FIDMarseille (Festival international de Cinéma de Marseille)

Marseille – juillet

http://www.fidmarseille.org

 Association vue sur les docs  14, Allée Léon Gambetta  13001 Marseille  Tel : 04 95 04 44 90  Fax : 04 95 04 44 91  welcome@fidmarseille.org

Chaque année début juillet, le FIDMarseille propose un programme de 130 films à près de 23 000 spectateurs, dans des cinémas, théâtres, bibliothèques, galeries d’art, amphithéâtres en plein air, à Marseille. Le festival présente un grand nombre de films en première mondiale, de premiers films, et s’impose aujourd’hui comme un gisement de nouvelles cinématographies, productions documentaires aussi bien que fictions.

Le FIDMarseille organise également le FIDLab, plateforme de soutien à la coproduction internationale, le FIDCampus, atelier de formation d’étudiants méditerranéens, et de nombreuses projections hors les murs pendant toute l’année.

Un festival pour quoi faire  ? Pour partager, avec tous les publics, les cinémas d’aujourd’hui. Oui, le cinéma abrite un pluriel, celui des formes, des formats, des durées, des approches et des regards. Moment unique où des réalisateurs venus du monde entier nourrissent notre présent de tous les leurs.

Si le FIDMarseille plonge ses racines dans le documentaire, c’est pour se souvenir des réalités qui sont son terreau, mais sans oublier que sur ce sol poussent bien des mondes et encore davantage de manières d’en témoigner. Et si le témoignage est une nécessité, une urgence, c’est avec la conscience qu’il lui faut trouver le courage, la justesse, la conviction joyeuse aussi, pour faire entendre et voir, ce au nom de quoi il s’avance. Intempestif, audacieux, pertinent, insoumis, aussi surprenant que notre monde sait l’être, voilà le genre de cinéma que le FID se réjouit de défendre.

(source : site Internet du festival)

Films dans la base

Braguino

Clément Cogitore, 2017

Au milieu de la taïga sibérienne, à 700 km du moindre village, se sont installées deux familles qui y vivent en total autarcie. Aucune route ne mène là-bas. Seul un long voyage sur le fleuve Ienissei en bateau, puis en hélicoptère, permet de rejoindre Braguino. Au milieu du village : une barrière. Les deux familles refusent de se parler. Au-delà d’une simple étude ethnographique, Clément Cogitore livre un conte cruel révélateur d’un instant de bascule de notre civilisation.

Repos des braves (Le)

Guillaume Brac, 2016

Arrivés au terme de leur périple à travers les Alpes, une poignée de vieux cyclistes amateurs goûtent un repos bien mérité sur une plage du sud de la France. Ils s’y remémorent leurs exploits, aussi dérisoires qu’essentiels…

Djama Mourouti La. La colère du peuple

Frédérique Lagny, 2016

Trente ans après la Révolution Démocratique et Populaire menée par Thomas Sankara, la chute du régime de Blaise Compaoré est à l’horizon. Le peuple burkinabè, et notamment sa jeunesse, se mobilise avec force, invente de nouveaux outils et slogans de contestation citoyenne. L’action se déroule à Bobo-Dioulasso, la seconde ville du pays.

Télécommande

Anonyme, 2015

Téhéran, juin 2013. Les Iraniens s’apprêtent à élire le nouveau président de la République islamique. Dans l’intimité de leur foyer, face au flux d’images relayé par satellite, propagande d’État, images de l’Occident, de l’Égypte ou de la Syrie, hommes et femmes témoignent librement de leurs espoirs, de leurs colères et de leurs craintes.

Rien n’oblige à répéter l’histoire

Stéphane Gérard, 2014

Les émeutes de Stonewall, symbole de la libération homosexuelle, ont eu lieu dans le New York de 1969. En 2012, quarante-trois ans plus tard, ce documentaire s’intéresse aux spécificités de la communauté née de cet événement et tente de comprendre comment celle-ci parvient à transmettre et faire perdurer le vaste projet de transformation à l’origine de ce mouvement.

Eau argentée

Ossama Mohammed, Wiam Simav Bedirxan, 2014

Homs - 2011, le siège d’une ville au XXI e siècle, filmé de l’intérieur par des centaines d’anonymes et vécu à distance sur YouTube par Ossama Mohammed, réalisateur syrien exilé en France. 103 minutes d’images fragiles, arrachées au chaos, filmées à bout de bras par des manifestants mais surtout par Wiam Simav Bedirxan, jeune co-réalisatrice du film restée sur place. Un film à deux voix, témoin d’une humanité qui résiste, coûte que coûte.

