un comédien sourd qui s’exprime en langue des signes. Le film nous emmène à la croisée de deux mondes, là où la rencontre se dessine par la musique des mains.

Flore

Jean-Albert Lièvre, 2014

Contre les recommandations de tous, un fils sort sa mère atteinte d’Alzheimer de sa maison médicalisée pour la ramener chez elle, en Corse. Au contact de la nature, elle revient à la vie…

Anne-Gaëlle

Agathe Simenel, 2014

En toute simplicité, Anne-Gaëlle se raconte. Elle partage avec nous ses photos, ses souvenirs, son rapport à son corps et à son identité. Puis, peu à peu, elle laissera percevoir quelques aspects plus intimes de son histoire et de ses représentations intérieures.

Vieillir à l’ombre

Johanna Bedeau, 2014

Purgeant de longues peines ou incarcérés à un âge avancé, les détenus âgés se retrouvent sans horizon possible. Dans quel avenir peuvent-ils se projeter  ? Ce documentaire nous fait partager leurs réflexions, les mondes cerclés d’habitude qu’ils se sont recréés en détention, les liens ténus et bouleversants avec l’extérieur qu’ils sont arrivés à maintenir.

Ce qu’il reste de la folie

Joris Lachaise, 2014

C’est à l’hôpital psychiatrique de Thiaroye, dans la proche banlieue de Dakar, que nous introduit la caméra de Joris Lachaise, en compagnie de l’écrivain et cinéaste Khady Sylla. À travers son expérience vécue de la maladie mentale et de ses traitements, le film cherche à explorer une histoire récente du Sénégal : l’indépendance du pays et la décolonisation de la psychiatrie.

Gangster backstage

Teboho Edkins, 2013

À l’occasion d’un casting en Afrique du Sud, Teboho Edkins demande à des gangsters de mettre en scène leur propre image.

Pour Ulysse

Giovanni Cioni, 2013

Le réalisateur invente un film avec des ex-toxicomanes, des gens sortis de prison, des sans abris, des personnes avec des problèmes psychiatriques… pensionnaires d’un centre de socialisation.

C’est eux les chiens

Hicham Lasri, 2013

L’histoire de Majhoul, emprisonné en 1981 pendant les émeutes du pain au Maroc, qui ressort 30 ans plus tard, en plein printemps arabe. Une équipe de télévision publique qui réalise un reportage sur les mouvements sociaux au Maroc décide de le suivre dans la recherche de son passé.

Lois de Mathieu (Les)

Marc Schmidt, 2012

Marc Schmidt a choisi de filmer Matthew, un ami d’enfance atteint d’autisme. À cause de sa maladie, Matthew se livre un combat intérieur pour tenter de mettre un peu d’ordre dans le chaos qui l’entoure. Mené avec des règles qu’il fixe lui-même, son combat quotidien a des conséquences désastreuses

Moment et la manière (Le)

Anne Kunvari, 2012

Depuis 14 ans, Anne luttait contre un cancer dont elle savait qu’elle ne guérirait plus. Avec la réalisatrice, une amie de longue date, elles décident de filmer ce que signifie la vie avec un cancer chronique. Mais très vite, la maladie rattrape Anne. Elle tente de préparer sa fin de vie, elle qui veut choisir «  le moment et la manière  » de mourir. Mais, face à une loi qui ne le permet pas, la réalisatrice filme une dépossession.

Ces sourds qui ne veulent pas entendre

Angélique Del Rey, Sarah Massiah, 2012

Progrès technologique incontestable dans la réhabilitation de la surdité, l’implant cochléaire n’est pas considéré comme un progrès par tout le monde : certains sourds refusent cette prothèse. Comment comprendre que l’audition ne leur manque pas  ? Dans nos sociétés, tout ce que la technique rend possible, institue un pouvoir de fait auquel nous prenons peu le temps de réfléchir : le rejet par des sourds de l’implant est l’occasion d’y réfléchir.

