Tous les films - J

0-9ABCDEFGHI – J – KLMNOPQRSTUVWXYZ

J’accuse (That they may live)

Abel Gance, 1937

Après avoir vécu la première guerre mondiale, Jean Diaz se consacre à l’invention d’une machine pour empêcher la guerre.

Jacqueline dessinatrice cartes IGN (Série Travailler à domicile)

Monique Haicault, 1986

Un portrait de Jacqueline, dessinatrice de cartes IGN à Paris, issu de la série «  Travailler à domicile  », initiée en 1986.

Jacqueline et Marcel

Carole Roussopoulos, 1976

Un couple d’ouvriers chez Lip

Jacques Duclaux

Manuel Shapira, 1999

C’est l’hiver. Jacques Duclaux, éleveur en Corrèze, marche silencieusement sur la route qui mène de l’étable à chez lui. Depuis cinquante ans, il parcourt inlassablement ce paysage qu’il a façonné.

Jacques Lacan, la psychanalyse réinventée

Élisabeth Kapnist, 2001

Par le témoignage d’historiens, de psychanalystes et de philosophes, le documentaire parvient à donner une idée précise de ce que pouvaient être l’enseignement et la pratique de la psychanalyse de Jacques Lacan.

Jacques Prévert, paroles d’un insoumis

Camille Clavel, 2008

Jacques Prévert était un subversif, un homme libre, terriblement pessimiste. Le documentaire de Camille Clavel ne cesse de rappeler son anticonformisme mais également la violence de son engagement contre toutes les injustices sociales.

Jacques Tati, le rire démocratique

Philippe Pierre, 2002

La vie et l’oeuvre de celui qui apporta une touche toute particulière au cinéma français à travers des extraits de ses films, de ses sketchs de music hall, des images de plateaux et des interviews

Jacquot de Nantes

Agnès Varda, 1991

Il était une fois un garçon élevé dans un garage où tout le monde aimait chanter. C’était en 1939, il avait 8 ans. Puis il a voulu faire du cinéma mais son père lui a fait étudier la mécanique. C’est de Jacques DEMY qu’il s’ agit et de ses souvenirs.

Jaffa, la mécanique de l’orange

Eyal Sivan, 2009

Parmi tous les symboles partisans et opposés, entretenus, véhiculés et admis, un seul est commun à la Palestine comme à Israël : l’orange. Raconter l’histoire de ce symbole, c’est raconter cette terre.

Jaguar

Jean Rouch, 1961

Le berger Lam, Illo le pêcheur et Damouré l’écrivain public décident de se rendre à Accra pour y trouver fortune car, au Niger, la coutume veut que les jeunes gens s’expatrient le temps de réunir le montant de la dot indispensable à leur mariage.

J’ai 17 ans, l’âge de raison

Julie Gavras, 2003

27 avril 2002, 100.000 personnes traumatisées par le duel à venir entre Chirac et Le Pen au deuxième tour des élections présidentielles défilent dans les rues de Paris.

J’ai huit ans

Yann Le Masson, 1961

Film réalisé à partir de dessins d’enfants algériens recueillis dans un camp en Tunisie.

J’aime la vie, je fais du vélo, je vais au cinéma

Francis Fourcou, 2004

J’aime la vie, je fais du vélo, je vais au cinéma est une chronique amusée et impertinente qui nous fait partager quelques mois de la vie des salles de cinéma indépendantes art et essai à la programmation exigeante.

J’ai pas fait l’ENA, j’ai fait la campagne

Christian Argentino, 2013

D’une saison à l’autre, le portrait d’un médecin de campagne exerçant dans une petite commune du centre de la France : son quotidien au cabinet, en visites, en institutions, et son rôle essentiel dans la communauté d’une campagne désertifiée.

J’ai rêvé d’une grande étendue d’eau

Laurence Petit-Jouvet, 2002

Dans sa consultation d’ethnopsychanalyse à l’Hôpital Avicenne de Bobigny, Marie Rose Moro reçoit des familles migrantes, venues d’Afrique, d’Asie, du Moyen Orient et d’ailleurs. Là, les patients peuvent exprimer ce qui leur arrive, sans se couper de leurs croyances, de leurs coutumes, ni de leur histoire. Lieu d’invention autant qu’espace clinique d’exception, ce service a accepté qu’une caméra témoigne du travail sensible qui s’y déroule.

J’ai serré la main du diable

Peter Raymont, 2004

Révélations sur l’action humanitaire pendant la guerre au Rwanda En avril 2004, pour le dixième anniversaire du génocide rwandais, le lieutenant-général Roméo Dallaire revient pour la première fois au Rwanda et affronte les souvenirs qui le hantent depuis une décennie. Mandaté par l’ONU en 1993, Dallaire a assisté, impuissant, au massacre de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants en l’espace de quelques semaines…

J’ai très mal au travail

Jean-Michel Carré, 2006

Le travail est le carrefour de valeurs contradictoires. Quels sont ses enjeux ? Pour répondre à quels objectifs opposés ? Au bénéfice de qui ? Quelles sont les nouvelles méthodes de management ?

J’ai un frère

Emmanuel Vigier, 2008

Deux frères séparés par une guerre. Drazan, réfugié politique en France, à Marseille. Dejan en Bosnie-Herzégovine, à Bosanski Brod, une ville industrielle à l’agonie, à la frontière de la Croatie. En 2007, Drazan décide de rendre visite à son frère. L’exilé.

Jamais à Marseille le chant des oiseaux n’avait été si fraternel

Stéphane Gatti, 1991

Interrogé à la fin de l’expérience marseillaise, Gatti se livre à quelques attaques…

Jammin’ the Blues

Gjon Mili, 1944

Tournées à Los Angeles en 1944, dix minutes saisissantes réunissant les plus grands jazzmen de l’époque.

Jana Sanskriti, un théâtre en campagne

Jeanne Dosse, 2006

Des troupes itinérantes de théâtre à visée politique se sont créées en Inde, sur le modèle du Théâtre de l’opprimé d’Augusto Boal. Amenant les villageois à intervenir dans les spectacles, les “comédiens”, souvent d’anciens paysans eux-mêmes, espèrent faire changer les mentalités les plus rétrogrades et éveiller les populations à la conscience puis à l’expression politiques. Cette tournée sociologique et politique dans les villages bengalis en dit long sur les contraintes pesant sur la vie rurale en Inde, mais aussi sur les espoirs qu’elle fait naître.