Tourisme international

Marie Voignier, 2014

Comment une dictature se présente à ses touristes  ? Quel récit, quels acteurs, quelle mise en scène mobilise-t-elle  ? Tourisme International a été tourné comme la captation d’un spectacle à l’échelle d’un pays, la Corée du Nord.

Before we go

Jorge Léon, 2014

Bruxelles. Opéra de la Monnaie. Trois personnes en fin de vie rencontrent des chorégraphes, acteurs et musiciens. Ils participent à une expérience unique où se mêlent musique, danse et silence. Leur quête prend la forme d’un hommage rendu à la fragilité humaine, entre réel et représentation, corps tragiques et esprits libres. Ensemble, ils questionnent leur propre rapport à la mort.

Brûle la mer

Nathalie Nambot, Maki Berchache, 2014

Entre révolution, exil et déceptions, être tunisien aujourd’hui  ?

Haunted

Liwaa Yazji, 2014

Syrie. Parmi les dévastations de la guerre, il y a aussi ceci, plus discret, néanmoins vital : l’exil. Partir, rester  ? Question à laquelle s’attèle Liwaa Jazji, en suivant plusieurs personnages…

Ce qu’il reste de la folie

Joris Lachaise, 2014

C’est à l’hôpital psychiatrique de Thiaroye, dans la proche banlieue de Dakar, que nous introduit la caméra de Joris Lachaise, en compagnie de l’écrivain et cinéaste Khady Sylla. À travers son expérience vécue de la maladie mentale et de ses traitements, le film cherche à explorer une histoire récente du Sénégal : l’indépendance du pays et la décolonisation de la psychiatrie.

I comme Iran

Sanaz Azari, 2014

Bruxelles, dans le huis clos d’une salle de classe. A partir d’un manuel datant de la révolution islamique, la réalisatrice apprend à lire et écrire le persan, sa langue maternelle. Au fil des leçons, son professeur lui transmet les rudiments de la langue, porte d’entrée vers l’histoire et la culture iraniennes. Progressivement le didactisme des leçons est détourné en un collage poétique et visuel qui met en jeu la notion de liberté et questionne le sens d’une révolution.

Our terrible country

Mohammad Ali Atassi, Ziad Homsi, 2014

Ce documentaire suit durant un an l’écrivain Yassin Haj Saleh, figure de la dissidence syrienne, dans la tourmente de la guerre en Syrie.

Pendule du Costel (Le)

Pilar Arcila, 2013

Issus de la communauté Rom de Roumanie, Costel et sa famille élargie se déplacent entre la France, la Suisse et leur propre pays, à la recherche d’un moyen de gagner leur vie. Film de famille et archive poétique du présent, le documentaire suit leur quotidien fait de débrouilles, de croyances et de survie. Entre errance et migration économique, le parcours de Costel traverse une Europe à économie variable, mise à l’épreuve de ses rêves et de ses communautés les plus démunies.

Guerilla (Série Notre corps est une arme)

Clarisse Hahn, 2012

Les guérilléros kurdes du PKK filment leur propre quotidien à la frontière de l’Irak et de la Turquie. La guerre filmée du coté des rebelles.

What a fuck am i doing on this battlefield

Nicolas Peltier, Julien Fezans, 2012

Ce film tente de rendre compte de l’univers sombre et torturé du musicien Matt Elliott, également connu pour ses travaux au sein de la formation Third Eye Foundation. C’est au travers de ses expériences humaines et musicales, que nous découvrons un homme révolté et lucide, en constante observation, qui n’est pas effrayé de donner ses opinions sur notre société contemporaine.

Mille soleils

Mati Diop, 2012

En 1972, Djibril Diop Mambety, oncle de la réalisatrice, tourne Touki Bouti. Mory et Anta s’aiment et partagent le même rêve : quitter Dakar. Au moment fatidique, Anta embarque, Mory reste sur les quais, incapable de s’arracher à sa terre. En 2012, Mille Soleils enquête sur l’héritage personne et universel que représente Touki Bouti. Histoires de famille, d’exil et de cinéma se croisent entre la sphère de l’intime et celle du mythe.