Noor

Çağla Zencirci, Guillaume Giovanetti, 2012

Noor veut être un homme. Il ne fait plus partie des Khusras, la communauté des transgenres du Pakistan. Et il a définitivement tourné la page de l’histoire d’amour qu’il a eue avec l’un d’entre eux. Désormais, il a un travail d’homme dans un centre de décoration de camions, et il sait ce qu’il veut : trouver une femme qui l’acceptera tel qu’il est…

Mohammad sauvé des eaux

Safaa Fathy, 2012

Le frère de la réalisatrice a vécu en Haute-Egypte. Il souffrait d’une insuffisance rénale grave. Le film raconte son histoire avant et après sa mort en juin 2010. A travers ce protagoniste et ses interrogations, le film aborde des thèmes aussi personnels que le rapport au corps, à la tradition, à la religion, à la famille et à la guérison en Egypte, dans un contexte d’un pays en révolution dont l’enjeu est précisément le respect de la dignité humaine. Le film aborde également le problème de l’industrialisation sauvage et de ses conséquences sur l’écologie.

Ô mon corps !

Laurent Aït Benalla, 2012

À Alger, le chorégraphe Abou Lagraa assisté de sa femme, la danseuse Nawal Lagraa, travaille à la formation de la première Cellule de danse contemporaine en Algérie. Un film sensible sur le travail de cette compagnie de danse. Un regard intimiste sur les danseurs et les chorégraphes dans leur travail, leurs doutes et leurs succès.

Aujourd’hui

Alain Gomis, 2012

Dakar, la ville familière, grouillante, colorée… La famille, les amis, son premier amour, les manifestations, ses aspirations… Aujourd’hui Satché doit mourir. Il a été choisi. Aujourd’hui Satché vit comme il n’a jamais vécu.

Augustine

Alice Winocour, 2012

Paris, hiver 1885. A l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, le professeur Charcot étudie une maladie mystérieuse : l’hystérie. Augustine, 19 ans, devient son cobaye favori, la vedette de ses démonstrations d’hypnose. D’objet d’étude, elle deviendra peu à peu objet de désir.

Être là

Régis Sauder, 2012

Elles sont psychiatres, infirmières ou ergothérapeutes à la maison d’arrêt des Baumettes à Marseille et reçoivent des détenus devenus patients le temps du soin. Être là, c’est rejoindre cet espace unique - celui de l’écoute - une poche d’air derrière les murs de la prison.

À peine ombre

Nazim Djemaï, 2012

Ce film montre l’institution particulière qu’est la Clinique psychiatrique de La Borde, berceau de la psychothérapie institutionnelle, fondée par le Docteur Oury en 1953. La Borde et ses entours, les écuries, le poulailler, le jardin potager, la serre etc. sont rythmés par le défilement des saisons. Cependant cette apparente douceur qui semble apaiser les corps et les esprits se dérobe devant les hautes solitudes de la maladie.

Chronique d’une mort oubliée

Pierre Morath, 2012

Une investigation fouillée autour de la découverte du corps d’un homme, chez lui, décédé depuis 28 mois va tenter de répondre à la question suivante : comment un homme ayant une famille, suivi par l’hôpital et les services sociaux a-t-il pu sombrer dans l’oubli ?

Rite, la folle et moi (Le)

Gentille Assih Menguizani, 2012

L’Akpéma est un rituel, en pays Kabié (au nord du Togo), au cours duquel les femmes âgées apprennent aux jeunes filles comment devenir des femmes dignes et mûres. Au cours de son initiation, Gentille apprend des secrets sur l’histoire de sa grand-mère. Elle comprend aussi pourquoi son père la maltraitait. Aujourd’hui, choisie comme marraine pour l’Akpéma de sa petite sœur, il lui revient de transmettre à celle-ci cette histoire qu’elle a portée en elle, comme une femme porte un bébé en son sein.

