Films dans la base

Autre jour en France (Un)

Jean-Gabriel Périot, 2016

Une minute Lumière à Calais.

Nulle part en France

Yolande Moreau, 2016

Yolande Moreau a passé une dizaine de jours dans les jungles de Calais et de Grande-Synthe en janvier 2016, et elle en revient avec un film témoignage dans lequel alternent les interviews réalisées sur le «  terrain  » avec les textes écrits par Laurent Gaudé et lu par l’actrice et réalisatrice.

Choucha

Sophie Bachelier, Djibril Diallo, 2015

Un camp au sud de la Tunisie, Choucha. Le désert. Le 30 juin 2013, le camp ferme : l’eau, l’électricité sont coupées. Les ONG se retirent, plus de soins. Pourtant 700 rescapés du conflit libyen, réfugiés sans pays d’accueil et déboutés de leur demande d’asile, survivent dans ce lieu fantômatique depuis deux ans et demi. Survivre au milieu du désert ou tenter l’improbable aventure maritime pour Lampédusa via la Libye  ? Comment ce système, censé protéger, finit-il par exclure les plus vulnérables  ?

Kosmos

Ruben Desiere, 2014

«  Kosmos  » se déroule dans le couvent du Gesù à Bruxelles, où environ 250 personnes, dont de nombreuses familles Roms d’origine slovaque, se sont réfugiées jusqu’en novembre 2013. Ruben Desiere y tournait un film, basé sur le roman «  Cosmos  » de l’écrivain polonais Witold Gombrowicz, avec la participation d’une partie des occupants. Pendant le tournage, l’expulsion des occupants devient de plus en plus probable.

Haunted

Liwaa Yazji, 2014

Syrie. Parmi les dévastations de la guerre, il y a aussi ceci, plus discret, néanmoins vital : l’exil. Partir, rester  ? Question à laquelle s’attèle Liwaa Jazji, en suivant plusieurs personnages…

Our terrible country

Mohammad Ali Atassi, Ziad Homsi, 2014

Ce documentaire suit durant un an l’écrivain Yassin Haj Saleh, figure de la dissidence syrienne, dans la tourmente de la guerre en Syrie.

Guerilla (Série Notre corps est une arme)

Clarisse Hahn, 2012

Les guérilléros kurdes du PKK filment leur propre quotidien à la frontière de l’Irak et de la Turquie. La guerre filmée du coté des rebelles.

A World Not Ours

Mahdi Fleifel, 2012

Portrait de trois générations d’exilés dans le camp de réfugiés d’Ain el-Hilweh, dans le sud du Liban, construit à la hâte en 1948. Il abrite aujourd’hui 70.000 réfugiés dans un km².

Jaurès

Vincent Dieutre, 2012

Le cinéaste montre à une amie les plans tournés depuis l’appartement d’un homme qu’il a aimé. Un an de transformations, à l’intérieur comme sous les fenêtres, où campent de jeunes réfugiés afghans.

Terraferma

Emanuele Crialese, 2012

Sur une petite île au large de la Sicile, les touristes affluent l’été. Le jour où arrive également une embarcation de migrants clandestins, sauvés par les protagonistes de ce conte, la question se pose : faut-il les dénoncer aux autorités pour la quiétude des touristes ou respecter les valeurs morales de solidarité héritées du travail de la mer  ?

Babylon

Ismaël Chebbi, Youssef Chebbi, Slim Ala Eddine, 2011

Entre le poste frontalier tuniso-lybien de Ras Jdir et la petite ville de Ben Guerdanne, c’est rase campagne. Au printemps 2011, fuyant les combats qui s’intensifient en Libye entre les révolutionnaires et les troupes loyalistes de Kadhafi, plus d’un million de réfugiés, de toutes nationalités et d’autant de langues, affluent en Tunisie. Pour pouvoir les héberger rapidement, c’est là, au Sud du pays, quelques semaines seulement après la révolution nationale, qu’une ville éphémère surgit de terre.

Vol spécial

Fernand Melgar, 2011

Pour la première fois en Europe, une équipe de cinéma peut pénétrer dans un centre de détention pour sans-papiers. Dans ce huis clos carcéral, la tension monte au fil des jours dans l’attente de l’expulsion.

A posteriori

Mickaël Foucault, Maëlle Maugendre, 2011

Le parcours de deux anciens réfugiés espagnols, depuis leur passage de la frontière en février 1939 jusqu’à leur installation définitive sur le territoire français.

Palazzo delle aquile

Stefano Savona, 2011

Ce film fait la chronique quotidienne de l’occupation de l’Hôtel de ville de Palerme par vingt familles sans abri. Tout en dressant le portrait d’une institution publique dans des circonstances exceptionnelles, c’est aussi l’occasion d’enquêter sur les relations controversées et souvent ambiguës entre les citoyens et leurs représentants élus.

