Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir

http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/

 28, place Saint-Georges  75009 Paris  Tél. : 01 53 32 75 08  Mail : archives@centre-simone-de-beauvoir.com

Films dans la base

Emmanuelle Riva, c’est ton nom

Michelle Porte, 2016

Si Hiroshima mon amour d’Alain Resnais a révélée au public Emmanuelle Riva, actrice rare et secrète, c’est Amour (Palme d’or 2012) de Michael Haneke qui la consacre. Du théâtre au cinéma, on suit le cheminement d’une jeune fille partie de ses Vosges natales pour devenir une comédienne reconnue et mythique.

De l’amour au Rwanda

Jacqueline Kalimunda, 2016

En empruntant aux codes du site de rencontre, De l’amour au Rwanda, est une web série romantique qui parle de célibataires, de couples et de familles en quête d’amour au Rwanda aujourd’hui.

Floris

Jacqueline Kalimunda, 2016

Floris est l’un des derniers vrais magasins de fleurs de Kigali, capitale du Rwanda. Les habitants de toute la ville y viennent pour organiser un mariage et d’autres, quelque fois les mêmes, pour fleurir un enterrement ou un mémorial. Alors que la question de la survie du magasin se pose, ce documentaire raconte comment on s’aime dans un pays qui oscille entre le poids d’un passé traumatisant et l’appel de la vie.

Aux marches du Palais

Tuong Vi Nguyen Long, 2015

Paris. D’un côté il y a la rue : la circulation, le bruit, l’agitation… De l’autre, il y a Le Palais de la Femme, imprenable dans son manteau de briques rouges et de céramiques bleues, immobile comme une forteresse. A l’intérieur de ce bâtiment, des femmes vivent. Il y a des vies qui se construisent dans l’adversité, la précarité… Quel imaginaire peut naître d’un univers où tout n’est pas rose  ? Peut-on encore croire aux contes de fées  ?

Je ne suis pas féministe, mais…

Florence Tissot, Sylvie Tissot, 2015

«  Je ne suis pas féministe, mais…  », cette expression est évoquée par Christine Delphy lors d’une émission où elle est invitée avec Simone de Beauvoir en 1985. On retrouve la phrase rituelle que beaucoup de femmes ont pu prononcer un jour, par peur d’employer un mot stigmatisé, mais pour s’autoriser quand même à exprimer un désir d’égalité. Mêlant entretiens filmés et images d’archives, ce documentaire offre le portrait d’une théoricienne féministe, militante et fondatrice du MLF.

Thokozani Football Club : Team Spirit

Thembela Dick, 2014

Un portrait collectif des joueuses d’une équipe de foot du township d’Umlazi (Durban).

Anne-Gaëlle

Agathe Simenel, 2014

En toute simplicité, Anne-Gaëlle se raconte. Elle partage avec nous ses photos, ses souvenirs, son rapport à son corps et à son identité. Puis, peu à peu, elle laissera percevoir quelques aspects plus intimes de son histoire et de ses représentations intérieures.

Yeux de Bacuri (Les)

Maria de Medeiros, 2013

Le film entre dans le cadre d’un projet de récupération de la mémoire historique des années noires de la dictature du milieu des années 1960 à la fin des années 1980. Ce documentaire nous plonge dans la douleur de la mémoire d’une famille brésilienne, de trois générations de femmes, dont Denise qui vit à Rome et sa fille Eduarda, installée aux Pays-Bas.

Si tu vas à Paris

Jacquie Chavance, Guillaume Mazeline, 2013

Ce documentaire retrace l’histoire de sept femmes espagnoles qui, lorsqu’elles avaient 18 ou 20 ans, en plein franquisme, ont décidé de prendre en main leur avenir en migrant vers d’autres pays européens.

Not who we are

Carol Mansour, 2013

Ce documentaire dépeint la vie de cinq femmes syriennes de différents milieux culturels et sociaux. Réfugiées au Liban, elles luttent au quotidien avec force et persévérance et tentent de reconstruire leur vie détruite par la guerre.

Violette Leduc, la chasse à l’amour

Esther Hoffenberg, 2013

« Si on entreprend une autobiographie, il faut y aller à fond » affirme Violette Leduc. La sexualité féminine, l’avortement, la bâtardise, elle aborde chacun des sujets tabous des années 50 sans aucune hypocrisie. Sa « sincérité intrépide » lui apporte l¹admiration et le soutien immédiat de Simone de Beauvoir. Presque 50 ans après le succès public de La Bâtarde, le film revient sur un écrivain, une œuvre et une amitié hors du commun.