Jane B. par Agnès V.

Agnès Varda, 1985

Le film est un portrait-en-cinéma où l’on découvre Jane Birkin sous toutes ses formes, dans tous ses états et en plusieurs saisons, elle-même en sa diversité et aussi d’autres Jane…

Jardin dans la ville (Un)

Jean-Yves Yagound, 2002

L’histoire d’un jardin d’économie solidaire ouvert aux plus démunis.

Jardin d’Auteurs

Patrick Séraudie, Michel Toutain, 1993

Une série de six films sur six parcs du Limousin évoqués dans la littérature.

Jardin de Jad (Le)

Georgi Lazarevski, 2007

Le conflit israélo-palestinien vu à travers le quotidien compliqué d’une maison de retraite coupée du monde par le mur de sécurité. Une chronique empreinte d’humour et de mélancolie.

Jardin des Finzi-Contini (Le)

Vittorio De Sica, 1971

L’imprégnation progressive du fascisme dans les couches les plus hautes de la société provinciale italienne et l’inconscience générale qui va de pair

Jardin des merveilles (Le)

Anush Hamzehian, 2011

Un potager spécial et merveilleux, une prison différente des autres.

Jardin du Luxembourg

Mannus Franken, 1927

Observation des promeneurs des jardins du Luxembourg par le cinéaste néerlandais qui collabora notamment avec Joris Ivens pour La Pluie.

Jardiniers clandestins

Mélanie Pitteloud, 2010

Agir plutôt que revendiquer : à Montréal, trois jardiniers clandestins se réapproprient leur ville en faisant du « guerrilla gardening ». Par désobéissance civile, ils cultivent des espaces publics afin de reverdir le béton, préserver la biodiversité urbaine et réinventer le visage de leur quartier et de leur ville.

Jardiniers de la rue des Martyrs (Les)

Leila Habchi, Benoît Prin, 2003

Près de 40 ans après la fin de la guerre d’Algérie, dans un jardin ouvrier, quartier du Pont Rompu à Tourcoing, Français et Algériens cultivent leur bout de terre. C’est la culture d’un potager, activité universelle s’il en est, qui les rassemble ici.

Jardin oublié - La vie et l’oeuvre d’Alice Guy-Blaché (Le)

Marquise Lepage, 1995

Un documentaire qui réhabilite la mémoire de la première réalisatrice de l’histoire du cinéma, Alice Guy.

Jardin planétaire (Le) - Gilles Clément

Jean-Pierre Larcher, 2002

Ce documentaire est un portrait intime de la pensée de Gilles Clément, celle d’un philosophe jardinier, celle d’un homme engagé au côté de la nature pour un rééquilibrage et un dialogue retrouvé, d’être vivant à être vivant.

Un jardin sous les lignes

Bruno Baillargeon, 2009

Au cœur d’une ville d’Amérique du Nord, des retraités d’origines haïtienne et italienne ont planté leurs potagers sur un vaste terrain vague promis à devenir une autoroute. Le film se passe entièrement à l’intérieur de cette zone en friche, jadis agricole, aujourd’hui dominée par des lignes haute tension, où chaque printemps voit refleurir autant de terroirs exilés.

Jardins partagés

Fanny Clément, 2002

Ce film montre trois expériences de partage d’espaces où des plasticiens, les habitants d’un quartier, les enfants d’une école, réintroduisent le jardin comme un élément essentiel de l’espace urbain.

Jaurès

Vincent Dieutre, 2012

Le cinéaste montre à une amie les plans tournés depuis l’appartement d’un homme qu’il a aimé. Un an de transformations, à l’intérieur comme sous les fenêtres, où campent de jeunes réfugiés afghans.

J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd

Lætitia Carton, 2015

Laëtitia Carton a découvert le monde des sourds par l’intermédiaire de Vincent, un ami aujourd’hui disparu, qui l’avait initiée à la langue des signes. Avec lui, elle souhaitait réaliser un film pour raconter ce monde et ses habitants. Vincent parti, Laëtitia lui écrit et va à la rencontre de personnes sourdes, qui rendent compte de leur lutte quotidienne pour sortir de l’invisibilité.

Jazz in Limoges

Benoît Cornuau, 2006

Connu de tous les exégètes mondiaux du jazz et de ses plus prestigieux interprètes, Jean-Marie Masse n’est pas une célébrité française. Le doit-il à sa fidélité à Limoges, sa ville natale, la « Rome du Socialisme » où on l’appelle « le Pape du Jazz « ?

Jean Cayrol, Lazare parmi nous

Jean-Luc Alpigiano, Jacques Loiseleux, 2000

Portrait de Jean Cayrol, on a retenu sa collaboration avec Alain Resnais, le commentaire de « Nuit et brouillard » et le scénario de « Muriel » ou le temps d’un retour ainsi que son travail d’éditeur aux Editions du Seuil.

Jean de la Lune

Stephan Schesch, 2012

Jean de la Lune s’ennuie tout seul sur la Lune. Il décide de visiter la Terre. Un jour, il s’accroche à la queue d’une comète et atterrit chez nous. Le Président du Monde, persuadé qu’il s’agit d’un envahisseur, le pourchasse. Pour lui échapper, Jean de la Lune va devoir compter sur les enfants et ses amis…

Jean-Luc Godard et François Truffaut vous parlent

Anonyme, 1968

Épisode sous-estimé du grand film de 68, « l’Affaire » de la Cinémathèque Française servit pourtant de « répétition générale » et de déclencheur à la mobilisation des gens du cinéma en Mai 68.

Jeannette Bourgogne

Jean Gourguet, 1938

La vie d’une petite orpheline qui, a dix-neuf ans, est nommée institutrice dans un tout petit village du Morvan où elle joue un grand rôle.

Jean Nolle, paysan cinéaste

Marc Alfieri, 1999

Devenu inventeur de machines agricoles afin de sortir sa famille de la ruine, Jean Nolle a exporté son savoir là où l’on en a besoin, dans les pays du Tiers Monde.