Bateau en carton (Le)

José Vieira, 2010

Au bord de l’autoroute à Massy-Palaiseau, des baraques de fortune abritent une centaine d’enfants, de femmes et d’hommes venus de Roumanie. Dans la Roumanie libérale et européenne, les Roms sont devenus plus que jamais des parias. Pour José Vieira, ce n’est que l’actualité d’une histoire qui n’en finit pas, celle de gens obligés de tout quitter pour conjurer la pauvreté. Ce bidonville de Massy n’est qu’à 300 m de celui où il a grandi. Comprendre cet exode, d’où viennent les gens qui habitent là, qui sont ces « étranges étrangers », comme l’ont été jadis les Portugais ou les Algériens, avec la volonté de nous les rendre familiers et de détruire les préjugés que nous avons à leur égard est l’ambition de son film.

My land

Nabil Ayouch, 2010

Deux paroles : celles de vieux réfugiés palestiniens qui vivent dans des camps au Liban depuis soixante ans et celle de jeunes Israéliens de 20 ans qui construisent leur pays et se sentent viscéralement attachés à cette terre. Une réalité, celle de deux peuples qui se battent pour la même terre… Une mise en perspective humaine…

Comme un oiseau dans un aquarium

Thomas Roussillon, Joris Lachaise, 2010

Le réalisateur a suivi des demandeurs d’asile, en 2009, alors qu’ils vivaient dans un ancien orphelinat laissé à l’abandon, puis durant leur expulsion de cet endroit. C’est le début d’un long chemin escarpé vers le relogement pour tous les habitants, c’est aussi l’affirmation d’un mouvement de réquisition et de défense du droit d’asile, qui permettra à plus de 400 demandeurs d’asile, un an plus tard, de bénéficier d’un relogement, suite à l’évacuation des trois derniers squats en juillet 2010.

Qu’ils reposent en révolte (Des figures de guerre)

Sylvain George, 2010

Ce documentaire traite sur une durée de trois ans (2007-2010), de la situation des personnes migrantes à Calais.

Atlantiques

Mati Diop, 2009

À la nuit tombée, autour du feu, Serigne, jeune dakarois, âgé d’une vingtaine d’années, raconte à ses deux amis son odyssée clandestine, récit épique de la traversée de l’Atlantique.

Welcome

Philippe Lioret, 2009

Les aventures d’un maître-nageur qui décide d’aider un jeune émigrant à atteindre le Royaume-Uni.

Arrivants (Les)

Claudine Bories, Patrice Chagnard, 2009

Ce film a suivi le quotidien d’assistantes sociales, qui accueillent chaque jour des familles qui viennent demander l’asile en France.

Family motel

Helene Klodawsky, 2007

Quand on pense aux camps de réfugiés, on s’imagine généralement un amas de tentes dans un pays d’Afrique ravagé par la guerre ou une crise humanitaire. Mais au Canada, il arrive plus souvent qu’on ne le croit que des gens se retrouvent sans domicile pour une raison ou une autre, et nombre d’entre eux se voient forcés de vivre entassés dans des refuges improvisés, qui prennent parfois la forme de motels miteux.

Ado d’ailleurs

Didier Cros, 2006

Être forcé de venir d’ailleurs ne veut pas dire que l’on vient de nulle part, «  Ado d’ailleurs  » donne la parole à un enfant venu du bout du monde.

Lune ronde (La)

Fernando Lopez, 2004

Le récit d’un enfant de l’exil qui tente de revisiter son passé, en assemblant les flashs, les courts instants d’images et d’émotions qui constituent sa mémoire.

Ma Petite dignité

Marie Dolez, 2001

Le parcours difficile et le déclassement social d’une femme fonctionnaire en Guinée, qui a migré en France pour fuir les persécutions dans son pays.

Blessure, la tragédie des harkis (la)

Isabelle Clarke, Daniel Costelle

C’est l’histoire encore brûlante des 200 000 harkis - les « supplétifs musulmans » - recrutés par l’armée française durant la guerre d’Algérie (1954-1962). Pour quelles raisons ont-ils rejoint l’armée française ? Pourquoi plusieurs dizaines de milliers de harkis ont-ils été massacrés après l’indépendance de l’Algérie ? Pourquoi le gouvernement français les a-t-il désarmés et abandonnés ? Pourquoi seulement 50 000 à 60 000 ex-harkis ont-ils été rapatriés en France avec leur famille ? Pourquoi ont-ils été placés pour la plupart dans des camps de triste mémoire comme Rivesaltes, rendant leur intégration difficile ?