Laissez-les avorter tranquille !

Alima Arouali, François Bernard, 2013

38 ans après la loi autorisant l’avortement en France, le personnel du centre d’orthogénie de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre met toute son énergie et son travail au service des femmes pour leur offrir les meilleures conditions possibles. Travailler dans un centre d’orthogénie n’est pas un métier comme les autres. Héritiers/héritières du MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et la contraception ) les professionnel(le)s regroupé(e)s dans l’association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception (ANCIC) restent mobilisés pour défendre un droit sans cesse remis en cause.

Rues de la mémoire

Carmen Guarini, 2012

Des dalles posées par les habitants sur les trottoirs des quartiers de Buenos Aires rappellent qu’à tel ou tel endroit des opposants à la dictature ont été séquestrés et assassinés. Le travail de mémoire d’une société dévastée par les disparitions est choisi comme sujet de réflexion d’un atelier de cinéma animé et filmé par Carmen Guarini. Comment la mémoire des vies volées peut-elle s’inscrire dans la géographie urbaine  ? Comment le cinéma peut rendre compte de cette démarche  ?

Audre Lorde - The Berlin years 1984 to 1992

Dagmar Schultz, 2012

Ce documentaire explore un chapitre peu connu de la vie prolifique d’Audre Lorde, poète, militante, noire et lesbienne renommée, durant une période où elle a aidé le mouvement africain allemand à émerger et où elle a apporté sa contribution à la scène politique et culturelle avant et après la chute du mur de Berlin et la réunification allemande.

Ladies’Turn. Le Défi d’un tournoi de foot féminin au Sénégal, sur les terrains de quartier

Hélène Harder, 2012

Organiser un tournoi de football féminin est le défi de l’association sénégalaise « Ladies’ Turn ». Investir le terrain en bravant tabous et préjugés est le pari que Seyni, pionnière du foot féminin au Sénégal et ancienne capitaine de l’équipe nationale, propose aux filles des quartiers. À travers le suspense de la compétition et les différentes histoires des personnages, apparaît une société africaine et musulmane en pleine mutation. Au-delà du désir de remporter la finale se joue peut-être l’aspiration à une autre victoire. En s’appuyant sur la magie du football, c’est l’histoire d’un combat et des solidarités qui en découlent que raconte le film.

Familles de Marianne Berenhaut (Les)

Violaine de Villers, 2011

Un portrait Marianne Berenhaut de qui ne décrit pas un processus créatif ni ne prétend montrer l’évolution stylistique d’une artiste mais tente plutôt de traduire en images et en sons, la logique créative de l’artiste. Violaine de Villers construit son film à partir de deux matériaux : l’histoire/les histoires dites par l’artiste et les œuvres…

Carole Roussopoulos, une femme à la caméra

Emmanuelle de Riedmatten, 2011

Portrait de Carole Roussopoulos (1945-2009), pionnière de la vidéo légère en France. Extraits de films, images d’archives et entretiens retracent l’itinéraire de cette battante qui a filmé les combats des femmes et des prostituées, les grèves ouvrières, les revendications homosexuelles, et qui a toujours donné la parole aux « sans voix », témoins indispensables des luttes sociales et des émancipations des minorités.

No gravity

Silvia Casalino, 2011

L’enquête de la réalisatrice, qui a toujours rêvé d’être spationaute, mais qui a été refusée, et son interrogation sur la place des femmes dans la conquête spatiale, a ouvert une réflexion plus globale sur les limites de la notion de « genre » et ses représentations.

Combat en héritage (Un)

Laetitia Puertas, 2010

À l’occasion du 8 mars 2010 et du centenaire de la journée internationale des femmes, ce court-métrage interroge l’inscription des luttes féministes dans la mémoire de parisiennes et parisiens.

Fille comme moi (Une)

Sandrine Goldschmidt, 2010

« Une fille comme moi » est un moment, un moment de vie et de parole des résidentes du centre d’hébergement et de réinsertion sociale « les universElles » géré par l’association « FIT, une femme, un toit » à Paris au printemps 2010.

Branleurs de la Havane (Les)

Cécile Patingre, 2010

Le film s’installe dans les grands cinémas de la ville et instaure un dialogue inattendu avec les Cubains. Apparaît alors une réflexion qui croise questions de sexualité et de politique. Comment cinquante années de Révolution ont-elles construit les rapports entre les hommes et les femmes ?