Jean Renoir le patron

Jacques Rivette, 1966

Sur les bords de la Marne, en 1966, Jean Renoir et Michel Simon dialoguent autour de la direction d’acteurs. Cette émission est la deuxième d’un tryptique consacré par Jacques Rivette au grand cinéaste.

Jean Rouch raconte

Pierre-André Boutang, 2004

Dans ces entretiens inédits, tournés en 1992, le cinéaste raconte son itinéraire, enfance, apprentissage, le choc de la guerre de 1940, le départ pour l’Afrique, un peu par hasard, et puis la découverte d’un monde inouï, insoupçonné.

Je danserai malgré tout !

Blandine Delcroix, 2016

C’est une histoire de danse et de corps. Une histoire sur la liberté, guidée par Bahri, Sandra et Selma les trois personnages principaux du film. Leur engagement consiste à offrir des outils pour construire une Tunisie ouverte et critique où chacun aurait sa place.

Je lutte donc je suis

Yannis Youlountas, 2015

Dans les villes et les campagnes, dans les îles et les montagnes, au cœur des luttes et des alternatives en actes, des femmes, des hommes, mais aussi des enfants refusent de baisser les bras. Une même devise résume leur courage de résister, leur joie de créer et leur persévérance à toute épreuve : «  Je lutte donc je suis  ». Quelques mots pour vivre debout, parce que rester assis, c’est se mettre à genoux.

Je ne pleure pas , je peins !

Jamshid Golmakani, 2007

Portrait de Maryam Hosseinzadeh, qui peint depuis son enfance. Ses tableaux sont le reflet de son vécu. Ils témoignent du passé de Maryam, de son point de vue sur la vie politique, sociale et culturelle de l’Iran. Son mari, poète et écrivain, a été assassiné par les agents du Ministère iranien de l’Information. Depuis, elle préfère dire : « Je ne pleure pas, je peins » !

Je ne suis pas féministe, mais…

Florence Tissot, Sylvie Tissot, 2015

«  Je ne suis pas féministe, mais…  », cette expression est évoquée par Christine Delphy lors d’une émission où elle est invitée avec Simone de Beauvoir en 1985. On retrouve la phrase rituelle que beaucoup de femmes ont pu prononcer un jour, par peur d’employer un mot stigmatisé, mais pour s’autoriser quand même à exprimer un désir d’égalité. Mêlant entretiens filmés et images d’archives, ce documentaire offre le portrait d’une théoricienne féministe, militante et fondatrice du MLF.

Je n’oublierai jamais

Mariam Chachia, 2013

La grand-mère de la réalisatrice, une des dernières mémoires vivantes des cent mille Allemands du Caucase victimes du régime soviétique durant la seconde guerre mondiale, raconte son histoire…

Je pourrais être votre grand-mère

Bernard Tanguy, 2010

Un jeune avocat d’affaires, touché par une vieille SDF roumaine qui lui rappelle sa grand-mère, se met à proposer aux SDF des pancartes au style humoristique et accrocheur.

Je préfère manger à la cantine

Jean-Marie Nizan, Stéphane Bergouhnioux, 2010

À travers plusieurs personnages, ce documentaire se penche au dessus des assiettes et des casseroles et observe le contenu des plateaux de différentes cantines. La cantine est un problème de société : comment voulons nous nous alimenter, à la manière terrifiante de « Soleil Vert » ou en toute maîtrise et conscience d’un développement durable ? Ces enjeux sont essentiels.

Je préfère ne pas penser à demain

Nathalie Joyeux, 2013

Nolwenn, Abdelraouf et Florian, lycéens en terminale doivent faire des choix pour leur avenir. Ce documentaire les accompagne durant 4 années, jusqu’à leur rencontre avec le monde du travail.

Je prends ta douleur

Jean-Marie Barbe, Joëlle Janssen, 2006

Deux portraits : Jimmy, 23 ans, en prison, et Galès, qui a choisi de le visiter une fois tous les deux ou trois mois.

Je rap donc je suis

Philippe Roizès, 1999

Ce documentaire explore le rap sous tous les angles : phénomène de société autant que courant musical, alternative à la violence et au désespoir, expression poétique, affirmation d’une conscience politique ou recherche d’une identité multiculturelle. Dans les banlieues de Paris et Marseille, à Londres, Berlin et Alger, la culture hip-hop rend parole et dignité à la jeunesse des ghettos urbains.

Jérusalem, la ville des deux paix

Andy Sommer, 2010

Des musiciens juifs, chrétiens et musulmans, réunis autour de l’ensemble de Jordi Savall, s’emparent de l’histoire de Jérusalem et signent d’aériens accords de paix.

Jerusalem the East side story

Mohammed Alatar, 2008

Après Iron Wall, Mohammed Alatar décrit dans Jerusalem « The East Side Story » la politique israélienne de confiscation de Jérusalem.

Je suis de celles qui porte les fleurs vers sa tombe

Ammar Al Beik, Hala Al Abdalla, 2006

Un film conçu comme un puzzle en noir et blanc par la réalisatrice, au fil de ses repérages en Syrie, fait d’allers et retours, qui dit la prison et l’exil, le passé et le présent, l’amour et la mort. Un film qui dit l’importance de la poésie.

Je suis le peuple

Anna Roussillon, 2014

En janvier 2011 en Égypte les manifestations anti-gouvernementales rassemblent des dizaines de milliers de personnes dans les rues du Caire, tandis que les villageois des campagnes du Sud suivent les évènements de la Place Tahrir via leurs écrans de télévision et les journaux. Du renversement de Moubarak à l’élection de Mohamed Morsi, le film suit ces bouleversements politiques du point de vue d’un village de la vallée de Louxor. Entre espoirs et déceptions, le changement se fait attendre.

Je suis Martin Luther King

Michael Hamilton, John Barbisan, 2018

Ce film revient sur le destin du leader de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis, tué il y a tout juste cinquante ans.