Uzzu

Sonia Ahnou, 2011

« Ce film a été pour moi une incitation à parler d’amour, une invitation à écouter. Avec quelques jeunes étudiants de Tizi-Ouzou, tenter l’expérience sous le regard de la caméra. Quels mots ? Quelle langue ? Que dire ? Que taire ? Qu’est-ce que l’amour ? » Sonia Ahnou

El Castello

Massimo d’Anolfi, Martina Parenti, 2011

Un film choral, symbole de notre présence dans ce monde, qui se déroule uniquement à l’aéroport de Malpensa, durant les 4 saisons.

Oxygène

Hans van Nuffel, 2011

Tom est atteint d’une maladie génétique qui détruit ses poumons. Mais, à l’hôpital, différentes rencontres vont lui redonner le goût de la vie…

Mollement un samedi matin

Sofia Djama, 2011

Un soir, Myassa est victime d’un violeur qui bande mou. Rentrée chez elle, une fois de plus, la plomberie est défaillante et elle ne peut pas se doucher. Le lendemain, Myassa a deux priorités : porter plainte et trouver un plombier. Mais la revoilà face à son violeur…

Territoire de l’amour

Alexander Kuznetsov, 2010

Un jour, Alexandre Kouznetsov se rend dans un institut psychopédagogique, à quatre cents kilomètres de Krasnoïarsk où il réside. Régulièrement, il y retourne : «  Au milieu de ces gens, déclarés fous, inadaptés, j’ai découvert un territoire d’une authenticité, d’une vérité dans les rapports, inimaginable dans le monde «  normal  ». Et cela grâce au projet défendu par celui qui dirige aujourd’hui cet établissement.  » C’est ce visage-là, cette image-là de la Russie qu’il a voulu transmettre.

Prix du sang (Le)

Anne Elisabeth Ngo Minka, 2010

Ce film interroge un concept, ou plutôt une abstraction : la virginité. Pour la représenter, la réalisatrice utilise des symboles et des voix. Et parce que cette question est au centre de plusieurs religions, elle interroge l’islam et le catholicisme, mais aussi la tradition et le point de vue scientifique.

Steam of life

Joonas Berghäll, Mika Hotakainen, 2010

Partout en Finlande, des hommes de tous âges se retrouvent au sauna pour transpirer ensemble. Un documentaire intimiste, émouvant et drôle sur un étonnant confessionnal.

Territoire de l’amour

Alexandre Kouznetsov, 2010

Un photographe suit la tournée à travers la Russie d’une troupe de chansons créée au sein d’un hôpital psychiatrique.

Tortues ne meurent pas de vieillesse (Les)

Hind Benchekroun, Sami Mermer, 2010

Trois hommes âgés de près de 80 ans résident dans le nord du Maroc. Abdesslam, un musicien qui roule sa bosse à gauche et à droite et qui n’attend que le bon moment pour marier ses fils. Il y a Erradi, un aubergiste qui ne perd pas son sens de l’humour malgré les nouvelles technologies qui lui pèsent. Puis il y a Chehma, un ancien pêcheur qui s’arrêtera de travailler seulement si on l‘arrête. Trois destins au sein d’une région qui est loin de rouler sur l’or.

Qui accueillera nos parents ?

Josiane Maisse, 2010

Échos du Troisième Age et des personnes qui en prennent soin.

Fix me

Raed Andoni, 2010

Raed, auteur réalisateur, sorte de cousin palestinien de Woody Allen, a mal à la tête, au sens propre comme au figuré. Cela l’empêche de travailler. Armé d’humour et d’une certaine ironie, il interroge alors sa place dans la société palestinienne. Au risque de déconcerter sa propre famille et ses vieux amis, il décide de se faire soigner et de filmer sa psychothérapie..

