Jean-Pierre Thorn

Né en 1947, il tourne son premier court-métrage en 1965 et son premier long-métrage en 1968 à l’usine occupée de Renault Flins dans le cadre des productions des “États Généraux du Cinéma français”. En 1969 il abandonne le cinéma pour s’embaucher comme ouvrier O.S. à l’usine métallurgique Alsthom de Saint-Ouen. En 1978 retour au cinéma. Il devient co-animateur de la distribution du programme de 10 films intitulé Mai 68 par lui-même. En 1980 il réalise son second long-métrage Le dos au mur (témoignage de l’intérieur sur son expérience ouvrière) puis de nombreux films d’entreprises et émissions syndicales, dont le premier magazine T.V.inter comités d’entreprise “CANAL C.E.”. En 1989, sa première fiction Je t’ai dans la peau raconte le destin étonnant d’une femme, religieuse puis dirigeante syndicale, se suicidant au lendemain de la «  victoire  » de la gauche de 1981. Depuis 1992 il collabore avec le mouvement hip hop et réalise trois films, devenus emblématiques : Génération Hip Hop, Faire kifer les anges et On n est pas des marques de vélo. Son dernier film Allez Yallah  ! raconte l’épopée d’une caravane de femmes (venues du Sud) luttant, des deux côtés de la Méditerranée, contre la régression de leurs droits remis en cause par la montée des intégrismes religieux. (source : ADR production)

Films dans la base

93 la belle rebelle

Une épopée - du rock au slam en passant par le punk & le hip hop- incarnant un demi-siècle de résistance musicale flamboyante et se faisant porte-voix d’ une jeunesse et de territoires en perte d identité, sous les coups des mutations industrielles, des désillusions politiques et de l’ agression constante des pouvoirs successifs les stigmatisant comme «  voyous  »,«  sauvageons  » ou «  racailles  »

Allez Yallah  !

Un poème épique - une chanson de geste - à la gloire d’une caravane de femmes, se donnant la main des deux côtés de la méditerranée, pour combattre ce fléau de l’intégrisme religieux remettant en cause leurs droits universels à l’égalité.

On n’est pas des marques de vélo

Un portrait de Bouda, jeune danseur de 30 ans, entré en France à l’âge de 4 mois avec sa famille et aujourd’hui clandestin à vie, victime de la loi dite de « double peine » qui, au sortir d’une peine de prison, expulse les enfants de l’immigration vers des pays d’origine qui leurs sont devenus étrangers.

Génération Hip-Hop - Le mouv’ des ZUP

« Génération Hip Hop ou le Mouv’ des ZUP » nous propulse dans l’univers des banlieues, à travers des groupes de jeunes qui ont fait de la danse urbaine leur moyen d’expression. Le film interroge ce phénomène qui mobilise des dizaines de milliers de participants et contribue, à son niveau, à forger la nouvelle identité française.

Faire kiffer les anges

Pour Jean-Pierre Thorn, « le mouv’ hip hop, à travers graff, rap, danse, permet à toute la jeunesse exclue de dire : J’EXISTE ».

Bled sisters

« Evasion », un groupe féminin de chant polyphonique de la banlieue de Romans. Dans les tours, les caves de HLM du quartier de la Monnaie, six filles de 18 à 22 ans, issues de plusieurs immigrations se sont formées depuis des années à la dure discipline du chant polyphonique. À travers leur répertoire, elles refusent la fatalité du ghetto et revendiquent leur identité et leur rage de vivre.

Je t’ai dans la peau

Un étonnant destin de femme librement inspiré d’une histoire vraie. Jeanne sera religieuse, amante d’un prêtre, leader syndical et féministe ne cessant de s’affronter à l’Église et au Parti. Une vie tumultueuse qui embrasse en raccourci l’aventure d’une génération et de ses rêves les plus fous des années 50 au 10 mai 1981.

Dos au mur (Le)

Six Semaines de grève avec les travailleurs de l’Alsthom Saint-Ouen en octobre 1979. Ce documentaire, qui a suivi la grève au jour le jour et donné la parole aux acteurs du conflit, est considéré aujourd’hui comme l’un des meilleurs documentaire sur une grève ouvrière « filmée de l’intérieur ».

Grève des ouvriers de Margoline (La)

Margoline décrit le combat de la centaine d’ouvriers immigrés de l’usine MARGOLINE de Nanterre. Une grève dure permet la régularisation de la plupart des clandestins et l’amélioration des conditions de travail.

Oser lutter, oser vaincre

La lutte de classe et le révisionnisme dans l’usine de Renault Flins occupée par les ouvriers ». La grève à l’usine Renault de Flins du 15 mai au 18 juin 1968 : la spontanéité du mouvement ouvrier à l’intérieur de l’usine se heurte aux manœuvres syndicales de la CGT.