Je suis un reporter citoyen

John Paul Lepers, Smaïn Belhadj, 2011

Le film raconte la première année de formation des Reporters citoyens : depuis les auditions des candidats à la formation dans les locaux de l’EMI en février 2010 jusqu’au voyage au Sénégal, lors du Forum Social de Dakar, en février 2011. Nous assistons à l’apprentissage des techniques de bases de la vidéo et à l’enseignement des règles éthiques du journalisme. Nous témoignons de la fabrication de leurs premiers reportages. Des extraits de certaines de leurs productions sont diffusés pour illustrer les différentes étapes de leur initiation au métier de web-journaliste.

Je suis votre avocat

Valérie Denesle, 2018

Un huis-clos dans le bureau de l’avocat. Un tête-à-tête entre ceux qui cherchent refuge et celui qui a consacré sa vie à les défendre. Où en est le droit d’asile en France  ?

Jesus Camp

Heidi Ewing, Rachel Grady, 2007

Les familles présentées dans ce film représentent une force électorale influente qui fait de plus en plus entendre sa voix dans la vie culturelle et politique américaine. Elles préparent non seulement le retour de Jésus, mais elles s’apprêtent également à « reprendre le pouvoir en Amérique au nom du Christ », entraînant avec elles leurs enfants.

Je t’ai dans la peau

Jean-Pierre Thorn, 1990

Un étonnant destin de femme librement inspiré d’une histoire vraie. Jeanne sera religieuse, amante d’un prêtre, leader syndical et féministe ne cessant de s’affronter à l’Église et au Parti. Une vie tumultueuse qui embrasse en raccourci l’aventure d’une génération et de ses rêves les plus fous des années 50 au 10 mai 1981.

Je t’aime, je t’aime

Alain Resnais, 1968

Claude Ridder, rescapé d’une tentative de suicide, représente un cas qui intéresse les savants. Puisqu’il a vécu entre la vie et la mort, il est le cobaye idéal pour un voyage dans le temps. Claude accepte de se soumettre à l’expérience.

J’étais en prison et vous m’avez visité

Jacqueline Gozland, 2011

Chaque jour dans les prisons, des hommes et des femmes de foi, catholiques, musulmans, juifs, protestants, bouddhistes, orthodoxes, accompagnent les détenus. Ils sont aumôniers des prisons. Dans le plus grand secret, ils captent la parole enfouie de ces emmurés et peuvent permettre à l’homme de faire son chemin.

Jetée (La)

Chris Marker, 1962

Une catastrophe nucléaire a détruit toute vie humaine à la surface de la terre. Paris a été rayé de la carte. Les « vainqueurs » de cette guerre nucléaire cherchent le moyen de sauver la race humaine.

Je te le rappelle, tu t’en souviens

Valérie Osouf, 2014

Quelques jours avant sa mort, une très vieille femme tente de se remémorer son passé.

Je, tu, il, elle

Chantal Akerman, 1974

Dans sa chambre, une jeune fille se raconte en voix off. Durant plusieurs jours, elle écrit une lettre, se couche sur un matelas, se déshabille, se regarde dans un miroir, se lève, se rhabille, marche.

Jeu d’influences

Luc Hermann, Gilles Bovon, 2014

Ils sont appelés en urgence par de grands patrons pris dans la tourmente médiatique ou sont engagés pour façonner l’image de responsables politiques… Les «  spin doctors  », avec d’ingénieuses stratégies, arrivent à faire passer leurs messages. Les plus influents acceptent de décrypter leurs secrets, leurs faits d’armes ou leurs échecs dans ce documentaire.

Jeudi on chantera comme dimanche

Luc de Heusch, 1967

Luc de Heusch, à la fois cinéaste et ethnologue, signe avec Jeudi on chantera comme dimanche son unique film de fiction. Jean qui rêve de devenir son propre patron saute sur l’occasion qui, pense-t-il va lui permettre d’accéder à son rêve, abandonnant par la même occasion ses camarades en grève. Mettant à profit ses talents de documentariste, le réalisateur dépeint les conséquences néfastes de la société de consommation sur les individus et le délitement de la conscience de classe.

Jeune Fille au livre (La)

Jean-Louis Comolli, 1994

Spécialement conçu pour l’image, « La Jeune Fille au livre » est un opéra qui raconte la passion destructrice entre un peintre et son modèle. Autour d’une toile, dans les coulisses du marché de l’art, va se jouer un drame philosophico-policier.

Jeunes filles

Armand Chartier, 1952

Tourné en pleine modernisation agricole d’après guerre, un film qui montre les difficultés et le rôle moteur des femmes dans la volonté d’innovation en milieu rural.

Jeunesse allemande (Une)

Jean-Gabriel Périot, 2015

La Fraction Armée Rouge (RAF), organisation terroriste d’extrême gauche, également surnommée «  la bande à Baader  » ou «  groupe Baader-Meinhof  », opère en Allemagne dans les années 70. Ses membres, qui croient en la force de l’image, expriment pourtant d’abord leur militantisme dans des actions artistiques, médiatiques et cinématographiques. Mais devant l’échec de leur portée, ils se radicalisent dans une lutte armée, jusqu’à commettre des attentats meurtriers qui contribueront au climat de violence sociale et politique durant «  les années de plomb  ».

Jeunesse amoureuse (Une)

François Caillat, 2012

Le narrateur raconte sa jeunesse amoureuse dans le Paris des années 1970 : un récit d’éducation sentimentale, à cœur et corps perdus ; une histoire intime autant que l’aventure d’une génération ; un film sur la difficulté d’aimer.

Jeunesse parisienne en résistance (Une)

Mourad Laffitte, Laurence Karsznia, 2015

Ce documentaire aborde l’espoir et la détermination de toute une jeunesse parisienne avide de faire vivre les valeurs humaines au-delà de toute barbarie  ; le parcours «  héroïque  » de ces jeunes, souvent étrangers, entrés en résistance dans les FTP-MOI et dont beaucoup connurent le sort tragique des arrestations, de la torture, des exécutions ou de la déportation.

Jeunes traces (Les)

Sylvie Coren, 2009

Ce film documentaire est partie prenante de l’action Soin et Culture dans le nord des Hauts de Seine pour que des jeunes en risque de désaffiliation puissent s’ouvrir à la société, se (re)donner confiance, travailler l’estime de soi et le respect de l’autre.

