Hinterland

Un film de Marie Voignier

 2009  France  Documentaire  49 mn  Couleur  Béta numérique, Dvd  VOSTF (allemand)

 Scénario : Marie Voignier  Image : Marie Voignier  Son : Ralf Kuester

Producteurs :
Capricci films (27 rue Adolphe Moitié, 44000 Nantes, Tél : 02 40 89 20 59, GSM : 06 98 18 74 34, Mail : contact@capricci.fr)
CAC Brétigny (centre d’art contemporain) (Espace Jules Verne, Rue Henri Douard, 91220 Brétigny s/Orge, Tél : 01 60 85 20 76, Fax : 01 60 85 20 90, @ : info@cacbretigny.com)
Distributeurs :
Capricci Films (27 rue Adolphe Moitié, 44000 Nantes, Tél : 02 40 89 20 59, GSM : 06 98 18 74 34, Mail : contact@capricci.fr)
Les Yeux doc - Catalogue national de films documentaires de la Bpi (Centre Georges Pompidou, 25 rue du Renard, 75197 Paris CEDEX 04, @ : aurelie.solle@bpi.fr)

À 70km de Berlin, installé sur une ancienne base militaire un immense dôme métallique aux allures de vaisseau spatial abrite désormais un parc tropical saisissant. À travers la découverte de Tropical Islands et des multiples sédiments historiques sur lesquels il est implanté, le film propose une singulière mise en perspective d’un lieu avec son histoire, une archéologie poétique de notre rapport au temps, à l’espace et à l’illusion.

Note de l’auteur :

« En Allemagne, il fait gris et froid, et tout le monde n’a pas le temps ou l’argent pour partir dans les îles lointaines, alors j’ai pensé qu’il fallait faire venir les tropiques à domicile.". Fort de ce constat, Colin Au, ingénieur malaisien, rachète la structure pour y abriter une « île tropicale » où règne une température de 25°C, une eau à 30°C, et un taux d’humidité de 60%. Car Tropical Islands abrite une véritable forêt tropicale composée de 600 espèces végétales. Lagon, chute d’eau, danseuses, sable blanc, palmiers, villages reconstitués… rien ne manque à ce gigantesque temple de l’exotisme. Architecture démesurée, Tropical Islands ressemble à un OVNI échoué au milieu d’un champ de pommes de terre et rappelle les films d’espionnage des années 70. Tropical Islands est un symptôme contemporain de notre rapport au temps et à l’espace. C’est un produit de loisirs d’aujourd’hui, où derrière le décor se cache un travail énorme pour élaborer cette impression de voyage et de liberté. Mais l’exotisme scénarisé de Tropical Islands est une accumulation de pastiches, de simulacres au sens platonicien : la copie à l’identique d’un original qui n’a jamais existé. Irrémédiablement, on se cogne aux parois de métal gris de ce non-lieu sous cloche, entouré par son histoire.

À deux pas de là, dans le petit village Est-Allemand de Krausnick sur lequel est implanté le site, les habitants racontent : l’occupation soviétique, l’enfermement dans un pays aux frontières bouclées, les vacances aux destinations imposées, la dislocation de la RDA, le départ des Soviétiques, le projet utopique de zeppelins, la xénophobie ordinaire. Tropical Islands est le produit spectaculaire de cette histoire, l’endroit d’un basculement d’un moment à un autre, d’un État (socialiste) à un autre (capitaliste), d’une conception du monde à une autre. Ce village d’Allemagne a traversé tous les contrastes historiques et les contradictions politiques des soixante dernières années. Un nœud qui fait sens à une époque où l’aspiration à la mobilité et à la pluralisation des activités de loisirs tente de s’affranchir des contraintes de l’espace et du temps.

Cinémas 93

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Projeté dans les festivals :
Doclisboa (Lisbone - Portugal-)