Forum des images

http://www.forumdesimages.net

 Forum des Halles  75001 Paris  téléphone : 01 44 76 62 00  fax : 01 40 26 40 96

Films dans la base

Mon combat pour un toit

Stephan Moszkowicz, 2010

Gérard, Fabienne, Dominique et papy Jacquot sont sans-abri à La Rochelle. Avec l’aide de Muriel Dumont, fondatrice de l’association Le Toî Kétatous, ils reprennent espoir : avoir un toit pour réapprendre à exister.

Papillon

Anne Faisandier, 2007

La réalisatrice s’est entretenue pendant un an et demi avec Philippe, en train de devenir Sylvie… Il/elle laisse pendant le quart d’heure sortir ses pensées sur les évènements pratiques de sa vie du moment, devant la réalisatrice qui tient la caméra à la main.

Bout du tunnel (Le)

Ève Heinrich, 2007

Focus sur une classe relais composée d’élève qui réapprennent progressivement à aimer l’école…

30 ans après la loi Veil : Regards croisés sur la contraception et l’IVG

Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir, 2004

Ce court film est composé d’un montage d’extraits issus des films suivants : - Y a qu’à pas baiser de Carole Roussopoulos (1971) - Débat à l’Assemblée Nationale : réforme de la loi sur l’IVG diffusée le 26 novembre 1974 - Debout  ! Une histoire du mouvement de libération des femmes - 1970/1980 de Carole Roussopoulos (1999)

Commune de Paris 1871 (La)

Mehdi Lallaoui, 2004

Documentaire historique sur la commune de Paris.

Ma mort dans tous ses états

Roberto Garzelli, 2003

Réaliser que quoi qu’il arrive, j’allais mourir un jour, ce n’était pas une très bonne nouvelle. À force de me dire que chaque jour pourrait être le dernier, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il n’était pas trop tôt pour me préoccuper de mes obsèques.

Laissez-passer

Bertrand Tavernier, 2002

A Paris, le 3 mars 1942, sous l’Occupation allemande, deux hommes voient leurs destins se croiser et s’entremêler. D’un côté, Jean-Devaivre, un assistant-metteur en scène, trouve le moyen de camoufler ses activités clandestines de résistant en travaillant pour la Continental, une firme cinématographique allemande dirigée par le Docteur Greven et qui produit des films français depuis 1940. De l’autre, Jean Aurenche, un scénariste-poète, refuse de travailler pour les Allemands et s’engage par la plume dans une lutte héroïque contre l’envahisseur nazi.

On n’est pas des steaks hachés

Anne Galland, Alima Arouali, 2002

Hiver 2001 à Paris, au Mc Donald’s du Faubourg Saint-Denis… Pendant 115 jours, les 40 jeunes employés du McDo, vont tenir tête au géant de la restauration rapide, jusqu’à la victoire !

Bénéfice humain

Anne Kunvari, 2002

Une imprimerie contribue à la réinsertion de personnes en difficulté tout en fonctionnant avec les même contraintes qu’une entreprise ordinaire.

12 ans d’images du DAL

Michael Hoare, 2002

Cette trilogie suit l’évolution de l’association " Droit au logement " de sa création en 1989 à nos jours.

Sous le ciel lumineux de son pays natal

Franssou Prenant, 2001

Trois Libanaises, l’une juive, l’autre musulmane et la dernière chrétienne, évoquent en voix off leur jeunesse, leurs rêves, leurs engagements, leurs luttes, leur exil et leur retour à Beyrouth. Jamais on ne les verra. Leurs témoignages s’enlacent, se complètent, s’enrichissent, formant un tableau indirect mais précieux des terribles années de guerre qui ont endeuillé le pays.

Dor de Tine. Une histoire de 1944

Mireille Abramovici, 2001

La réalisatrice part sur les traces de son père, déporté 10 jours avant sa naissance et dont sa mère n’a jamais pu parler. La correspondance de ses parents nous plonge dans l’errance de ce couple de jeunes musiciens roumains, réfugiés en France jusqu’à l’arrestation du père en avril 1944.

Souvenir d’un avenir (Le)

Chris Marker, Yannick Bellon, 2001

Évocation des années 30 et 40 à travers les photographies de Denise Bellon, artiste surréaliste. Un hommage à l’artiste où la beauté des photographies rivalise avec la justesse des textes lus par Pierre Arditi.