Jeux de rôles à Carpentras

Jean-Louis Comolli, 1998

1990 : profanation du cimetière juif de Carpentras. Sans refaire le «  procès Carpentras  », Jean-Louis Comolli pointe les contradictions, les doutes, et nous donne les clés d’une affaire complexe, à l’enjeu politique national.

Je vous écris du Havre

Françoise Poulin-Jacob, 2011

Ce film est une invitation au(x) voyage(s) dans le temps, dans la ville du Havre, dans l’enfance…

J’habite le français

Chantal Briet, 2007

Le centre Elisabeth à Belleville. Une école d’apprentissage du français où candidats à l’intégration et bénévoles rêvent d’une société plus juste, plus généreuse.

Jimmy’s hall

Ken Loach, 2014

1932. Après un exil de dix ans, Jimmy rentre au pays. L’Irlande qu’il retrouve s’est dotée d’un nouveau gouvernement. Tous les espoirs sont permis… Jimmy décide de rouvrir le Hall, un foyer ouvert à tous où l’on se retrouve pour danser, étudier, ou discuter. À nouveau, le succès est immédiat. Mais l’influence grandissante de ses idées progressistes ne sont toujours pas du goût de l’église ou des propriétaires terriens.

JLG/JLG, autoportrait de décembre

Jean-Luc Godard, 1995

Sous forme d’autoportrait, Godard se filme et évoque sa conception de l’art, du cinéma et de la vie… Une succession de collages et de surimpressions sonores, d’aphorismes et de syllogismes, d’images lumineuses traduisent la pensée inclassable d’un artiste prophète…

Joe Leahy’s Neighbours

Bob Connolly, Robin Anderson, 1988

En 1988, en Papouasie Nouvelle-Guinée, Joe Leahy, propriétaire d’une plantation de café, vit seul au milieu des tribus papoues. Ce riche métis, fils d’une aborigène et d’un explorateur australien, doit son ascension sociale à l’habileté avec laquelle il manipule ses voisins ganiga (une des tribus papoues).À travers les démêlés de Joe Leahy et de ses voisins, se joue de façon cocasse mais souvent explosive, le scénario de la colonisation…

Joëlle ingénieur-conseil (Série Travailler à domicile)

François Gonnet, 1986

Un portrait de Joëlle, ingénieur-conseil à Marseille, issu de la série «  Travailler à domicile  », initiée en 1986.

Jogos de poder

Susanna Lira, 2013

Comment la ville de Rio de Janeiro se prépare-t-elle à accueillir la Coupe du monde et les Jeux Olympiques  ? Les investissements sont énormes mais rarement négociés avec les représentants sociaux impliqués dans la restructuration de la ville. Jogos de poder aborde la question du droit à la ville et de la lutte entre gouvernants et résidents à partir de l’exemple de Vila Autódromo.

Johan van der Keuken

Thierry Nouel, 2000

D’Amsterdam à Paris, le cinéaste Johan van der Keuken retrace son parcours. 40 années d’un cinéma intime et social, entre engagement et épure. Dans les rues et au travers de rencontres avec d’anciens condisciples de l’IDHEC, le film glisse doucement des interrogations sur l’image aux souvenirs de jeunesse, de la théorie au portrait, de la force des formes à la présence acérée d’un regard.

John John

Brillante Mendoza, 2007

Les derniers moments d’un jeune garçon philippin avec la femme qui s’est occupée de lui, depuis sa naissance, avant son départ avec ses parents adoptifs américains.

Johnny s’en va-t-en guerre

Dalton Trumbo, 1971

Durant la Première Guerre mondiale, un jeune soldat est blessé par une mine : il a perdu ses bras, ses jambes et toute une partie de son visage. Il ne peut ni parler, ni entendre, ni sentir mais reste conscient. Dans la chambre d’un hôpital, il tente de communiquer et se souvient de son histoire.

Joint français (Le)

Cinéma Rouge, 1972

Les travailleurs en grève trouvent de nouvelles formes de lutte. Le personnel féminin démontre sa combativité. Le Joint Français a précédé et préparé LIP.

Jolie vallée (Une)

Gaël Lépingle, 2015

Un village dans la Tarn, l’été. Ils travaillent dans des bureaux ou en usine, sont médecins, enseignants ou retraités. Ils se réunissent pour raconter ensemble une histoire, et pour la chanter. Les chansons contaminent la vie quotidienne, s’installent dans le paysage…

Joli mai (Le)

Chris Marker, Pierre Lhomme, 1963

Filmé en deux parties dans le Paris du mois de mai 1962, Chris Marker interroge des hommes et des femmes sur les problèmes politiques, sociaux et de leur vie quotidienne.

Joli mois de mai (Le)

Atelier de recherche cinématographique (ARC), 1968

Les manifestations de 68 à travers l’Europe. Regard sur quelques événements précis qui ont particulièrement marqué Mai 68.

Josée assembleuse de voitures miniatures (Série Travailler à domicile)

François Caillat, 1986

Un portrait issu de la série «  Travailler à domicile  », initiée en 1986. Josée assemble des voitures miniatures chez elle dans l’Isère.

Joseph Epstein, bon pour la légende

Pascal Convert, 2008

Un documentaire sur Joseph Epstein, qui dirigea les FTP à Paris et dans sa région. On l’a oublié, et pourtant il fut de ceux qui comptèrent, dans la Résistance.

Joseph Kosma

Serge Le Péron, 1996

Ce portrait de Joseph Kosma, compositeur d’origine hongroise, riche en extraits de films et en témoignages de musiciens et de musicologues, retrace la vie de l’auteur des plus belles chansons du cinéma francais.

Joseph l’insoumis

Caroline Glorion, 2011

En 1957, alors que se posent les bases de la future Union Européenne, Joseph Wresinski créé une alliance entre les très pauvres et les autres citoyens, au nom de leur égale dignité. Il était convaincu que cette alliance s’imposait au nom de leur humanité.

Josiane brodeuse sur machine (Série Travailler à domicile)

François Caillat, 1986

Portrait de Josiane, brodeuse sur machine dans l’Isère. Elle travaille à domicile et brode de la dentelle sur des pièces de tissu. Un portrait issu de la série «  Travailler à domicile  », initiée en 1986.