I am

Sonali Gulati, 2010

La réalisatrice retourne en Inde. Elle n’a jamais osé dire à sa mère qu’elle était lesbienne, et maintenant, elle veut dire et entendre ce que ressentent , ce que vivent, comment luttent les jeunes indiennes et indiens qui font leur coming out, et se battent pour la dépénalisation de l’homosexualité.

Check check poto

Julia Varga, 2009

Julia Varga a suivi pendant plusieurs mois des jeunes qui fréquentent Mosaïque, la structure d’accueil du service municipal Hygiène et Santé d’Aubervilliers.

Résidence Bachelard, rêverie darwinienne.

Olivier Pagani, 2009

Cité Scientifique. Il y a quelqu’un parmi les arbres. Il veut rendre sa maison habitable. On entend des voix. L’une parle de cellules, l’autre, de la maison d’enfance. Mais lui n’entend que cette question : Comment accepter de mourir ? La science et la poésie y changent-elles quelque chose ? Peut-être.

Jeunes traces (Les)

Sylvie Coren, 2009

Ce film documentaire est partie prenante de l’action Soin et Culture dans le nord des Hauts de Seine pour que des jeunes en risque de désaffiliation puissent s’ouvrir à la société, se (re)donner confiance, travailler l’estime de soi et le respect de l’autre.

Bébés de l’amour et de la science

Jackie Bastide, 2008

Ce film raconte l’aventure palpitante, pleine de rêves, d’espoirs et d’effrois que furent les trois décennies pionnières de l’Assistance Médicale à la Procréation, l’une des plus grandes découvertes de notre temps.

Libres sur l’eau

Rémy Batteault, 2008

Un documentaire sur le dépassement du handicap par la pratique de la voile.

Côte d’Ivoire, journal intime

Samir Benchikh, 2008

À 24 ans, Samir Benchikh découvre l’Afrique en arpentant la Côte d’Ivoire d’Abidjan à Bouaké, en passant par Yamoussoukro ou Man. Le voyage est émaillé de rencontres avec des responsables associatifs, des jeunes de son âge dévoilant leur quotidien, des enfants des rues…

Working on it

Karin Michalski, Sabina Baumann, 2008

Comment notre société réagit-elle à la rupture de ses normes de genre, au travail, dans la rue ?

Ecchymoses

Fleur Albert, 2008

L’infirmerie scolaire est un refuge où s’exprime le malaise familial personnel et scolaire. Le film propose une chronique de l’adolescence dont l’infirmerie est le théâtre unique et privilégié.

An prochain la révolution (L’)

Frédéric Goldbronn, 2008

Après Diego et La Maternité d’Elne, Fréderic Godbronn poursuit son travail autour de l’histoire et l’engagement à travers ce portrait de Maurice Rajsfus, enfant juif dont les parents moururent en camp et dont la vie fut révolte et militantisme contre toutes les formes de répression.

Pistés par nos gènes

Philippe Borrel, 2007

Des entreprises qui veulent pister les employés grâce à leur gènes,on tente de dresser le portrait-robot d’un individu à partir d’un simple échantillon de sang ou de salive. La génétique serait-elle l’ultime outil de surveillance ?

Mes questions sur la folie

Serge Moati, 2007

Schizophrénie, troubles de la personnalité, dépression, bipolarité, dans ce nouvel opus de sa collection documentaire Mes questions sur…, Serge Moati s’interroge sur le désordre et la souffrance psychique.

Allo allo cinéma cadeau : cinéma contre sida

David Foucher, Patrice Raynal, 2007

En Afrique, au Burkina Faso, une équipe d’hommes et de femmes sillonne le pays pour sensibiliser les populations sur le Sida. Leur méthode d’action : le Cinéma.

Mouton

Zeina Abirached, 2006

C’est l’histoire d’une petite fille qui, après quelques malheureux clic-clic de ciseaux, est contrainte d’héberger un mouton sur sa tête.