Printemps à la source

Chantal Briet, 2001

En Seine-Saint-Denis, dans la Cité de la Source, dans un centre commercial à l’abandon, il y a la petite épicerie d’Ali, dernier lieu de rencontre des habitants du quartier. Chronique d’un petit commerce de banlieue fréquenté par des personnages plein de verve et d’humour.

Sur les Murs… Peintres-poètes de Paris

Yolande Josèphe, 1999

Sur nos murs, dans nos rues, au cœur de notre quotidien s’inscrivent des aventures poétiques et artistiques originales, des démarches créatrices authentiques. Ces créations éphémères font vibrer la ville de couleurs et de messages, ombres magiques des peintres poètes de Paris. Ce documentaire se propose de rencontrer certains de ces créateurs.

E-clip-se

Chris Marker, 1999

Variation sur l’éclipse totale de soleil du 11 août 1999 au jardin des Plantes.

île (L’)

Sylvaine Dampierre, Bernard Gomez, 1998

Fernand est amoureux de son jardin ouvrier insulaire. Le lopin de terre qu’il affectionne est placé au pied de la « forteresse ouvrière », bâtiments désaffectés de l’usine Renault, dans lesquels il a travaillé toute sa vie.

Voyages

Emmanuel Finkiel, 1998

Trois portraits de femmes juives marquées par leur emprisonnement dans des camps de concentration. Voyages plonge très loin dans l’intimité de l’âme, dans l’humanité, simplement. Une oeuvre poignante aux frontières de la fiction et du documentaire.

Orchestre souterrain (L’)

Heddy Honigmann, 1997

Un documentaire sur les musiciens dans le métro, tous déracinés. Un film qui n’est pas misérabiliste, mais joyeux, en raison de la qualité des interprètes.

De l’autre côté du périph’

Bertrand Tavernier, Nils Tavernier, 1997

1997. Un mois en plein cœur de la cité des Grands Pêchers, à Montreuil. Rencontres, témoignages, récits de vies ordinaires : De l’autre côté du périf’ est un document réalisé en réponse à la Loi Debré. Une idée instiguée par Pascale Ferran et Arnaud Desplechin ; dès février 1997, 66 cinéastes prenaient le relais.

Héritages

Daniel Cling, Pascal Cling, 1996

Trois rescapés d’Auschwitz racontent de quelle façon et dans quelles circonstances ils ont révélé leur histoire depuis leur retour.

Soudure (La)

Michel Kania, 1996

Ils ont 16, 17 ans. Ils habitent Aubervilliers, Pantin, La Courneuve. Au collège Diderot d’Aubervilliers, entre les cours et les stages, leurs premières confrontations au monde du travail.

Gare sans trains

Daniel Friedmann, Jérôme Blumberg, 1996

Une chronique des grèves de décembre 1995 tournée parmi les cheminots de la gare de Lyon.

Reprise

Hervé Le Roux, 1996

Le 10 juin 1968, des étudiants en cinéma filment la reprise du travail aux usines Wonder de Saint-Ouen. Une jeune ouvrière dit qu’elle ne rentrera pas. De nos jours, la recherche de cette femme prend le tour d’une enquête quasi-obsessionnelle…

Chemins de traverse

Sabrina Malek, Arnaud Soulier, 1996

Décembre 95 : Réforme de la sécurité sociale, « le Plan Juppé ». Deux jeunes réalisateurs s’engouffrent dans les locaux de la gare d’Austerlitz et accompagnent les acteurs de la grève jusqu’au bout d’une expérience incertaine mais exaltante.

Imphy, capitale de la France

Luc Moullet, 1995

Pour résoudre les graves problèmes nés de la concentration de population autour de Paris, une équipe de cinéastes part à la recherche d’une nouvelle capitale…

Murmures, une histoire de femmes coréennes

Young-Joo Byun, 1995

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, des centaines de milliers de jeunes filles, dont un certain nombre de coréennes, ont été contraintes de se prostituer dans les bordels militaires japonais. Les preuves de cet esclavagisme sexuel planifié par l’État ont été, pour beaucoup, détruites et les archives occultées. Un pan de l’histoire douloureuse coréano-japonaise menaçait ainsi de sombrer dans l’oubli le plus complet. Cependant, en août 1991, encouragée par les recherches et le volontarisme d’associations féministes sud-coréennes, blessée par le négationnisme ambiant, Kim Hak-Soon déclarait à la télévision qu’elle avait servi de femme de réconfort à l’armée japonaise. Depuis, une poignée d’autres « survivantes » de ce drame, âgées de 75 à 85 ans, ont osé s’exprimer et demandent justice.