Jo ta ke

Anne De Galzain, 1999

Le film parle de la résistance de ce peuple en lutte pour sa survie et pour la souveraineté du Pays Basque.

Jour ça ira (Un)

Stan Zambeaux, Édouard Zambeaux, 2017

Une plongée au cœur de l’Archipel, un centre qui propose une façon innovante d’accueillir les familles à la rue, en suivant Djibi et Ange, deux adolescents à la rue.

De jour comme de nuit

Renaud Victor, 1991

Le dernier film de Renaud Victor, achevé juste avant sa mort en 1990. De tout son travail sur l’autisme auprès de Fernand Deligny Renaud Victor garde ses propres questions sur l’enfermement.

De jour comme de nuit

Renaud Victor, 1991

Un film documentaire tourné à la maison d’arrêt des Baumettes à Marseille. Approche distante et discrète à la fois, franche et pudique, loin des clichés du milieu carcéral. Renaud Victor s’est immergé dans la vie de la prison, il a pris le temps qu’il fallait pour regarder, avant même de filmer, ceux qui sont «  dedans  », pour longtemps ou proches de sortir, pour de bonnes ou mauvaises raisons, de jour comme de nuit.

Jour dans le village (Un)

Collectif indiens Ashaninka, 2003

Six Indiens de villages différents filment le quotidien de leurs proches dans le village de Cacau en Amazonie. Ces images nous transportent au coeur de l’intimité de la vie quotidienne des Indiens, et de leur rapport intense à la nature.

Jour de fête

Jacques Tati, 1949

Des forains s’installent dans un calme village. Parmi les attractions se trouve un cinéma ambulant où le facteur découvre un film documentaire sur ses collègues américains. Il décide alors de se lancer dans une tournée à « l’americaine ».

Jour des mortes (Le)

Nina Faure, 2011

Chaque 2 novembre le Mexique célèbre ses morts. A San Cristobal de las Casas, Chiapas, cette année c’est la voix des oubliéEs qui résonne.

Un jour en France

Charlie Rojo, Maud Martin, Mohamed Ouzine, Brice Kartmann, Simon Leclère, Vianney Lambert, Anne Moltrecht, Ludovic Vieuille, Cédric Michel, 2007

Série de films courts portant, chacun à sa manière, un regard sur la France d’aujourd’hui

Jour les témoins disparaitront (Un)

Frans Buyens, Lydia Chagoll, 1979

Un groupe de jeunes cinéastes accompagne d’anciens détenus au camp d’extermination d’Auschwitz et découvre l’ampleur de la tragédie. L’univers concentrationnaire est évoqué uniquement par le récit des témoins.

Journal de campagne

Amos Gitaï, 1983

Journal tourné dans les territoires occupés avant et pendant l’invasion du Liban. Le film fait ressentir le malaise éprouvé par les jeunes soldats occupants…Il fut longtemps banni des écrans par les autorités israéliennes.

Journal de Dominique (Le)

Cyril Mennegun, 2006

« Nous sommes les habitants sensibles d’un quartier sensible ». Dominique Bourgon. L’histoire de ce film prend place là où tout est gris. C’est un quartier comme tellement d’autre, une cité.

Journal d’un citoyen tunisien

Walid Tayaa, 2012

Journal personnel d’un jeune réalisateur tunisien, regards croisés sur la Tunisie d’antan et celle d’aujourd’hui. Un voyage à travers l’enfance, les parents, la jeunesse, la politique et le cinéma…

Journal d’une révolution

Nizam Najjar, 2012

À l’été 2011, après une décennie de vie à l’étranger, Nizam Najjar retourne en Libye. Journal de la Révolution est un regard fascinant, plein d’humour et de chagrin, un close-up à la vie au sein d’une milice libyenne, pendant et après le soulèvement qui a conduit à la chute de Kadhafi.

Journal d’un maître d’école

Vittorio De Seta, 1973

Dans une école de la banlieue de Rome, les élèves désertent les cours, préférant l’école de la rue. Un instituteur les convainc de retourner en classe et expérimente avec eux une nouvelle manière d’enseigner. Avec une grande fraîcheur, De Seta invente une forme hybride qui dépasse toutes les catégories. Il implique dans le processus créatif les enfants, leurs familles, les habitants du quartier, les acteurs, appliquant ainsi au film lui-même les principes d’enseignement anti-autoritaire nés de 1968.

Journal d’un vidéaste

Thierry Nouel, 2007-2010

Au milieu du flux d’images qui nous submerge comment tenir un journal filmé ? C’est le pari de Thierry Nouel, qui nous emmène alors d’Hollywood à Tchernobyl, d’Amsterdam au Tsunami.

Journal Intime

Nanni Moretti, 1994

Nanni Moretti se met en scène et nous invite à partager son jardin secret. A travers les rues de Rome en Vespa, dans la pittoresque île de Lipari au Nord de la Sicile, chez son ami Gerardo et de visites en visites chez une multitudes de médecins, incapables de diagnostiquer le mal mystérieux dont il souffre.

Journée avec (Une)

Collectif, 2011

Une journée avec est une collection de dix portraits d’enfants d’Afrique de l’Ouest. Ils ont entre sept et douze ans et vivent au Sénégal, au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Nous les suivons à hauteur d’enfant, pas à pas, pendant une journée ordinaire, une journée d’école, avec ses temps forts, ses temps faibles, sa routine et ses imprévus. Les films documentent le quotidien des différentes sociétés dans lesquelles ces enfants évoluent, grandissent et sont éduqués.

Journée d’Andrei Arsenevitch (Une)

Chris Marker, 1999

Retrouvailles du réalisateur russe Andreï Tarkovski, exilé à Paris et en fin de vie, avec sa famille retenue depuis cinq ans en URSS. Cette scène éprouvante est entrelacée d’images, plus anciennes, du cinéaste au travail et d’extraits de ses films.