Avant de franchir la ligne d’horizon

Habiba Djahnine, 2010

“Regard sur 20 ans de mobilisation/répression politique en Algérie à travers la parole de femmes et d’hommes militants, mais aussi un regard personnel sur le pays”.

Égalitées, de 8 mars en marche mondiale.

Paule Sardou, 2009

Documentaire sur le combat des femmes salariées des Bouches-du-Rhône contre l’inégalité dans le monde professionnel.

Sortir du N’Kuta

Céline Metzger, 2009

Au Cameroun, l’homosexualité est pénalisée depuis 1972. Dans la société camerounaise, l’homosexualité est taboue au point que,jusqu’alors, si l’on en croit l’opinion publique, « il n’y a pas d’homosexualité au Cameroun. » À travers les parcours de trois homosexuels et leur avocate, Alice Nkom, le Cameroun se dévoile. Plus qu’un jugement de valeur, ce film cherche à mieux comprendre cette société apparemment homophobe.

Gougnette

Jackie Raynal, 2008

«  Gougnette  » (désordonnée en patois camarguais), ou la mémoire ds parents de la réalisatrice (morts en 1983 et 1995),résistants pendant la seconde guerre mondiale et communistes dans le Midi. Ce film retrace leurs vies dans leur univers d’engagement politique. C’est aussi l’hommage d’une cinéaste à ses parents.

Ile de Chelo (L’)

Odette Martinez, Ismaël Cobo, Laetitia Puertas, 2008

Le film raconte la trajectoire d’une résistante de la guérilla antifranquiste de León-Galice durant et après la guerre civile espagnole (1939-1948) : Consuelo Rodriguez Montes dite « Chelo » de son nom de maquisarde.

Birlyant, une histoire tchètchène

Helen Doyle, 2007

«  L’artiste tchétchène Birlyant Ramzaeva voit sa vie éclater au moment de la guerre dans son pays. Au cœur du drame : la disparition de son mari, le poète et dramaturge Makkal Sabdullaev. Après avoir créé l’agence de presse électronique Chechen Press, Makkal est enlevé par les forces russes le 24 juillet 2000. On ne l’a jamais revu… L’histoire intime et particulière de Birlyant invite à un regard différent sur le conflit tchétchène, les conséquences de la guerre et le destin tragique d’un peuple.  » Helen Doyle

Femmes mutilées, plus jamais !

Fatxiya Ali Aden, Sarah Osman, 2007

Fatxiya Ali Aden et Sarah Osman, deux jeunes femmes d’origine somalienne vivant en Suisse, ont été toutes deux excisées et infibulées alors qu’elles étaient encore enfants. Adultes, avec Halima, elles dénoncent ces mutilations et partent à la rencontre de pionnières et pionniers suisses dans la dénonciation de ces pratiques, dont le but premier est de mépriser les femmes dans leur dignité.

Par conviction

Julie Frères, 2007

En février 2007, les Portugais sont appelés à voter pour ou contre la dépénalisation de l’avortement. Partant du quotidien de 4 femmes aux convictions radicalement ppposées, le film suit la campagne référendaire, en coulisses, dans la rue et à travers les médias.

Papillon

Anne Faisandier, 2007

La réalisatrice s’est entretenue pendant un an et demi avec Philippe, en train de devenir Sylvie… Il/elle laisse pendant le quart d’heure sortir ses pensées sur les évènements pratiques de sa vie du moment, devant la réalisatrice qui tient la caméra à la main.

Bajo Juarez, La ville dévorant ses filles

Alejandra Sánchez, José Antonio Cordero, 2007

Documentaire sur la disparition depuis une quinzaine d’années de plus de 400 femmes, à Ciudad Juárez, une ville de maquiladora dans l’État de Chihuahua, à la frontière avec les Etats-Unis.

De Niña a Madre

Florence Jaugey, 2006

Ce documentaire raconte la vie, au Nicaragua, de trois jeunes filles mères entre 14 et 16 ans.

Love/other, the story of Claude Cahun and Marcel Moore

Barbara Hammer, 2006

Deux femmes artistes surréalistes résistent a leur époque.Leur travail et destin ont été trop oublié.

Lettre à ma sœur

Habiba Djahnine, 2006

Le 15 février 1995, à Tizi Ouzou, Nabila Djahnine, présidente de l’association Thighri N’tmetout, tombait sous les balles d’un groupe armé. Depuis quelques années déjà, les islamistes s’en prenaient aux femmes, les obligeant, sous peine de mort, à porter le hidjab ou à abandonner leur travail. C’était, cependant, la première fois qu’une militante féministe payait de sa vie le prix d’une révolte radicale contre un ordre que le courant religieux entendait renforcer de nouvelles servitudes.