Douaumont repris !

Vladimir Léon, 1995

1916. Un petit village de l’arrière, engourdi par le soleil, est sorti de sa torpeur par l’heureuse nouvelle : les armées françaises ont repris le fort de Douaumont. Yvette, une paysanne, se rend ce jour là chez son amie Jeanne. En chemin, elle rencontre le facteur, curieusement embarrassé, qui lui confie une lettre pour Jeanne, qu’il n’ose porter lui-même…

Gens des baraques (Les)

Robert Bozzi, 1995

En 1970, de nombreux bidonvilles encerclaient Paris et Saint-Denis et comptaient une multitude d’immigrés portugais fuyant la misère et la dictature de Salazar. Robert Bozzi y tournait alors un documentaire. 25 ans après, il part à la recherche de certaines personnes filmées, dont un bébé et sa mère…

Délits flagrants

Raymond Depardon, 1994

Dans le dépôt de la préfecture de Police au Palais de Justice, Raymond Depardon filme l’itinéraire procédural de plusieurs personnes prises en flagrant délit, notamment leur audition par un substitut du procureur.

Ramona, quand les compteurs s’arrêtent…

Véronique Sanson, Rosy Chumillas, 1993

C’est le récit intimiste d’un drame banal de notre époque : l’éclatement et la désintégration d’une grande entreprise de la région parisienne. Ce drame, inscrit dans la mutation silencieuse qui bouleverse depuis quinze ans le paysage industriel français, est vécu de l’intérieur par deux anciennes ouvrières spécialisées de la Compagnie des compteurs de Montrouge, aujourd’hui démantelée. Ce sont-elles, les réalisatrices du film.

L 627

Bertrand Tavernier, 1992

Lucien Marquet, enquêteur de police de 35 ans, croit, contrairement à bon nombre de ses collègues, encore en son métier. A travers ses investigations, ses découragements et ses espoirs, l’évocation du milieu des policiers affectés aux brigades des stupéfiants.

Chronique d’une banlieue ordinaire

Dominique Cabrera, 1992

Avant la destruction des tours HLM du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie, certains habitants offrent à travers leurs témoignages, une réflexion sur l’habitat social en banlieue parisienne.

Histoire de vent (Une)

Joris Ivens, Marceline Loridan, 1988

Un vieil homme, seul sur une dune de sable, attend le vent. Cet homme n’est autre que Joris Ivens lui-même qui se met en scène pour filmer l’invisible.

Mémoires pour Simone

Chris Marker, 1986

Portrait-hommage de Simone Signoret, réalisé à travers extraits et interviews de l’actrice et amie de Chris Marker pour le festival de Cannes de 1986.

From Chris to Christo

Chris Marker, 1985

Chris Marker a filmé à sa manière l’emballage du Pont-Neuf par Christo en cet été 1985.

3 hommes et un couffin

Coline Serreau, 1985

La stupéfaction de trois hommes lorsqu’ils se retrouvent « nourrices » d’un bébé déposé dans un couffin au seuil de la porte.

2084

Chris Marker, 1984

Réalisé à l’occasion du centenaire des lois syndicales, ce film imagine trois hypothèses pour l’avenir : celle d’une crise économique qui se prolongerait, celle du totalitarisme, celle, enfin, de l’espoir en la culture et la tolérance. Un document qui se démarque de la production syndicale courante.

Junkopia

Chris Marker, 1981

Sur la plage d’Emeryville a San Francisco, des artistes non identifiés laissent quelques signes fabriqués avec ce que la mer abandonne.

Écoutez Jeanne Humbert

Bernard Baissat, 1980

A 90 ans, Jeanne Humbert continue à lutter pour la limitation volontaire des naissances et pour le progrès social de l’humanité. Biographie d’une pionnière dans la lutte pour la contraception et ses propos en faveur de l’avortement.