Arêtes du cœur (Les)

Hicham Ayouch, 2006

Tafdnar, petit village de pêcheurs, s’est arrêté de vivre le jour où la majorité des hommes sont morts en mer. Les femmes, rongées par la tristesse et la solitude, sombrent dans une douce folie.

Je suis de celles qui porte les fleurs vers sa tombe

Ammar Al Beik, Hala Al Abdalla, 2006

Un film conçu comme un puzzle en noir et blanc par la réalisatrice, au fil de ses repérages en Syrie, fait d’allers et retours, qui dit la prison et l’exil, le passé et le présent, l’amour et la mort. Un film qui dit l’importance de la poésie.

Révolution du désir. 1970 La révolution homosexuelle (La)

Alessandro Avellis, Gabriele Ferluga, 2006

La révolution du désir est une exploration de la nébuleuse qui a donné vie aux mouvements de libération sexuelle en France et une interrogation sur le passage de la révolte à la normalisation des homos.

Notre refus

Claude Lefevre-Jourde, 2005

Plus de 150 millions de femmes et de petites filles sont toujours victimes de mutilations génitales qui vont de l’excision à l’infibulation. Ce film montre différentes facettes de la lutte de femmes et d’hommes africains en Guinée et en Ethiopie et la vigueur avec laquelle ils s’acharnent à faire cesser ces pratiques.

On les appelait les dames du planning

Marie-Monique Robin, 2005

L’épopée du planning familial, depuis les premiers combats menés au XIXe siècle par les néo-malthusiens jusqu’à aujourd’hui. Retraçant l’histoire du mouvement du planning familial au niveau international et particulièrement en France, où la loi de 1920 verrouilla pendant plus de quarante ans tout débat sur le contrôle des naissances.

Mon enfant, ma soeur, songe à ta douleur

Violaine de Villers, 2005

Khadi et Khadia vivent en Belgique depuis 15 ans, elles racontent leur histoire, une vie de femmes mutilées sexuellement.

Vues de l’esprit

Sophie Bensadoun, 2005

La philosophie de l’esprit propose une nouvelle approche de la pensée : si l’homme n’est que matière, peut-on expliquer tous nos états mentaux par des états physiologiques et peut-on naturaliser l’esprit ?

Viva Ladjérie

Nadir Moknèche, 2004

Alger, hiver 2003. La maman,ancienne danseuse de cabaret, la fille émancipée et l’amie, prostituée, sont installées, depuis le début des violences terroristes, dans un hôtel du centre ville. Et même si la mort les poursuit, elles lui disent : non !

Touchée

Laetitia Mikles, 2003

Documentaire sur cinq personnes, sourdes et aveugles, qui s’expriment en langue des signes touchées : ils se signent dans les mains pour se comprendre.

Des tas de choses

Germinal Roaux, 2003

Avec une lucidité non dénuée d’humour, Thomas Bouchardy commente du haut de ses vingt-six ans les photos de sa jeunesse.

4 empereurs et 1 rossignol, et un ballet perdu

Wilbert Bank, 2003

En 1999, deux danseurs anglais Millicent Hodson et Kenneth Archer remontent le « Chant du Rossignol », ballet créé en 1925 par le chorégraphe Georges Balanchine, sur une musique d’Igor Stravinsky

Mon ennemi intérieur

Gilles Rabier, 2003

Mon ennemi intérieur permet de suivre pendant 6 mois la lutte que mènent Philippe, Hervé, Edgar et Anthony contre les TOC (Troubles Obsessionnels et Compulsifs).

Au bonheur des planches

Yolande Josèphe, 2003

En 1997, l’hôpital psychiatrique Charcot fait appel à des intervenants comédiens pour débuter un atelier théâtre ouvert aux patients et aux soignants. Six ans plus tard, Yolande Josèphe suit les séances où se retrouve une douzaine d’acteurs amateurs, libérés un instant de leur dimension pathologique ou de leur rôle professionnel.