Notre refus

Claude Lefevre-Jourde, 2005

Plus de 150 millions de femmes et de petites filles sont toujours victimes de mutilations génitales qui vont de l’excision à l’infibulation. Ce film montre différentes facettes de la lutte de femmes et d’hommes africains en Guinée et en Ethiopie et la vigueur avec laquelle ils s’acharnent à faire cesser ces pratiques.

Raising the roof

Françoise Flamant, Veronica Selver, 2005

Les Seven Sisters, un collectif américain de femmes charpentières, brisent les discriminations professionnelles et prouvent leurs talents.

Une chambre à elle - Entretiens avec Benoîte Groult

Anne Lenfant, 2005

« Féministe d’enthousiasme », « pont entre les générations », « lucide et enjouée », beaucoup reconnaissent Benoîte Groult comme une figure emblématique du féminisme.

30 ans après la loi Veil : Regards croisés sur la contraception et l’IVG

Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir, 2004

Ce court film est composé d’un montage d’extraits issus des films suivants : - Y a qu’à pas baiser de Carole Roussopoulos (1971) - Débat à l’Assemblée Nationale : réforme de la loi sur l’IVG diffusée le 26 novembre 1974 - Debout  ! Une histoire du mouvement de libération des femmes - 1970/1980 de Carole Roussopoulos (1999)

Blandine et les siens

Emmanuelle de Riedmatten, 2004

La quête d’identité d’une jeune fille dont la famille a été massacrée au Rwanda, puis qui retrouve le reste de sa famille en Suisse.

Nikita Kino

Vivian Ostrovsky, 2002

La famille de Vivian Ostrovsky réside au Brésil, quand, en 1960, son père découvre que sa sœur et son frère sont vivants et habitent Moscou. Ils n’ont pas le droit de sortir d’URSS. C’est donc Vivian et sa famille qui leur rendront visite tous les ans pendant une quinzaine d’années. À travers cet ingénieux montage d’images familiales en super 8, d’archives d’actualités, d’extraits de films de fiction ou de propagande soviétique,Vivian Ostrovsky retrace l’histoire de sa famille, en abordant l’histoire de l’URSS des années Khrouchtchev-Brejnev.

Cinquantenaire du deuxième sexe (Le)

Carole Roussopoulos, 2001

En janvier 1999, cinquante ans après la publication de l’ouvrage magistral de Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, un grand colloque réunit dans les batiments de la Sorbonne à Paris des hommes et des femmes (chercheurs, universitaires, philosophes, sociologues, journalistes, étudiants, écrivains) de trente-sept pays (France, Québec-Canada, Sénégal, Suisse, Liban, Brésil…). Le film est un concentré de ces cinq jours de rencontre : les moments forts, les témoignages des proches de Beauvoir, les entretiens avec des femmes venues des quatre coins du monde pour parler du rôle que Le Deuxième Sexe a joué dans leurs vies.

Día que me quieras (El)

Florence Jaugey, 1999

La vie quotidienne de femmes policiers et d’assistantes sociales dans l’un des commissariats de la Femme et de l’Enfance de Managua, au Nicaragua.

Female closet (The)

Barbara Hammer, 1998

Archives, interviews et photographies rendent compte de la vie de femmes artistes lesbiennes du 20e siècle : la photographe de l’époque victorienne Alice Austen, la plasticienne dadaïste Hannah Höch et la peintre contemporaine Nicole Eisenman.

Murmures, une histoire de femmes coréennes

Young-Joo Byun, 1995

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, des centaines de milliers de jeunes filles, dont un certain nombre de coréennes, ont été contraintes de se prostituer dans les bordels militaires japonais. Les preuves de cet esclavagisme sexuel planifié par l’État ont été, pour beaucoup, détruites et les archives occultées. Un pan de l’histoire douloureuse coréano-japonaise menaçait ainsi de sombrer dans l’oubli le plus complet. Cependant, en août 1991, encouragée par les recherches et le volontarisme d’associations féministes sud-coréennes, blessée par le négationnisme ambiant, Kim Hak-Soon déclarait à la télévision qu’elle avait servi de femme de réconfort à l’armée japonaise. Depuis, une poignée d’autres « survivantes » de ce drame, âgées de 75 à 85 ans, ont osé s’exprimer et demandent justice.