Dos au mur (Le)

Jean-Pierre Thorn, 1980

Six Semaines de grève avec les travailleurs de l’Alsthom Saint-Ouen en octobre 1979. Ce documentaire, qui a suivi la grève au jour le jour et donné la parole aux acteurs du conflit, est considéré aujourd’hui comme l’un des meilleurs documentaire sur une grève ouvrière « filmée de l’intérieur ».

Ville à prendre (La)

Patrick Brunie, 1979

Témoignage sur les conditions de vie et de travail dans les milieux populaires, ce documentaire se veut aussi une réflexion sur l’intégration de l’homme à son environnement urbain.

Molière

Ariane Mnouchkine, 1978

Première époque du film d’Ariane Mnouchkine qui reconstitue la vie de Molière et l’épopée d’une troupe théâtrale au XVIIème siècle avec les comédiens du théâtre du Soleil.

Légende du siècle : 1936 ou la mémoire du peuple (La)

Claude Santelli, 1977

Emission en deux parties sur le Front populaire. A l’aide de documents d’archives, de textes et de témoignages de contemporains, Santelli fait revivre cette période et dresse le portrait des deux figures les plus marquantes du socialisme français : Jean Jaurès et Léon Blum.

Fond de l’air est rouge (Le)

Chris Marker, 1977

Montage de documents pour la plupart inédits, couvrant dix années capitales de l’histoire mondiale : 1967-1977. Première partie, «  Les mains fragiles : du Vietnam à la mort du Che, Mai 68 et tout ça  ». Deuxième partie, «  Les mains coupées : du printemps de Prague au Programme commun  ».

Portrait de Simone de Beauvoir

Alice Schwarzer, 1974

Entretiens entre Simone de Beauvoir et Alice Schwarzer, féministe allemande, fondatrice du journal EMMA et auteure de plusieurs livres sur Simone de Beauvoir.

Un homme qui dort

Bernard Queysanne, Georges Perec, 1974

Un étudiant remet en cause toutes ses activités et tous ses projets et se plonge volontairement dans une sorte d’hibernation

Solitude du chanteur de fond (La)

Chris Marker, 1974

Portrait d’Yves Montand à travers la préparation « à l’américaine » d’un one man show donné par l’artiste au bénéfice des réfugiés chiliens.

Lo païs

Gérard Guérin, 1973

Début 1970, Gaston, originaire du Larzac, débarque à Paris comme tant d’autres jeunes, pour « réussir ».

An 01 (L’)

Jacques Doillon, 1972

«  On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste…  ». L’An 01 narre un abandon utopique, consensuel et festif de l’économie de marché et du productivisme. Financé grâce à la bonne volonté des lecteurs de Charlie-Hebdo, ce film reste emblématique de la contestation des années 1970.

Démocratie syndicale (La)

Miroslav Sebestik, Gilberto Azevedo, Antoine Bonfanti, 1971

Le film donne la parole à des travailleurs d’horizons très divers : bûcherons, pêcheurs, ouvriers et ouvrières, mineurs, dessinateurs…Ils répondent à une série de questions qui portent sur la pratique syndicale

Salamandre (La)

Alain Tanner, 1971

Pierre et Paul, respectivement journaliste et écrivain, s’associent pour écrire un scénario d’après un fait divers : l’histoire d’une jeune fille accusée par son oncle d’avoir tenté de le tuer. Le procès se termine par un non-lieu. Ils décident d’aller chercher la vérité directement à la source, auprès de la jeune fille.

Trente-six, c’était aussi…

Gérard Poitou, 1970

Des images d’archives et des photos en noir et blanc retracent l’année 1936, à travers les vedettes du music-hall, la mode, les affiches de publicité en couleur et les premiers congés payés.

Mots ont un sens (Les)

Chris Marker, 1970

Portrait de François Maspéro, libraire et éditeur engagé à gauche, symbole et bouc émissaire de 68. Produit par SLON et conçu par Chris Marker, On vous parle… est un magazine de contre-information diffusé dans les circuits parallèles.

Et maintenant

Dynadia, 1969

Documentaire de propagande commandé par la Fédération PCF des Bouches-du-Rhône.