Journée nationale contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix

Anonyme, 1949

Le congrès fondateur du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples

Journée ordinaire de la Pologne communiste (Une)

Maciej Drygas, 2005

Le 27 septembre 1962, il ne s’est rien produit de particulier en République populaire de Pologne. On fêtait saint Côme et saint Damien, le bulletin météo annonçait un ciel légèrement couvert et des températures maximales de 14 à 19 degrés. Tribune du peuple, le journal le plus important du pays, publiait en Une une interview du vice-ministre de l’Industrie chimique…

Journée ordinaire (Une)

Bahia Allaouche, 2012

Salima invite trois amies dans l’appartement familial. Au même moment, sur la terrasse du même immeuble, trois jeunes hommes s’affairent autour d’une antenne parabolique. Nous sommes à Alger, le 10 mai 2012, jour d’élections législatives décisives.

Journée particulière (Une)

Ettore Scola, 1977

A Rome le 6 mai 1938. Alors que tous les habitants de l’immeuble assistent au défilé du Duce Mussolini et d’Hitler, une mère de famille nombreuse et un homosexuel se rencontrent. Oeuvre d’une extrême richesse qui à travers deux anodins citoyens, décrypte les sombres méandres du fascisme …

Journey (The)

Hana Makki, 2012

Lors d’un trajet en taxi à travers les dunes de Liwa aux Emirats Arabes Unis, une jeune éthiopienne et un chauffeur de taxi indien vont échanger sur leurs espoirs et leurs rêves d’expatriés.

Jour où j’ai découvert Victor Hugo (Le)

Martine Lancelot, 1996

Sur la ligne Bamako/Dakar, dans la partie malienne, circule un « wagon-bibliothèque ». Cette opération de « lecture publique » est un projet franco-malien. Le film accompagne le quatrième voyage de ce train, à l’automne 1996. À chaque arrêt, la réalisatrice rencontre de nouveaux lecteurs : le maire, le bibliothécaire, l’ancien instituteur…

Jour où la Guinée a dit non (Le)

Valery Gaillard, 1998

Le 25 août 1958 au matin, un militaire français se pose à Conakry, Guinée. C’est le Président du Conseil et il s’appelle de Gaulle. Toute la population est venue l’acclamer. Mais l’accueil n’est pas seulement chaleureux : il est bien organisé… Au centre du dispositif, un homme : Sékou Touré un Parti : le Rassemblement Démocratique Africain et une opération politique qui va précipiter en quelques heures un territoire colonisé hors de l’empire français. Ce jour-là, la Guinée a dit non à de Gaulle. Elle en paiera le prix….

Jours de grève à Paris Nord

Jean-Louis Comolli, Ginette Lavigne, 2003

En décembre 95, il y avait des grèves. Sept ans ont passé. Les jours de décembre se sont éloignés à toute vitesse, point brillant au fond de quel tunnel ? Cinq cheminots sont au coeur du film tourné à l’antenne traction de Paris-Nord. Des luttes d’hier aux luttes d’aujourd’hui, le film sera-t-il passeur de la réflexion ? ;

Jour se lève (Le)

Marcel Carné, 1939

François, ouvrier sableur sans histoire, a assassiné Valentin qui a séduit Françoise, la jeune fille dont il était amoureux. Alors que la police assiège l’immeuble, il se remémore les événements qui l’ont conduit à commettre ce meurtre, et se suicide avant d’être arrêté.

Jours et des nuits sur l’aire (Des)

Isabelle Ingold, 2016

Ce film dresse le portrait d’une aire d’autoroute perdue au milieu de la campagne picarde, un lieu comme dans un rêve : bruissant des pensées et des vies de ceux qui passent ou qui travaillent ici mais aussi un lieu bien réel : véritable poste d’observation de l’Europe d’aujourd’hui où apparaît crûment la violence de la concurrence d’un marché unique, la nostalgie du déracinement et les solitudes contemporaines.

Jours heureux (Les)

Gilles Perret, 2013

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ». Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

Jours précaires

Cyril Mennegun, 2004

Un film qui montre le quotidien des « travailleurs pauvres », dans une ville de Belfort plus que morose. A travers le portrait de Corinne et de Patrick, Cyril Mennegun fait partager au téléspectateur le quotidien des « travailleurs pauvres », dans une ville de Belfort plus que morose.

Jours tranquilles au musée précaire Albinet

Coraly Suard-Hirschhorn, 2006

Le film s’appuie sur une expérience artistique hors du commun, le Musée Précaire Albinet, exposition de chef-d’oeuvres originaux, prêtés par le Centre Pompidou, dans une cité HLM de la Seine-Saint-Denis.

Jovanny et les saumons

Patrice Spadoni, Thibault Dufour, Farid Zeroulou, 2006

Jovanny est un jeune précaire. Venu de province, il habite une petite chambre dans un Foyer de Jeunes Travailleurs à Belleville. Portrait d’un jeune révolté d’aujourd’hui, hors norme, dissertant sur la société et l’ennui…

Joyeuse PAC

Nick Fraser, Ben Lewis, 2002

En 2002, la Commission européenne a mis en route une réforme de la PAC. Nick Fraser et Ben Lewis suivent les efforts entrepris pour réformer cette titanesque machine à subventions.

Joyeux Noël

Christian Carion, 2005

Ce film a pour sujet la Trêve de Noël de 1914 lors de la Première Guerre mondiale.

Juge et l’affaire des dioxines (La)

Clarisse Feletin, 2010

Vallée d’Albertville, 2001. Un incinérateur d’ordures rejette des dioxines en quantité bien supérieure à la norme européenne. L’incinérateur est fermé et les habitants portent plaine. Une jeune juge d’instruction, tout juste sortie de l’école de la magistrature, est chargée du dossier…

Juha

Aki Kaurismäki, 1996

Juha, propriétaire et fermier qui, malgré l’opposition de sa mère, élève la jeune et pauvre Marja et l’épouse. Une histoire d’amour à trois…

Juifs et musulmans : si loin, si proches

Karim Miske, 2013

Ce voyage dans le temps retrace quatorze siècles d’une riche histoire commune entre juifs et musulmans.

Juillet à Quiberville

Didier Nion, 1998

Film tourné au bord de la mer dans un camping «  chez les pauvres en vacances  » : au rythme des journées qui passent, la bagarre de la vie traverse doucement la plage des vacances.

