Carole Roussopoulos

Films dans la base

Cinquantenaire du deuxième sexe (Le)

En janvier 1999, cinquante ans après la publication de l’ouvrage magistral de Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, un grand colloque réunit dans les batiments de la Sorbonne à Paris des hommes et des femmes (chercheurs, universitaires, philosophes, sociologues, journalistes, étudiants, écrivains) de trente-sept pays (France, Québec-Canada, Sénégal, Suisse, Liban, Brésil…). Le film est un concentré de ces cinq jours de rencontre : les moments forts, les témoignages des proches de Beauvoir, les entretiens avec des femmes venues des quatre coins du monde pour parler du rôle que Le Deuxième Sexe a joué dans leurs vies.

Debout ! Une histoire du Mouvement de Libération des Femmes 1970 -1980

À travers de nombreuses archives (sonores, photographiques et audiovisuelles), ce film rend hommage aux femmes qui ont créé et porté le mouvement de libération des femmes en France et en Suisse, à leur intelligence, leur audace et leur humour. Il se pose comme un relais entre les pionnières et les nouvelles générations.

Profession : conchylicultrice

Des conchylicultrices du bassin de Marennes-Oléron (Charente-Maritime) témoignent de leurs conditions de vie et de travail.

Flo Kennedy - portrait d’une féministe américaine

Margo Jefferson, professeure de journalisme à New-York et Ti-Grace Atkinson, écrivaine et théoricienne féministe, s’entretiennent avec Flo Kennedy, avocate africaine américaine, sur le racisme, le droit des minorité et de l’Equal Right Amendment (amendement constitutionnel pour garantir les droits des femmes).

Profession : agricultrice

Considérées comme étant sans professions alors qu’elles travaillent sans relâche, des femmes d’agriculteurs revendiquent leur statut d’agricultrice.

S.C.U.M. Manifesto

Lecture mise en scène du livre de Valerie Solanas, alors introuvable en France, par deux scribes modernes qui savent trier aussi bien dans les textes que dans les flux audiovisuels.

Maso et Miso vont en bateau

Piratage humoristique d’une émission de Bernard Pivot recevant Françoise Giroud, alors secrétaire d’état à la condition féminine, par quatre réalisatrices caustiques et désopilantes.

Jacqueline et Marcel

Un couple d’ouvriers chez Lip

Christiane et Monique (LIP V)

En 1976, Monique (assistante de publicité) et Christiane (OS) parlent de la difficulté d’être femme dans une usine en lutte (Lip), des problèmes de démocratie interne dans le syndicat et de la finalité du travail dans la situation actuelle.

Prostituées de Lyon parlent (Les)

En juin 1975, les prostituées lyonnaises occupent l’église de Saint-Nizier. Elles parlent de leur histoire personnelle, de leurs rapports avec la société, de leurs conditions de travail et de leurs revendications.

Y’a qu’à pas baiser

Document sur l’avortement, réalisé alors que cette pratique était encore illégale en France.

Monique (LIP 1)

Besançon, août 1973 : des travailleurs et des intellectuels se battent farouchement pour sauver la fabrique de montres Lip

Vétérans du Vietnam (Les)

La parole est donnée à différents vétérans de la guerre du Vietnam pour dénoncer les agissements de l’État américain et le racisme contre les vietnamiens, et plus également contre les noirs.

F.H.A.R. (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire)

En 1971, le Front Hhomosexuel d’action révolutionnaire (F.H.A.R.) participe pour la première fois au 1er mai à Paris. Suit une grande discussion, exubérante et tendue.

Genet parle d’Angela Davis

Dans le cadre de l’émission «  L’invité du dimanche  », Jean Genet dénonce violemment la politique raciste des États-Unis et manifeste son soutien à Angela Davis, qui vient d’être arrêtée, et aux Black Panthers. Il s’attache à faire passer à l’écran son texte politique plutôt que sa personne. L’émission sera finalement censurée. La réalisatrice embrasse la scène d’un regard ironique. Elle pointe la différence d’attitude entre un Jean Genet terriblement engagé et le comportement de l’équipe télévisuelle pressée de finir l’enregistrement. La cadence et le morcellement des prises télés s’opposent à la fluidité du regard de Carole Roussopoulos . D’un côté une caméra-télé cherchant à donner une vision «  objective  », de l’autre une caméra à l’épaule en empathie avec son personnage et son propos politique.

Young Lord

Série de témoignages à propos des « young lord », les portoricains vivant aux Etats-Unis, ainsi que des junkies à propos des conditions difficiles de vie des minorités. Plus généralement, il s’agit d’une dénonciation d’un plan du gouvernement qui viserait à se débarrasser des noirs et des portoricains par le biais de la drogue.