Elise ou la vraie vie

Michel Drach, 1969

Une jeune Bordelaise rejoint son frère à Paris où elle trouve un emploi dans la même usine d’automobiles que lui. Là, elle découvre les conditions de travail des ouvriers ; l’amour d’Arezki, un Algérien qui travaille avec elle à la chaîne et se révolte contre le racisme haineux qui divise alors les Français et les Algériens…

Que s’est-il passé en mai ?

Jean-Paul Savignac, 1968

Juste après Mai 68, une caméra explore Paris en cherchant les signes qui témoignent des affrontements passés.

Pano ne passera pas

Danielle Jaeggi, Ody Roos, 1968

Les événements de Mai 68 à Paris vus par un monteur aux actualités télévisées de l’ORTF. Le film s’attache à montrer la manipulation de l’information.

Reprise du travail aux usines Wonder - Wonder, Mai 68 (La)

Jacques Willemont, 1968

Un groupe d’étudiants de l’IDHEC en grève vient filmer un militant de l’OCI (Organisation communiste internationaliste), le 10 juin, à l’usine Wonder de Saint-Ouen. L’équipe de tournage arrive sur place au moment où la reprise du travail vient d’être votée et décide de filmer…Une jeune ouvrière refuse de reprendre le travail.

Oser lutter, oser vaincre

Jean-Pierre Thorn, 1968

La lutte de classe et le révisionnisme dans l’usine de Renault Flins occupée par les ouvriers ». La grève à l’usine Renault de Flins du 15 mai au 18 juin 1968 : la spontanéité du mouvement ouvrier à l’intérieur de l’usine se heurte aux manœuvres syndicales de la CGT.

Joli mai (Le)

Chris Marker, Pierre Lhomme, 1963

Filmé en deux parties dans le Paris du mois de mai 1962, Chris Marker interroge des hommes et des femmes sur les problèmes politiques, sociaux et de leur vie quotidienne.

Paris des photographes (Le)

François Reichenbach, 1962

Des touristes photographient Paris au cours de leur promenade. Une vision de la capitale dans les années soixante, rythmée par un air d’accordéon ou une chanson populaire.

Jetée (La)

Chris Marker, 1962

Une catastrophe nucléaire a détruit toute vie humaine à la surface de la terre. Paris a été rayé de la carte. Les « vainqueurs » de cette guerre nucléaire cherchent le moyen de sauver la race humaine.

Enfants des courants d’air

Edouard Luntz, 1960

Presque sans dialogues, sur une trame fictionnelle minimaliste — l’histoire d’un enfant et de son grand-père — le film évoque la vie dans un bidonville de la Plaine Saint-Denis, entre terrains vagues et tours en construction.

Paris la belle

Jacques Prévert, 1959

Une rêverie des frères Prévert sur la beauté du Paris d’hier.

Django Reinhardt

Paul Paviot, 1957

De la boîte de nuit {La roulotte} au légendaire club de jazz {Le boeuf sur le toit}, Paul Paviot revient sur la vie et la carrière du guitariste qui a fondé avec Stéphane Grappelli le Hot club de France.

Toute la mémoire du monde

Alain Resnais, 1956

Pour cette découverte de la Bibliothèque nationale, Alain Resnais a choisi de faire systématiquement explorer les lieux par la caméra, dans de grands mouvements lents et amples que la musique de Maurice Jarre soutient d’un ostinato grave et profond.

Ma Jeannette et mes copains

Robert Ménégoz, 1953

Cette fiction montre le quotidien des mineurs du bassin cévenol, raconté en voix off par l’un d’entre eux, René : le travail à la mine, les distractions et l’amour.

Rendez-vous de l’espérance (Le)

Pierre Biro, 1950

Film réalisé par un collectif de cinéastes amateurs décrivant la mobilisation créée par l’appel de Stockholm dans les villes et les villages de France.

Révolte des gueux (La)

Raymond Lamy, 1949

Evocation à l’aide de nombreuses scènes de reconstitutions historiques et de documents (photos, journaux, cartes postales…) de la révolte viticole de 1907.

Aubervilliers

Eli Lotar, 1945

Un film réalisé dans la banlieue parisienne au cours de l’été 1945 et dont le but est d’attirer l’attention sur les conditions d’existence des habitants des grandes villes.

