Salamandre (La)

Un film de Alain Tanner

 1971  Suisse  Fiction  123 mn  Noir & Blanc  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : John Berger, Alain Tanner  Musique : Patrick Moraz  Image : Sandro Bernardoni, Renato Berta  Son : Marcel Sommerer, Gérard Rhône  Montage : Brigitte Sousselier, Marc Blavet

 Distribution : Bulle Ogier, Jean-Luc Bideau, Jacques Denis, Véronique Alain, Marblum Jequier, Marcel Vidal

Producteur :
Centre suisse du cinéma (Neugasse 6, 8031 Zürich, Suisse, Tél : +41 (0)43 211 40 52, Mail : hbruhin@swissfilms.ch)
Distributeurs :
Direction du patrimoine du CNC (7 bis, rue Alexandre Turpault, 78390 Bois d’Arcy, tél : 01 30 14 80 10, fax : 01 30 14 80 86, mail : webmaster@cnc.fr)
Centre suisse du cinéma (Neugasse 6, 8031 Zürich, Suisse, Tél : +41 (0)43 211 40 52, Mail : hbruhin@swissfilms.ch)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)
 Éditeur :
Éditions Montparnasse (12 villa Cœur de Vey, 75014 Paris, téléphone : 01 56 53 56 53, fax : 01 56 53 56 59, mail : accueil@editionsmontparnasse.fr )

Pierre et Paul, respectivement journaliste et écrivain, s’associent pour écrire un scénario d’après un fait divers : l’histoire d’une jeune fille accusée par son oncle d’avoir tenté de le tuer. Le procès se termine par un non-lieu. Ils décident d’aller chercher la vérité directement à la source, auprès de la jeune fille.

« La Salamandre a apporté à Alain Tanner la notoriété et son premier triomphe public, et va définitivement imposer le cinéaste comme la signature emblématique du nouveau cinéma suisse. C’est aussi le premier portrait de femme dans une œuvre qui en compte beaucoup. En effet, il y a une sensibilité particulière du cinéaste au personnage et au caractère féminins qui rappelle parfois celle d’Antonioni - celui de L’Avventura ou plus tard d’Identification d’une femme - et que le travail avec Myriam Mézières viendra confirmer dans les années 1980. Dans l’imaginaire cinématographique, Rosemonde/Bulle Ogier, personnage principal de La Salamandre, rejoint l’ouvrière rebelle refusant de reprendre le travail aux usines Wonder et immortalisé par un bref film documentaire en juin 1968. Après la fable du patron désertant le capitalisme, Tanner aborde ici la question ouvrière à travers le personnage d’une femme libre et ennemie des contraintes sociales… »

Frédéric Bas, postface de Ciné-mélanges d’Alain Tanner, Paris, Seuil, « Fiction et Cie », 2007, p. 197-198

Film programmé lors de la 3ème Décade Cinéma et Société 2008 sur les années 68 au cinéma

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Incontournable dans la période :