Juin 1940, le piège du Massilia

Virginie Linhart, 2011

En juin 1940, alors qu’un débat oppose les partisans d’un armistice avec l’Allemagne et les partisans de la guerre auprès de l’Angleterre, il est finalement décidé que le Parlement, excepté le maréchal Pétain, sera évacué depuis Bordeaux vers l’Afrique du Nord pour y poursuivre la guerre. Le 21 juin, Pierre Mendès France, avec 27 parlementaires, embarque à bord du Massilia et apprend le lendemain en mer que l’armistice a été signé.

Juin 44, mémoires tullistes

Peuple et Culture Corrèze, 2014

Pendant l’Occupation, les habitants de Tulle ont vécu des évènements dramatiques au cours du mois de juin 1944, marqué par les pendaisons publiques et les déportations. Certains habitants, témoins, victimes ou acteurs des faits en ont encore des souvenirs individuels, des images, des vécus. Ce montage vidéo, fruit de la collecte réalisée par les Archives Municipales, le Pôle Musées et Peuple et Culture, a été présenté une première fois le 6 juin dernier dans le cadre des commémorations du 70ème anniversaire du 9 juin 1944.

Jules César au secours des chômeurs

Judith Du Pasquier, 1993

Six hommes chômeurs de longue durée, exclus du système économique et social, retravaillent enfin grâce à l’action de leur centre social au sein de la maison des jeunes et de la culture de La Souterraine.

Jules et Jim

François Truffaut, 1962

1912, deux amis inséparables s’éprennent de la même femme. Truffaut adapte le roman d’Henri-Pierre Roché pour réaliser cet hymne à l’amour. Ce film a soufflé les premiers airs de liberté de ces « années 68 ».

Julia en Israël

Anne Bramard-Blagny, 1990

L’explication de la complexité du conflit israélo-arabe, à travers le regard d’un enfant.

Julie, itinéraire d’une enfant du siècle

Dominique Gros, 1996

Julie participe à l’évocation de son itinéraire depuis le monde forain de son enfance au gouffre psychiatrique dans lequel elle a réussi à ne pas se perdre et porte un regard “ d’impatient ” sur les mondes dans lesquels elle vit : Laborde et le reste…

Jungle Blue

Jacques Goldstein, 2004

Une percée au coeur de la musique avec la périphérie parisienne comme décor à l’occasion du festival Banlieues Bleues.

Jungle étroite (La)

Benjamin Hennot, 2013

Ex-syndicaliste, Gilbert Cardon assure la permanence de Fraternités ouvrières, où il ne manque jamais d’envoyer les visiteurs se perdre dans son jardin-verger expérimental. Il y dispense des cours de jardinage et de permaculture.

Jungle plate (La)

Johan Van der Keuken, 1978

La Waddenzee, Mer des Terres humides, est une région naturelle unique, zone côtière des Pays-Bas, d’Allemagne et du Danemark qui, selon les marées, est tantôt mer, tantôt terre. Johan van der Keuken filme cette «  jungle plate  », sa faune, sa flore et ses habitants. Leur vie a été bouleversée par les développements économiques, techniques et industriels de la région.

Junkopia

Chris Marker, 1981

Sur la plage d’Emeryville a San Francisco, des artistes non identifiés laissent quelques signes fabriqués avec ce que la mer abandonne.

Jus d’orange, une réalité acide

Meriem Lay, 2013

L’essentiel du jus d’orange que nous consommons provient d’immenses plantations au Brésil. Pressé, concentré, congelé, réhydraté… Nous suivrons durant 12 000 kilomètres le long voyage du jus d’orange… des orangeraies brésiliennes jusqu’à la table de nos vacances.

Jusqu’à ce que le jour se lève

Pierre Tonachella, 2017

Le cinéaste filme ses amis d’enfance, demeurés dans l’Essonne rurale où il a grandi. Leur quotidien de désœuvrement, de beuverie ou de travail est scandé par la musique. «  Un film avec eux, pour aller chercher ce qui gronde dans l’oubli et les marges du territoire. » (Pierre Tonachella)

Jusqu’à la dernière goutte : les guerres secrètes de l’eau en Europe

Yorgos Avgeropoulos, 2017

Partout dans le monde, la privatisation de l’eau a échoué et nombreuses sont les villes, notamment en France et en Allemagne, qui ont préféré se réapproprier sa gestion. Pourtant, dans une Europe du Sud en crise, les opérateurs publics sont menacés de se la voir retirer. Enquête au cœur d’une guerre secrète menée par de grandes entreprises

Jusqu’au bout

Maurice Failevic, 2004

Cette fiction s’inspire très librement du conflit des Cellatex survenu en juillet 2000. Les 153 salariés se barricadent aussitôt dans l’usine qu’ils menacent de faire sauter.

Jusqu’au bout

Collectif Cinélutte, 1973

Ce documentaire est consacré à la grève de la faim, dans l’église de Ménilmontant à Paris, de cinquante-six travailleurs tunisiens pour l’obtention de leur carte de travail. Après une séquence montrant le recrutement d’ouvriers en Tunisie même, d’autres travailleurs immigrés témoignent de la dureté de leurs conditions de vie en France. Soulignant la continuité entre combat antiraciste et lutte contre l’exploitation, le film accompagne les grévistes de la faim jusqu’à la victoire, célébrée collectivement en une danse débridée.

Just a kiss

Ken Loach, 2003

Loin de cet univers ouvrier qui caractérise habituellement le cinéma de Ken Loach, Just A Kiss est avant tout une romance contrariée grâce à laquelle le réalisateur anglais dénonce le racisme et le communautarisme religieux.

Justice pour Sergeï

Hans Hermans, Martin Maat, 2010

Sergei Magnitsky était le représentant juridique du Fonds Hermitage en Russie. Il découvre une énorme fraude fiscale, commise par des membres du gouvernement russe. Pour avoir témoigné contre eux, il sera arrêté et torturé avant de mourir en détention.

Justine

Yannick Coutheron, 2005

Justine est une paysanne de 82 ans. Elle n’a toujours connu que la « culture » : le travail des champs et l’élevage des vaches.

Juvenile court

Frederick Wiseman, 1973

Le tribunal pour enfants de Memphis (Tennessee).