Mémoires d’immigrés

Un film de Yamina Benguigui

 1997  France  Documentaire  160 mn  Couleur  Mode de production : Télévision  VOSTF (français, arabe)

 Musique : Dahmane EL Harachi, Rachid Barhi, Slimane Azem, Dalida, Idir, Malika Dom-Ran, Enrico Macias, Cheb Hasni, Bellamou Messaoud, Cheb Mami, Rachid Taha  Image : Lionel Bernard, Nadia Ben Rachid  Son : Serge Richard  Montage : Virginie Saint Martin, Bakir Belaïdi

 Distribution : Myriam Aouffen, Messaouda Adami, Hacen Abdou, Shyraz Alliane, Amin Chouikh

Producteurs :
Studio canal (1, Place du spectacle, 92130 Issy-les Moulineaux, téléphone : 01 71 35 35 35)
Bandits production (4 rue Jean Macé, 92150 Suresnes, Tél : 01 41 38 14 14)
Distributeurs :
Liberation films (67 rue Dupont, 1030 Bruxelles, téléphone et fax : 02/217.48.47, mail : liberationfilms@skynet.be)
Bandits (4 rue Jean Macé, 92150 Suresnes, Tél : 01 41 38 14 14, Mail : contact@banditsprod.com)
 Éditeur :
MK2 (55 rue Traversière, 75012 PARIS FRANCE, Tél : 01 44 67 30 00, Mail : boutique@mk2.com)

Ce fut d’abord la rencontre avec une ville. Marseille. Au hasard d’un tournage, lors de la réalisation de « Femmes d’Islam ». Il me fallait filmer plusieurs femmes et les interroger sur leur condition de musulmanes…

Plus je les écoutais, plus je me demandais : comment ces femmes, sont-elles arrivées en France ? Elles ont raconté. Les images s’imposaient d’elles-mêmes : l’arrivée au port puis la découverte des bidonvilles, la solitude… j’ai pensé à leurs époux et, donc, aux pères.

Cette première trilogie voulait tenter de comprendre pourquoi les hommes interprétaient le Coran au détriment de leurs soeurs, épouses et filles. Le projet de cette seconde trilogie s’intéresse aux sources même de la présence de ces hommes et femmes sur le territoire français. Reconstituer l’histoire de l’immigration maghrébine, pour moi, c’est aussi reconstituer une partie évidente de l’histoire de France, depuis l’époque de la colonisation du Maghreb. Elevée entre traditions familiales et principe républicains, j’ai ainsi le sentiment de me réapproprier ma propre histoire, faite de ces deux pans…

 

Yamina Benguigui : à propos de Mémoires d’immigrés

« Je voulais redonner de la dignité à ces immigrés Maghrébins dont on a oublié le passé et les conditions dans lesquelles ils ont été accueillis en France. Je suis née ici, issue de parents algériens. Mes parents, et tous ceux des enfants des banlieues, des beurs comme on dit, sont toujours restés dans l’ombre. Jamais on ne les a laissés s’exprimer sur leur passé. Dans ma famille, il y avait quelque chose de honteux à parler de cette immigration. De ce fait, on se taisait. Et nous, enfants d’immigrés, ne savons rien de la réalité. L’ignorance est dangereuse. Il faut retrouver notre histoire pour mieux comprendre notre double culture, et la faire connaître aussi aux Français de souche. »

Propos d’Abdellah Samale, l’un des pères de Mémoires d’immigrés

« Nos enfants, ils sont là aujourd’hui. Il faudrait bien qu’ils sachent pourquoi on est ici, pourquoi on est venu, et comment on est venu, dans quelles conditions on a travaillé, comment notre vie a passé. Même s’il y a des reproches, comme quoi ils sont nés ici, etc., ce n’est pas de ma faute, c’est de la faute de l’économie. Je dirais même de la misère. »

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Autres chemins :
Incontournable dans la période :
Projeté dans les festivals :

Pour aller plus loin

  • Film programmé dans le cadre de la 7ème édition de la Décade Cinéma et Société : El Djazaïr ! France-Algérie, du colonialisme à aujourd’hui

  • Voir également l’étude proposée à partir de ce film sur le site des clionautes, ici

  • Retrouvez également ici les deux films réalisés par des jeunes de l’ACEDC de Tulle dans le cadre d’un parcours de cinéma en festival, à l’issue de la projection de ce film lors de la Décade 2012.