Nos inquiétudes

Judith Du Pasquier, 2003

Le film est parti d’une idée très simple : donner la parole, à propos de la psychanalyse, à ceux qui en ont fait ou font l’expérience  ; ceux qu’on appelle les «  analysants  ». Des gens ordinaires, comme vous et moi, qui souffrent dans leurs têtes, dans leurs corps, comme tout le monde.

Bonne longueur pour les jambes (La)

Christian Rouaud, 2003

C’est l’histoire de Patrick et Nathalie, un couple de « personnes de petite taille », et d’Éric, un autiste dont Patrick est le tuteur depuis 24 ans. Dans notre société « normale » où le geste vers autrui est souvent furtif et chargé de bonne conscience, Patrick et Nathalie présentent l’image dérangeante d’un engagement vital vers l’autre.

Madegee, après coups

Céline Cros, 2003

En partageant le quotidien de Madegee, les fragments d’une histoire lourde à porter émergent et nous laissent entrevoir le long chemin à parcourir pour retrouver l’estime de soi. Madegee part à la recherche de son corps, de la ré-appropriation, tel un parcours initiatique où le corps reprend son espace, son langage, sa liberté…Comment retrouver son corps après coups ?

Our Times

Rakhshan Bani-Etemad, 2002

Rakhshan Bani-Etemad décide de filmer la campagne présidentielle en 2001 à Téhéran, en particulier certaines femmes qui voudraient être candidates.

Danse, Grozny danse

Jos De Putter, 2002

Âgés de six à seize ans, les membres d’une troupe de danseurs tchétchènes, originaires de Grozny, entament une tournée dans les capitales européennes. Répétée d’abord au milieu des ruines d’un pays dévasté, leur danse traditionnelle est davantage qu’un spectacle pittoresque, c’est l’usage d’un art comme affirmation d’existence.

Autrement

Christophe Otzenberger, 2002

Mélangeant fiction et documentaire, « Autrement » met en conflit le désir et le réel dans une société où il reste possible de choisir sa douleur.

Gymnase (Le)

Jean-Marc La Rocca, 2001

Véronique dirige une salle de sport parisienne. Entre ses professeurs qui se prennent pour les stars et ses client(e)s qui poussent parfois l’entraînement un peu trop loin, elle est fort occupée. Le gymnase n’est pas le royaume de la parole, mais le corps a son language et ses maux sont lourds de sens…

Bulles

Pablo Zubizarreta, 2001

A l’institut Gustave Roussy, les enfants cancéreux hospitalisés peuvent recevoir la visite de clowns qui parviennent à soulager, ne serait-ce qu’un moment, la détresse de ces jeunes malades.

Brigitte, ou le chien qui aboyait à ma place

Jean-François Raynaud, 2001

Ce film témoigne de l’histoire exceptionnelle entre Brigitte et Bernard. Elle a trente-cinq ans, elle est peintre, elle est autiste. Il est son tuteur légal, et depuis 27 ans, s’occupe d’elle, avec autant d’amour et peut-être plus que ne l’aurait fait un père.

Chaîne du silence (La)

Agnès Lejeune, Éric Monami, 2000

Suite à un suicide au sein d’une entreprise de production automobile, enquête pour essayer de comprendre le silence et le déni qui suivent un tel geste.

Ticket de bains-douches (Un)

Didier Cros, 2000

Dans les bains-douches parisiens, des personnes en siuation précaire viennent faire leur toilette… et retrouver quelque dignité. Didier Cros recueille leurs témoignages : sobres, lucides, poignants.

Billy Elliot

Stephen Daldry, 2000

Angleterre du Nord, 1984. Billy Elliot, jeune garçon de onze ans, devient adepte des cours de ballet alors que ses amis prennent des leçons de boxe et que son père et son frère sont engagés dans la grève des mineurs, Billy se bat de son côté pour faire admettre à son entourage sa passion pour la danse.