Hypothèse du Mokélé-Mbembé (L’ )

Marie Voignier, 2011

Au Cameroun, un homme arpente la jungle et les berges boueuses des rivières depuis plusieurs années à la recherche d’un animal inconnu de la zoologie : le Mokélé-Mbembé. Les pygmées décrivent cet animal comme une sorte de rhinocéros à queue de crocodile et à tête de serpent. Certains affirment l’avoir déjà rencontré près de la rivière. L’explorateur nous entraîne dans une quête acharnée pour trouver des traces de l’animal dans un univers où le vraisemblable se mêle au légendaire, nous ramenant aux sources de la croyance et de la fiction.

BM du Seigneur (La)

Jean-Charles Hue, 2010

Chez les Yéniches, communauté de gens du voyage, le respect des aînés et la ferveur religieuse côtoient indifféremment le vandalisme. Fred Dorkel est l un d entre eux : craint et estimé par les siens, il vit du vol de voitures. Une nuit, sa vie bascule : un ange lui apparait. Pour Fred, c est le signe d une seconde chance qu il doit saisir. Il décide de se ranger, mais ce choix va l opposer à sa famille…

An 2008 (L’)

Martin Le Chevallier, 2010

Le film met en scène une série de dialogues entre des figures archétypales de la mondialisation. Consommateur français, défricheur amazonien, ouvrière chinoise… tous ces personnages s’interpellent, s’accusent des maux qu’ils subissent et s’excusent pour les dommages qu’ils provoquent. La mondialisation des échanges et des déboires est ainsi résumée dans une fable villageoise, substituant la fantaisie individuelle au drame collectif.

Nostalgie de la lumière

Patricio Guzmán, 2010

Au Chili, à trois mille mètres d’altitude, les astronomes venus du monde entier se rassemblent dans le désert d’Atacama pour observer les étoiles. Car la transparence du ciel est telle qu’elle permet de regarder jusqu’aux confins de l’univers. C’est aussi un lieu où la sécheresse du sol conserve intacts les restes humains : ceux des momies, des explorateurs et des mineurs. Mais aussi, les ossements des prisonniers politiques de la dictature. Tandis que les astronomes scrutent les galaxies les plus éloignées en quête d’une probable vie extraterrestre, au pied des observatoires, des femmes remuent les pierres, à la recherche de leurs parents disparus…

Hinterland

Marie Voignier, 2009

À 70km de Berlin, installé sur une ancienne base militaire un immense dôme métallique aux allures de vaisseau spatial abrite désormais un parc tropical saisissant. À travers la découverte de Tropical Islands et des multiples sédiments historiques sur lesquels il est implanté, le film propose une singulière mise en perspective d’un lieu avec son histoire, une archéologie poétique de notre rapport au temps, à l’espace et à l’illusion.

Mirages

Olivier Dury, 2008

Chaque jour, à mille lieues d’ici, entre le Niger et l’Algérie, des dizaines d’hommes porteurs d’un espoir inouï s’en vont, désireux d’atteindre l’Europe. Durant leur itinéraire entre Agadez et Djanet, les émigrants doivent affronter le temps du désert et sa minéralité.

Videomappings : Aïda, Palestine

Till Roeskens, 2008

Six récits de réfugiés palestiniens du camp d’Aïda. Des narrateurs, on n’entendra que les voix, illustrées simultanément par une cartographie en cours.

Pixinguinha et la Vieille Garde du Samba

Thomaz Farkas, Ricardo Dias, 2006

Ricardo Dias filme un entretien avec Thomaz Farkas, photographe et cinéaste amateur. De sa collection de film, il exhume un concert de 1954 en plein air avec Alfredo da Rocha Viana, connu sous le nom de Pixinguinha, saxophoniste et compositeur de musique populaire brésilienne.

Affaire Valérie (L’)

François Caillat, 2004

Qui se rappelle de Valérie, disparue dans les Alpes en 1983 ? Qu’est devenue cette jeune serveuse soupçonnée d’avoir assassiné un touriste canadien ? Le cinéaste revient sur les lieux où il avait séjourné vingt ans plus tôt. Comment disparaît-on ? Comment est-ce possible que cette jeune femme n’ait pas laissé la moindre trace ? Rien sur sa vie, aucun souvenir de son passage. A-t-elle même existé ?

Etnocidio: notas sobre el mezquital

Paul Leduc, 1976

Ce documentaire relate une tragédie, celle des Indiens de la vallée du Mezquital, les Otomis, soumis à l’exploitation et au pillage. Constitué d’interviews, le film laisse le plus possible la parole aux victimes. Ceux-ci décrivent les raisons de leur marginalisation : aridité des terres qu’ils cultivent, émigration forcée vers la capitale voire aux États-Unis…