Goupi mains rouges

Jacques Becker, 1943

Les Goupi, au nombre de douze, habitent un coin de Charente. Par un jeu d’alliances, ils ont réussi à s’emparer de la quasi-totalité du village. Chaque membre du groupe est défini par un surnom et doit sacrifier à la mission du clan, celle de l’argent. Jusqu’au jour où l’un d’entre eux s’empare du magot que tous convoitent… Un grand classique du cinéma français, réalisé pendant l’Occupation.

Règle du jeu (La)

Jean Renoir, 1939

Christine, La femme du marquis de la Chesnaye a invité en Sologne son amoureux Octave et son ami Jurieu qui vient de battre le record de la traversée de l’Atlantique en avion.

Espagne vivra (L’)

Henri Cartier Bresson, 1939

Ce film rappelle, de façon tristement prémonitoire que tout le monde est menacé par le fascisme…

Métallos (Les)

Jacques Lemare, 1938

Un documentaire militant qui montre comment se déclenche et s’organise une grève. Il rappelle à l’image de l’ensemble des occupations d’usines qui se sont déroulées pendant le Front populaire.

Marseillaise (La)

Jean Renoir, 1938

En 1792, pendant la Révolution, le peuple marseillais forme un bataillon de volontaires qui part pour Paris où il participe à la prise du château des Tuileries, le 10 août. Ce grand classique est une exaltation de la liberté et un hymne à la gloire du peuple français.

Bête humaine (La)

Jean Renoir, 1938

D’après le célèbre roman de Zola, ce film traite des dangers de l’alcoolisme dans le milieu ouvrier. « La Bête humaine » met en jeu des individus seuls, écrasés, broyés par leur destin et leur histoire.

Bâtisseurs (Les)

Jean Epstein, 1938

Ce film manifeste la volonté, de la part de la CGT , d’inscrire son action, dans une vision de la société qui réclame plus de prévision et d’action publique, anticipant les mesures de reconstruction que prendra le gouvernement après la guerre.

Temps des cerises (Le)

Jean-Paul Dreyfus (Le chanois), 1937

À travers le destin de deux familles, aux origines sociales opposées, et au cours de quatre époque (1895, 1900, 1914, 1937) « Le temps des cerises » évoque plus de quarante ans d’histoire sociale et politique.

Neuvième grand prix cycliste de l’humanité (le)

Collectif & Anonyme, 1937

Compte rendu du neuvième grand prix cycliste de l’Humanité Le Havre-Rouen-Paris en juin 1937. Ce reportage sportif et « touristique » au ton léger, témoigne de la mobilisation sociale sous le Front populaire, ainsi que de l’intérêt du Parti communiste pour le sport.

Garches 1936 - La Fête annuelle du Parti communiste et de « L’Humanité »

Collectif & Anonyme, 1936

Le 30 août 1936, un public nombreux se rend à Garches pour assister à la fête annuelle du Parti communiste et de « L’Humanité »

Vie est à nous (la)

Jean Renoir, 1936

Produit par le Parti Communiste Français en vue de la campagne pour les élections de mai 1936 - qui portèrent au pouvoir le Front Populaire - La Vie est à Nous fut tourné par une équipe de cinéastes et techniciens militants communistes ou sympathisants.

Grèves d’occupations d’usine

Collectif « La Marseillaise », 1936

Actualités réalisées par des ouvriers pour représenter les importants mouvements de grévistes de juin 1936, dans la région parisienne.

Crime de Monsieur Lange (Le)

Jean Renoir, 1935

Première rencontre de Jean Renoir et de Jacques Prévert et aussi avec l’équipe des comédiens du groupe Octobre, ce film reflète d’une façon prémonitoire les préoccupations du Front populaire.

Défilé des 500 000 manifestants de la porte de vincennes, 14 juillet 1935 (Le)

Collectif & Anonyme, 1935

La journée du 14 juillet 1935, organisée au vélodrome de Buffalo à Montrouge constitue un moment clé dans la constitution du Front populaire.

Portraits

Alain Cavalier, 1988;1991

24 magnifiques portraits de femmes. Chacun a pour but d’archiver le travail manuel féminin. C’est l’histoire d’une rencontre, un recueil de souvenirs, la mémoire d’une époque.