Millevaches (expérience)

Pierre Vinour, 2000

La panique d’un homme de 60 ans en proie au doute, sa fuite éperdue sur les hauteurs du Plateau de Millevaches, et l’expérience de son étrange métamorphose….

Alone in Teheran

Pirooz Kalantari, 1999

Le récit d’une jeune femme qui rêve de devenir actrice à Téhéran, aujourd’hui, ou la confrontation entre tradition et modernité.

Eves de Silicone

Gérard Martin, 1998

De l’Eve chrétienne à la Galatée grecque, de Pandora aux réplicantes de la science-fiction, l’imaginaire masculin a peu évolué. Mais aujourd’hui ce mythe d’une femme créée de toutes pièces pour l’homme est en train de devenir une incroyable réalité.

Ballet

Frederick Wiseman, 1995

Wiseman suit la troupe de l’American Ballet Theater, célèbre compagnie new-yorkaise de ballet classique.

Libre penseur (Le)

Peter Watkins, 1994

Avec la Suède des années 1870 pour toile de fond, Le libre penseur explore la vie, l’œuvre et l’époque du célèbre homme de théâtre suédois, August Strindberg, auteur de Mademoiselle Julie et La Danse de mort.

Histoires autour de la folie

Paule Muxel, Bertrand de Solliers, 1993

Depuis la Deuxième Guerre mondiale, les traitements psychiatriques ont beaucoup évolué : à l’enfermement hérité du XIXe siècle s’est substituée la volonté de réinsertion, tandis que le regard médical et social sur la folie évoluait. Ville-Evrard, en région parisienne, est un hôpital de santé mentale modèle, tel qu’on les concevait voici plus d’un siècle. Paule Muxel et Bertrand de Solliers donnent la parole à certains de ceux qui y ont vécu ou travaillé, retraçant ainsi la genèse de l’histoire psychiatrique occidentale.

Sous le niveau de la mer

Gianfranco Rosi, 1993

Une rencontre avec des hommes et des femmes qui ont refusé la société de consommation au point d’en être exclus.

Nuits fauves (Les)

Cyril Collard, 1992

Jean, la trentaine, bisexuel, tombe amoureux de Laura, 17 ans. Il lui annonce qu’il est séropositif, mais la jeune fille lui pardonne.

Seraphita’s Diary

, 1982

Pour son premier film de fiction et premier film couleur, Frederick Wiseman revisite le monde de la mode avec cette histoire d’un mannequin qui, ne parvenant plus à assumer les fantasmes véhiculés par son image, décide de disparaître.

On ne va pas se quitter comme ça

Jean-Louis Comolli, 1981

L’un des derniers bals musettes de Paris, la Boule Rouge. Là, tous les après-midi, tous les soirs, des femmes et des hommes se retrouvent pour danser. Ils sont à la retraite, ils dansent.

Ma Première brasse

Luc Moullet, 1980

Face caméra, Luc Moullet s’interroge. À 43 ans, il va tenter d’apprendre à nager. L’idée du film est là et en parfait pataphysicien, il va la pousser jusqu’à l’absurde.

Dis-moi comment tu danses

Stanislas Choko, 1980

La danse africaine traditionnelle, symbole de l’intégration de l’homme dans la nature est devenue un produit de consommation touristique et les Africains dansent dans des boîtes de nuit sur une musique « disco ».

Model

Frederick Wiseman, 1980

Au sein de l’agence Zoli à New York, Frederick Wiseman observe l’asservissement des mannequins - aux agents qui les vendent, aux créateurs qui les instrumentent - et décrit les processus de standardisation de la beauté.

