Doc en Courts

Lyon – novembre

http://www.docencourts.com

 13 rue de la vieille  69001 Lyon  @ : docencourts@free.fr

L’objectif de Doc en courts est de développer, au cœur de Lyon, un événement de cinéma d’envergure internationale autour de ces documentaires qui privilégient la forme courte.

Doc en courts vient à son heure pour défendre la nécessité d’un soutien à la forme courte, contribuer à l’émergence de jeunes auteurs et à l’éclosion d’approches inédites du réel, portées par un regard singulier sur le monde et par un fort désir de cinéma. À travers une programmation exigeante, il s’agit de développer le goût du public, de former celui des jeunes spectateurs et de susciter des désirs de production et de diffusion auprès des professionnels.

Films dans la base

Repos des braves (Le)

Guillaume Brac, 2016

Arrivés au terme de leur périple à travers les Alpes, une poignée de vieux cyclistes amateurs goûtent un repos bien mérité sur une plage du sud de la France. Ils s’y remémorent leurs exploits, aussi dérisoires qu’essentiels…

On ira à Neuilly inch’allah

Anna Salzberg, Mehdi Ahoudig, 2015

A Paris, de jeunes travailleurs de Vélib’ apprennent la lutte et tentent de s’organiser lors de leur première journée de grève. Par son dispositif, le film interroge la relation tendue entre image et son au cinéma.

Être vivant

Emmanuel Gras, 2013

Description implacable de l’itinéraire d’un homme qui se retrouve à la rue. Un court-métrage à la forme saisissante.

Karaoké domestique

Inès Rabadan, 2013

Karaoké domestique est une performance et une expérience : celle d’articuler les paroles - de se mettre à la place - de trois duos de femmes dont l’une fait pour l’autre le travail ménager qui, sinon, lui incomberait.

Nos jours, absolument, doivent être illuminés

Jean-Gabriel Périot, 2011

Le 28 mai 2011, des détenus chantent depuis l’intérieur de la maison d’arrêt d’Orléans pour le public venu les écouter de l’autre côté du mur.

Diane Wellington

Arnaud des Pallières, 2010

On vient de retrouver Diane Wellington, disparue en 1938 dans le Dakota du Sud…

Hinterland

Marie Voignier, 2009

À 70km de Berlin, installé sur une ancienne base militaire un immense dôme métallique aux allures de vaisseau spatial abrite désormais un parc tropical saisissant. À travers la découverte de Tropical Islands et des multiples sédiments historiques sur lesquels il est implanté, le film propose une singulière mise en perspective d’un lieu avec son histoire, une archéologie poétique de notre rapport au temps, à l’espace et à l’illusion.

200 000 fantômes

Jean-Gabriel Périot, 2007

Parce que Jean-Gabriel Périot sait très bien qu’entre l’horreur et la façon de la représenter, il existe un gouffre immense, cet humaniste convaincu a voulu témoigner à sa façon de la plus grande catastrophe nucléaire que le monde a connue et raviver ainsi les flammes d’un souvenir honteux. «  Nijuman no borei  » rappelle avec une originalité remarquable la nuit du 6 août 1945, celle qui a vu la destruction d’Hiroshima.

Casque bleu

Chris Marker, 1995

Entretien avec François Crémieux, casque bleu dans la poche de Bihac en pleine guerre de Yougoslavie… Il tire de son expérience un bilan lucide et d’une clarté exceptionnelle.

Si j’avais quatre dromadaires

Chris Marker, 1966

« Avec ses quatre dromadaires Don Pedro d’Alfaroubeira courut le monde et l’admira. Il fit ce que je voudrais faire. Si j’avais quatre dromadaires. » Un photographe amateur et deux de ses amis commentent des images prises un peu partout dans le monde.

Sucré amer

Yann Le Masson, 1963

L’organisation des élections à la Réunion en 1963 au cours desquelles Michel Debré fut élu député avec plus de 85 % des voix. Mettant clairement en évidence certains abus commis lors du processus électoral, ‘Sucre Amer’ resta longtemps interdit.

J’ai huit ans

Yann Le Masson, 1961

Film réalisé à partir de dessins d’enfants algériens recueillis dans un camp en Tunisie.