Léonarda

Un film de Guillaume Kozakiewiez

 2007  France  Documentaire  71 mn  Couleur  DVCAM  Mode de production : Télévision  VF

 Scénario : Guillaume Kozakiewiez  Image : Guillaume Kozakiewiez  Son : Guillaume Kozakiewiez  Montage : Guillaume Kozakiewiez

Producteur :
.Mille et Une. films (27 avenue Louis Barthou, 35000 Rennes, Tél : 02 23 44 03 59, Fax : 02 23 44 03 63, @ : contact(@)mille-et-une-films.fr)
Distributeur :
.Mille et Une. films (27 avenue Louis Barthou, 35000 Rennes, Tél : 02 23 44 03 59, Fax : 02 23 44 03 63, @ : contact(@)mille-et-une-films.fr)

Léonarda est le film d’une rencontre, au Belarus, d’un arrière petit-fils et de son aïeule, d’un « vagabond capitaliste » et d’une paysanne catholique. Le cinéaste et la vieille femme forment un couple magique, improbable qui vit ces moments à deux hors de tout… Mais, au fil des voyages et des saisons, la réalité de chacun les rattrape et peu à peu la magie se retire.

ranciszek, mon arrière-grand-père, aurait eu 101 ans cette année.

En 1930, il a 25 ans et laisse derrière lui la Pologne, sa mère, quatre frères et une sœur. Une vie d’ouvrier agricole. Il ne reverra jamais la Pologne.

A 25 ans, je décide de faire le chemin inverse, dans l’espoir de rencontrer les enfants de ses frères et sœurs.

J’ai trouvé sur une carte de 1930, Czurki, le village natal de Franciszek. C’est aujourd’hui en Belarus et non plus en Pologne, les frontières ayant considérablement changé après la seconde guerre mondiale.

Je suis parti en Juillet 2005, seul, avec un sac, un dictionnaire, une caméra, le passeport franco-polonais de Franciszek et la seule lettre qu’il ait reçue de sa famille, datée de 1935.

J’ai retrouvé Léonarda, nièce de mon arrière-grand-père, elle vit aujourd’hui à Pachkichki, un village à 8 km de Czurki, appartenant au même kolkhoze.

[…] Le premier séjour que j’ai passé chez Léonarda fut magique. Nous ne pouvions pas nous comprendre par la langue, mais peu importe. Nous étions ensemble. Elle m’adopta comme son petit-fils. Je la considérais très vite comme ma grand-mère. Nos yeux brillaient chaque fois qu’ils se croisaient, nos mains faisaient des dessins en l’air et finissaient sur la nappe pour y mimer nos idées, les voix se chevauchaient jusqu’à ce que les rires se mélangent et forment l’unisson qui nous liait enfin…

Guillaume Kozakiewiez

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :