Prison et alternatives à l’enfermement

in Des institutions se livrent

Sentiers du chemin : ArméePoliceJustice – Prison et alternatives à l’enfermement

Films dans la base

Rousseau, la mode et la prison

Collectif, 2018

Des lycéen·ne·s de 1ère ES, des salarié·e·s d’un atelier de couture et des hommes détenus réfléchissent pendant neuf mois au fonctionnement de notre société et à ses institutions politiques. Chacun de leur côté, et communiquant à l’aide de messages vidéos, ces trois groupes se prêtent à l’écriture d’une ébauche de Constitution et tentent d’imaginer un autre avenir. Ce film collectif est le résultat de leur année d’échanges et de réflexion, une expérience autour de l’émergence d’une prise de parole et d’une conscience d’avoir sa place.

Enfermés mais vivants

Clémence Davigo, 2018

Pendant longtemps, Annette et Louis se sont aimés malgré la prison qui les séparait. Tour à tour ils racontent ces longues années et tracent librement des sentiers dans ces lieux où, avant, on décidait pour eux.

Liberté (La)

Guillaume Massart, 2017

Environ 130 hommes, condamnés majoritairement pour infraction sexuelle intrafamiliale, sont incarcérés dans le Centre de Détention de Casabianda, en Corse. Ils passent les dernières années de leurs longues peines à travailler sur les 1500 hectares de champs bordés de mer de la seule prison dite «  ouverte  » de France. Devant le jeune homme à la caméra, quelques-uns décident de briser le quatrième mur.

Mort se mérite (La)

Nicolas Drolc, 2017

Ce documentaire dresse un portrait intime de Serge Livrozet, figure de la contre-culture française des années 70, ancien plombier, ancien perceur de coffres forts, fondateur avec Michel Foucault du Comité d’Action des Prisonniers, écrivain autodidacte et militant anarchiste.

Après l’ombre

Stéphane Mercurio, 2017

En suivant les répétitions du spectacle de Didier Ruiz, monté avec d’anciens détenus de longue peine, ce documentaire raconte la prison, la façon dont elle grave dans les chairs des marques indélébiles et invisibles.

Soleil sombre

Marie Moreau, 2016

Un jour, Djilali est incarcéré. Il laisse seule sa femme, Paulette. Il espère qu’elle ne «  sombrira  » pas dans la déchéance. Leur histoire d’amour est tendre comme une lumière vive qui vibre dans la misère. Soleil sombre traverse ce long temps d’absence de Djilali auprès de Paulette.

Tempestad

Tatiana Huezo Sánchez, 2016

Récits croisés de deux femmes mexicaines incarcérées injustement, victimes de l’impunité du pouvoir. Tout en démasquant âprement la subtile cruauté humaine, ce film audacieux parcourt des rues et des campagnes remplies de Mexicaines et Mexicains anonymes, tous plus ou moins impactés dans leur chair et dans leur âme par cette violence infinie. Ainsi s’entremêlent d’admirables images et ces douloureuses histoires qui forment ensemble une poésie filmique.

Rêves sans étoiles (Des)

Mehrdad Oskouei, 2016

À Téhéran, dans un centre de détention et de réhabilitation pour mineurs, des adolescentes détenues pour crimes et délits, voient leur vie s’écouler ou gré des rires, des chants et de la mélancolie. L’ennui de leur vie et la peur de ce qui les attends dehors, rythment leur quotidien. Le cinéaste Mehrdad Oskouei, filme avec une grand proximité et beaucoup d’empathie, l’atmosphère et l’humeur de ces jeunes filles désabusées.

En bataille

Eve Duchemin, 2016

À travers le quotidien d’une jeune directrice-adjointe de prison, ce documentaire met en lumière une facette inédite du monde carcéral. Suivant son héroïne à l’intérieur de la prison et à son domicile, il élargit le prisme à ses interrogations personnelles sur son rôle et sur la privation de liberté.

Au bout de leur peine

Mathilde Syre, 2015

Un documentaire qui nous entraîne dans le quotidien de deux conseillères pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP), qui chaque jour, écoutent les détenus et les aident de leur incarcération à leurs sorties.

Visages défendus

Catherine Rechard, 2015

Ce documentaire aborde la sortie de prison au travers du prisme de notre perception des personnes détenues. Le film s’interroge avec les personnages sur les effets au moment de reprendre place dans la société, de la représentation fantasmée qu’en donne l’institution. L’enjeu du film est de cerner son impact quand vient le moment pour les anciens prisonniers, de retrouver – ou de trouver – une place dans la société.

À l’air libre

Nicolas Ferran, Samuel Gautier, 2015

Nichée au fond d’une vallée picarde, une ferme unique en France accueille des détenus en fin de peine, sous le régime du placement extérieur. Une structure d’insertion singulière qui leur propose un logement, un travail, un accompagnement social et une vie communautaire riche et exigeante. Entourés de salariés et bénévoles, ces hommes tentent de se reconstruire et de rebâtir un véritable «  projet de vie  ».

Sur les toits

Nicolas Drolc, 2014

Entre septembre 1971 et la fin de l’année 1972, pour la première fois les prisonniers déclenchent des révoltes collectives, prennent le contrôle de leurs prisons, occupent les toits et communiquent leurs revendications en s’adressant à la foule. 40 ans plus tard ce film dépoussière cette page méconnue de l’histoire des luttes sociales.

Sem pena

Eugenio Puppo, 2014

Aucune population carcérale ne se développe aussi vite qu’au Brésil, qui est déjà la troisième plus grande au monde. Sem Pena descend dans l’enfer qu’est la vie dans les prisons brésiliennes, pour exposer les entrailles du système de justice du pays, démontrant comment la lenteur, la corruption, les préjugés et la culture de la peur ne cessent d’accroître la violence et agrandir le fossé social existant.

Vieillir à l’ombre

Johanna Bedeau, 2014

Purgeant de longues peines ou incarcérés à un âge avancé, les détenus âgés se retrouvent sans horizon possible. Dans quel avenir peuvent-ils se projeter  ? Ce documentaire nous fait partager leurs réflexions, les mondes cerclés d’habitude qu’ils se sont recréés en détention, les liens ténus et bouleversants avec l’extérieur qu’ils sont arrivés à maintenir.

Prison (Série Notre corps est une arme)

Clarisse Hahn, 2012

Deux jeunes femmes ont utilisé leur propre corps comme arme de guerre, en participant à une grève de la faim dans les prisons turques en l’an 2000. Cette grève de la faim a été réprimée de manière sanglante par l’armée.

Être là

Régis Sauder, 2012

Elles sont psychiatres, infirmières ou ergothérapeutes à la maison d’arrêt des Baumettes à Marseille et reçoivent des détenus devenus patients le temps du soin. Être là, c’est rejoindre cet espace unique - celui de l’écoute - une poche d’air derrière les murs de la prison.

Déménagement (Le)

Catherine Rechard, 2012

À Rennes, comme dans beaucoup d’autres villes françaises, la Maison d’arrêt construite au début du 20ème siècle déserte le centre ville pour un centre pénitentiaire situé en périphérie. Alors que le déménagement approche, les personnes détenues et les personnels se questionnent : quelle sera la vie dans cette nouvelle prison  ? Dans les deux établissements, le film s’interroge avec les personnages, sur la façon dont l’architecture interfère dans le mode de fonctionnement d’une prison.

No Burqas Behind Bars

Nima Sarvestani, Maryam Ebrahimi, 2012

Ce film a été tourné dans son intégralité au sein d’une prison pour femmes en Afghanistan. Cet accès exceptionnel et sans précédent permet d’explorer la façon dont les «  crimes moraux  » sont utilisés pour contrôler les femmes en Afghanistan.

César doit mourir

Paolo Taviani, Vittorio Taviani, 2012

Des détenus italiens, tous condamnées à une longue peine, joue la pièce de Skakespeare Jules César. L’art devient leur seul moyen d’accéder à le liberté.

J’étais en prison et vous m’avez visité

Jacqueline Gozland, 2011

Chaque jour dans les prisons, des hommes et des femmes de foi, catholiques, musulmans, juifs, protestants, bouddhistes, orthodoxes, accompagnent les détenus. Ils sont aumôniers des prisons. Dans le plus grand secret, ils captent la parole enfouie de ces emmurés et peuvent permettre à l’homme de faire son chemin.

Nos jours, absolument, doivent être illuminés

Jean-Gabriel Périot, 2011

Le 28 mai 2011, des détenus chantent depuis l’intérieur de la maison d’arrêt d’Orléans pour le public venu les écouter de l’autre côté du mur.

Jardin des merveilles (Le)

Anush Hamzehian, 2011

Un potager spécial et merveilleux, une prison différente des autres.

Avenue de la liberté

Fiorentino Julien, 2010

Prison de Fresnes en 2010 : des hommes racontent l’enfer de la maison, d’arrêt à la française, l’une des prisons les plus dures de l’hexagone. Pourtant, un programme d’actions culturelles est développé : ateliers, spectacles et formations sont mis en place en concertation avec des artistes venant de l’extérieur.

Sous surveillance

Didier Cros, 2010

Il n’y a pas de détenu sans surveillant. Durant plusieurs mois, Didier Cros a observé et filmé le quotidien de trois surveillants du centre de détention de Châteaudun et, par ricochet, celui des détenus.

Leite e ferro

Claudia Priscilla, 2010

La maternité en prison et le Centro de Atendimento Hospitalar à Mulher Presa (CAHMP) de São Paulo sont au centre de ce documentaire : derrière les barreaux, les mères allaitent et suivent leur enfant. Après quatre mois, l’enfant est adopté par une autre famille ou par une institution. Le documentaire montre avec délicatesse cette maternité en prison.

Lessiveuses (Les)

Yamina Zoutat, 2010

Ce sont des femmes, des épouses, des mères et elles font la lessive pour leurs hommes qui sont en prison… Ces femmes simples et dignes, issues de tous les milieux sociaux, passent des heures à toucher, caresser, manipuler, contrôler, parfumer le linge… Des heures volées à la justice, à la prison, à la société…

In Situ

Anne Toussaint, Kamel Regaya, 2010

Création collective menée avec des détenus et des surveillants de la prison de Paris-La-Santé, sous la direction de Anne Toussaint et Kamel Regaya

Passée la peine

Florence Mary, 2009

Un documentaire sur la sortie de prison et la réinsertion sociale de plusieurs personnes, alors accueillies au sein de familles.

Longue nuit (La)

Hatem Ali, 2009

Un soir, trois prisonniers politiques sont libérés après des années de détention. La route du retour à la vie normale et vers leurs familles est très longue cette nuit-là…

Surveillante en prison, le contre-champ des barreaux

Hélène Trigueros, 2008

Le milieu carcéral vu par les surveillantes de prison.

Khiam

Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, 2008

Khiam 2000-2007 pose la question des limites de la représentation en évoquant la (sur)vie des prisonniers de guerre dans les camps de détention, à l’exemple de celui de Khiam au sud du Liban.

Nada a ver

Elisabeth Gonçalves, Florence Bresson, 2008

Nada a ver raconte le quotidien d’une prison brésilienne et des hommes qui y cohabitent. Au travers de leurs récits intimes, gardiens et prisonniers racontent une histoire commune.

Fondamenta delle convertite

Penelope Bortoluzzi, 2008

En Italie, l’une des rares prisons de femmes est nichée dans l’île de la Giudecca, à Venise. Pour la plupart étrangères, les détenues ont été arrêtées dans le Nord-Est de l’Italie et les mères peuvent garder leurs enfants auprès d’elles jusqu’à l’âge de trois ans. Comment vivent-elles au quotidien, saison après saison, et comment s’organise leur microcosme multiethnique  ?

Toute ma vie en prison

Marc Evans, 2008

Mumia Abu Jamal est un ancien journaliste afro-américain, militant, enfermé à vie dans une prison de Pennsylvanie. Depuis plus de 25 ans, il n’a jamais cessé de clamer son innocence…

À côté

Stéphane Mercurio, 2007

Au centre de détention de Rennes, comme à côté de presque toutes les prisons françaises, il y a un lieu d’accueil pour les familles de détenus. On vient là avant et après le parloir. Et l’on attend. A côté…

Entre deux eaux

Éric Martin, 2006

C’est le portrait d’un ancien directeur de prison qui, confronté à une ancienne collaboratrice, parcourt son histoire à la recherche des raisons de son «  engagement  » dans l’administration pénitentiaire. À travers ce regard singulier, le film interroge la place de chacun dans son rapport à l’enfermement.

Je prends ta douleur

Jean-Marie Barbe, Joëlle Janssen, 2006

Deux portraits : Jimmy, 23 ans, en prison, et Galès, qui a choisi de le visiter une fois tous les deux ou trois mois.

Amina

Khadija Al-Salami, 2006

Amina, mariée de force dès son plus jeune âge, est soupçonnée du meurtre de son mari. Emprisonnée, elle est condamnée à mort. Elle s’évade deux fois, mais le monde extérieur étant plus dangereux, elle préfère retourner en prison.

Nisida, grandir en prison

Lara Rastelli, 2006

Dans la prison de l’île de Nisida, à Naples, vivent une quarantaine de jeunes âgés de 14 à 21 ans. Les gamins fabriquent des masques pour préserver leur anonymat et permettre le tournage du film. C’est grâce à cet expédient qu’une relation de plus en plus intime s’établit avec trois d’entre eux.

The road to Guantanamo

Michael Winterbottom, Matt Whitecross, 2006

Fin septembre 2001, quatre musulmans britanniques s’envolent pour le Pakistan, où l’un d’eux doit se marier. Victimes de leur insouciance, trois d’entre eux seront arrêtés en Afghanistan et conduits à Guantanamo Bay, accusés à tort d’être des sympathisants d’Al-Qaida…

Hors les murs

Alexandre Leborgne, Pierre Barougier, 2005

Alejandro, condamné de longue peine, est le «  Maire  » des prisonniers d’Iwahig (Philippines). À la veille de sa libération, il raconte cette prison à ciel ouvert où les détenus peuvent vivre en famille, sorte de pays dans le pays, entre punition et autogestion.

Prisonniers de Beckett

Michka Säal, 2005

Prisonniers de Beckett est la rencontre de deux mondes qui ne se rencontrent jamais. L’un fait de poésie et de liberté, et l’autre de silence et d’obscurité. Une histoire vraie qui débute dans une prison de sécurité maximale, en Suède, où un jeune acteur, Jan Jonson, décide de mettre en scène En attendant Godot, avec cinq prisonniers comme acteurs.

Deux histoires de prison

Ginette Lavigne, 2004

Au Portugal le jour même du renversement du régime fasciste par les militaires, la population s’est rassemblée devant les prisons et a exigé et obtenu la libération de tous les prisonniers politiques. Cette victoire populaire a marqué réellement la fin du fascisme et le début d’une nouvelle ère. Diana Andringa et Maria Jose Campos racontent les mois qu’elles ont passé comme prisonnières politiques à la prison de Caxias.

À qui profite le crime ?

Christiane Badgley, 2002

Bienvenue à McRae, Géorgie. Sa tranquillité, ses pelouses, ses 20% de chômage et sa prison privée. Rutilante, high-tech, prête à accueillir mille cinq cent détenus, on compte sur celle-ci pour relancer l’économie locale…

Marché capif

Bernard Cauvin, Anne Vuagnoux, 2001

Un documentaire qui traite du travail en détention car en prison comme à l’extérieur, le travail reste l’unique source de revenus pour les détenus et une aubaine pour les nombreuses entreprises qui en profitent. Grâce à une véritable enquête journalistique, Bernard Cauvin et Anne Vuagnoux ont appréhendé les relations, pas toujours claires, entre l’administration pénitentiaire, les entreprises et les détenus.

Part du ciel (Une)

Bénédicte Lienard, 2001

Une part du ciel met en scène la résistance de femmes détenues et d’un groupe d’ouvrières dans une usine.

Antre de (L’)

Anouk Garcia, 2001

La prison est un monde clos, fascinant et repoussant. Elle anime la volonté paradoxale de voir et ne pas voir. et nous questionne sur notre propre conditionnement  ; elle met en exergue la liberté…

Nos rendez-vous

Pascale Thirode, Angelo Caperna, 2001

C’est par «  vidéo-lettres  » que vont communiquer, pendant toute une année scolaire, les deux groupes participant physiquement et techniquement au film : des détenus de la maison d’arrêt de La Santé à Paris et des élèves du collège Georges Rouault en banlieue parisienne.

Sans elle(s)

Anne Toussaint, Hélène Guillaume, 2001

Pour tenter de modifier les imaginaires souvent stéréotypés de la prison et des prisonniers, les participants de l’atelier vidéo de la prison de la Santé, en collaboration avec Anne Toussaint et Hélène Guillaume, ont réalisé «  Sans elle(s)", un film sur le thème de l’absence de la femme en prison.

Enclos (Un)

Sylvaine Dampierre, 1999

Dans le Centre pénitentiaire de Rennes existe un jardin où les détenues peuvent se rendre. Ce lieu est devenu un espace de rencontres, d’échanges et de paroles pour ces femmes en quête de reconstruction.

Têtes aux murs

Bénédicte Lienard, 1997

Pendant plus de deux ans, Bénédicte Liénard a accompagné, écouté et filmé quatre adolescents temporairement placés dans des centres éducatifs fermés, pour des faits de délinquance. Ils sont mineurs et sous tutelle judiciaire.

Galères de femmes

Jean-Michel Carré, 1993

Fleury Mérogis est la plus grande prison de femmes d’Europe. Ce long métrage documentaire trace les portraits de sept femmes pendant leurs détentions puis dans leur tentative de réinsertion.

De jour comme de nuit

Renaud Victor, 1991

Un film documentaire tourné à la maison d’arrêt des Baumettes à Marseille. Approche distante et discrète à la fois, franche et pudique, loin des clichés du milieu carcéral. Renaud Victor s’est immergé dans la vie de la prison, il a pris le temps qu’il fallait pour regarder, avant même de filmer, ceux qui sont «  dedans  », pour longtemps ou proches de sortir, pour de bonnes ou mauvaises raisons, de jour comme de nuit.

Femmes de Fleury (Les)

Jean-Michel Carré, 1990

Sept détenues de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (91), pour la plupart toxicomanes, témoignent de leurs conditions de détention et des circonstances qui les ont menées en prison.

Évasion

Yannick Bellon, 1989

On découvre dans ce documentaire le Théâtre du Fil, une compagnie théâtrale hors norme, qui propose de révéler la personnalité de comédiens ex-détenus.

Yeux des oiseaux (Les)

Gabriel Auer, 1983

En mars 1980, trois délégués du Comité International de la Croix Rouge sont autorisés à pénétrer en Uruguay dans le pénitencier militaire “Libertad”. Ils découvrent alors quelles sont les conditions réelles de détention dans cette prison soit-disant modèle. La déchéance physique et psychique de détenus, l’interdiction de communiquer entre eux, la repression systématique de leurs proches. Un film de fiction fondé sur des évènements réels.

Marguerite Duras à la Petite Roquette

Jean-Noël Roy, 1967

Marguerite Duras interviewe sans complaisance la seule femme directrice de prison en France, à la petite Roquette. Elle explique comment elle est devenue directrice de prison. Elle parle de son métier, des prisonnières, des conditions de vie, de l’autorité, des punitions, des suicides