Chaperons rouges

Hélène Bourgault, Helen Doyle, 1979

Essentiellement un film sur la peur. Mais sur une peur très familière : cette vieille peur de viol inscrite dans nos corps de femmes, dans nos yeux aux aguets, nos muscles atrophiés, dans nos quotidiens rétrécis par tous ces gestes évités au cas où…

Grande bouffe (La)

Marco Ferreri, 1973

L’histoire de quatre hommes - un grand chef de restaurant, un magistrat, un pilote d’avion, un producteur de télévision - qui, fatigués de leurs vies ennuyeuses et de leurs désirs inassouvis, décident de s’enfermer dans une villa à Paris, vers la fin de l’automne, pour ce qu’ils appellent un «  séminaire gastronomique  » mais pour en fait se livrer à un suicide collectif en mangeant jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Pays de Cocagne

Pierre Étaix, 1971

Les Français partent en vacances. Pierre Etaix les suit. Il les interviewe, les filme et constitue ainsi un documentaire. L’opinion de « l’homme de la rue » sur les sujets d’actualité tels que l’érotisme, le succès artistique, la publicité, la musique et le mariage, alterne avec les concours de chants et les jeux organisés pour les adultes par les grandes marques publicitaires.

46 jours qui précédèrent la mort de Françoise Guiniou (Les)

Christian Boltanski, 1971

Essai de reconstitution des derniers jours d’une jeune femme menacée d’expropriation, qui décide de se cloîtrer dans son appartement avec ses deux enfants, jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Deep end

Jerzy Skolimowski, 1970

Mike vient de sortir du collège et trouve un emploi dans un établissement de bains londonien. Susan, son homologue féminin, arrondit ses fins de mois en proposant ses charmes à la clientèle masculine. Amoureux jaloux de la jeune femme, Mike devient encombrant.

Je t’aime, je t’aime

Alain Resnais, 1968

Claude Ridder, rescapé d’une tentative de suicide, représente un cas qui intéresse les savants. Puisqu’il a vécu entre la vie et la mort, il est le cobaye idéal pour un voyage dans le temps. Claude accepte de se soumettre à l’expérience.

Black liberation / Silent revolution

Edouard de Laurot, 1967

Une œuvre qui mêle recherches sonores et visuelles et dénonce le racisme en Amérique en reprenant les slogans des leaders noirs et de Malcolm X en particulier (qui apporta sa contribution au projet). Plus qu’un documentaire historique, une évocation expressioniste du Black Panther Party .

Oncle Yanco

Agnès Varda, 1967

C’est un portrait- reportage du peintre Jean Varda, mon oncle. Dans les faubourgs aquatiques de San Fransisco, centre intellectuel et cœur de la bohème, il navigue à la voile latine et peint des villes célestes et byzantines, car il est grec.

Ils travaillent quand même

Willy Holt, 1967

Film qui cherche à mettre en évidence les possibilités du travail des personnes handicapées physiques et sensorielles intégrées dans le circuit normal de production ou dans les ateliers protégés de l’époque du tournage.

Elles

Ahmed Lallem, 1966

En 1966, quatre années après le début de l’indépendance, des lycéennes algériennes de première et terminale, parlent de leur vie, des difficultés qu’elles rencontrent dans leur désir d’émancipation, de leurs attentes, de leur espérance dans l’avenir de leur pays.

Herman Slobbe

Johan Van der Keuken, 1966

Au cours du tournage de l’enfant aveugle, Johan Van der Keuken remarque Herman Slobbe auquel il consacre un deuxième film.

Rocco et ses frères

Luchino Visconti, 1961

Une famille du sud de l’Italie est contrainte par la misère d’émigrer vers le nord pour y trouver du travail. Simone réussit à devenir boxeur professionnel mais sera laminé par ce milieu malsain. Rocco s’essaie à différents métiers avant d’être poussé à faire de la boxe, sport qu’il déteste mais où il devient un champion. Tous deux aiment la même femme, Nadia, une prostituée.

Gestes du repas (Les)

Luc de Heusch, 1958

Ce film ethnographique satirique nous renvoie l’image de l’homme qui mange, un regard aigu sur la Belgique. Le thème général de l’enquête est la description des gestes du repas.