Sanaz Azari

Née en 1981 à Ispahan, Sanaz Azari a quitté l’Iran avec ses parents suite à la révolution islamique de 79 et à la guerre Iran/Irak qui à éclaté en 1980. Après un passage par la Turquie, ils se sont installés à Bruxelles, où elle habite depuis lors.

Après des études de photographie, elle étudie le théâtre à La Cambre. D’abord comédienne, elle travaille ensuite comme scénographe puis comme plasticienne avec des projets d’installation, d’écriture, de photographie, jusqu’à ce qu ‘elle réalise ce premier film documentaire.

(source : entre Sans Canal Fixe)

Films dans la base

I comme Iran

Bruxelles, dans le huis clos d’une salle de classe. A partir d’un manuel datant de la révolution islamique, la réalisatrice apprend à lire et écrire le persan, sa langue maternelle. Au fil des leçons, son professeur lui transmet les rudiments de la langue, porte d’entrée vers l’histoire et la culture iraniennes. Progressivement le didactisme des leçons est détourné en un collage poétique et visuel qui met en jeu la notion de liberté et questionne le sens d’une révolution.

Salaam Isfahan

Sous le prétexte de prendre des photos des passants la réalisatrice prend le pouls de l’Iran à la veille des élections de juin 2009 qui verront la reconduction de Mahmoud Ahmadinejad au pouvoir. Le film trace le portrait d’une société avant, pendant et après les élections, courte période de rêves ou un changement se dessine.