Ticket de bains-douches (Un)

Un film de Didier Cros

 2000  France  Documentaire  50 min  Couleur  Béta SP

 Scénario : Didier Cros  Image : Rémy Revellin  Son : Sylvain Delecroix  Montage : Emmanuel Cabanes

Producteurs :
NOVI productions (8 rue Lamartine, 75009 Paris, pfauque@noviproductions.fr)
Centre Audiovisuel de Paris (Forum des Halles, 2 Grande Galerie, 75001 Paris)
Forum des images (Porte Saint-Eustache, 75001 Paris, tél : 01 44 76 63 00, fax : 01 44 76 63 50, mail : contact@forumdesimages.fr)
La cinquième (8 rue Marceau, 92785 Issy les Moulineaux CEDEX 9, Tel. 01 55 00 75 09 / 01 55 00 75 10, Fax. 01 55 00 77 04)
Arte France (8, rue Marceau, 92785 Issy-les-Moulineaux cedex 9, Tél : 01.44.30.46.00)
Distributeur :
NOVI productions (8 rue Lamartine, 75009 Paris, France, pfauque@noviproductions.fr)

Institution quasiment unique en Europe, les dix-neuf « bains-douches » de la capitale sont des espaces privilégiés du soin du corps pour une population « limite » dont on parle peu, située à la frontière de deux mondes, ni dans la société ni définitivement hors d’elle. Soucieuse du regard de l’autre, cette population reste discrète à tant vouloir être reconnue sans être remarquée et être entendue sans avoir à crier. Ainsi, ils sont nombreux à venir comme Michel, Jacques et Marie s’immobiliser sous quelques litres d’eau pour chercher un peu de chaleur, de repos et de dignité. Des entretiens effectués pendant, après ou avant la toilette quotidienne sont l’occasion de recueillir une parole forte où tous parlent de leur situation sociale, de leur espérance, de leur détermination à ne pas sombrer et de l’importance du regard des autres. Le bain public est aussi un lieu convivial qui permet pour un temps de rompre sa solitude en échangeant quelques mots avec le garçon de cabine ou un usager de passage. Lorsque Étienne manifeste la volonté de ne pas « lâcher son corps », on comprend avec force que prendre soin de son corps, c’est aussi prendre soin de son âme.

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Projeté dans le festival :
Traces de vies (Vic Le comte)