Mizike Mama

Violaine de Villers, 1992

Le film est une rencontre avec Marie Daulne, une jeune chanteuse dont le travail se base sur ses origines métisses. Le film dévoile les rapports entre les deux cultures, africaine et européenne, la force émotionnelle de leur mélange, la nécessité de création à partir de cette double origine.

Couleurs folie

Abraham Ségal, 1986

Film-rencontre entre Delphine Seyrig et Mary Barnes (peintre et coauteur de Mary Barnes, un voyage à travers la folie ) sur les liens entre l’expérience de la folie et l’expression picturale.

Des femmes maghrébines créent des emplois

Houria Debbab, Nicole Fernandez Ferrer, Houria Ouad, 1986

Portraits de femmes maghrébines qui ont su s’affirmer sur le terrain économique en créant des emplois.

Hors les murs 3 : Paroles à vif

Abraham Ségal, 1985

À travers trois pratiques alternatives à la psychiatrie asilaire, cette série propose une vision autre des rapports entre folie et société.

Hors les murs 2 : projet ou aventure ?

Abraham Ségal, 1985

À travers trois pratiques alternatives à la psychiatrie asilaire, cette série propose une vision autre des rapports entre folie et société.

Hors les murs 1 : Passage critique

Abraham Ségal, 1985

À travers trois pratiques alternatives à la psychiatrie asilaire, cette série propose une vision autre des rapports entre folie et société.

Enfants du sexisme (Les)

Angèle Grimaldi, 1983

Constitué de témoignages d’enfants et d’adultes, ce document dénonce le conditionnement auquel sont soumis filles et garçons dès la petite enfance, aussi bien au sein de la famille que de l’école.

Anou Banou ou les filles de l’utopie

Edna Politi, 1983

Six femmes nées avec le siècle, sont parties en Palestine dans les années vingt, afin de « construire le pays en se construisant elles-mêmes »…

Flo Kennedy - portrait d’une féministe américaine

Carole Roussopoulos, Ioana Wieder, 1982

Margo Jefferson, professeure de journalisme à New-York et Ti-Grace Atkinson, écrivaine et théoricienne féministe, s’entretiennent avec Flo Kennedy, avocate africaine américaine, sur le racisme, le droit des minorité et de l’Equal Right Amendment (amendement constitutionnel pour garantir les droits des femmes).

Profession : agricultrice

Carole Roussopoulos, 1982

Considérées comme étant sans professions alors qu’elles travaillent sans relâche, des femmes d’agriculteurs revendiquent leur statut d’agricultrice.

Quelques féministes américaines

Luce Guilbault, Nicole Brossard, Margaret Wescott, 1978

Un document sur les expériences, les sentiments et les théories de quelques féministes américaines : Rita Mae Brown, auteure et poète, Margo Jefferson, écrivaine et critique, Kate Millett, auteure et sculpteure, Lila Karp, écrivaine et professeure, Ti-Grace Atkinson, théoricienne et activiste féministe, Betty Friedan, auteure. Les interviews sont menées par Luce Guilbeault, actrice et réalisatrice féministe québécoise.

Accouche !

Ioana Wieder, 1977

Des femmes crient pendant que Frédéric Leboyer prétend accoucher sans douleur …

Manifestation contre la répression de l’homosexualité

Le Lézard du péril mauve, 1977

En juin 1977, une manifestation de lesbiennes et d’homosexuels en lutte contre les positions homophobes d’Anita Bryant, les réactions et « l’opinion du français moyen ».

Maso et Miso vont en bateau

Carole Roussopoulos, Nadja Ringart, Delphine Seyrig, Ioana Wieder, 1976

Piratage humoristique d’une émission de Bernard Pivot recevant Françoise Giroud, alors secrétaire d’état à la condition féminine, par quatre réalisatrices caustiques et désopilantes.

Jacqueline et Marcel

Carole Roussopoulos, 1976

Un couple d’ouvriers chez Lip

Portrait de Simone de Beauvoir

Alice Schwarzer, 1974

Entretiens entre Simone de Beauvoir et Alice Schwarzer, féministe allemande, fondatrice du journal EMMA et auteure de plusieurs livres sur Simone de Beauvoir.

Enfants du gouvernement (Les)

Claude Lefevre-Jourde, Josée Constantin, 1974

En décembre 1971, les élèves du C.E.T. de Plessis-Robinson, collège réservé aux mineures enceintes, agées de 13 à 18 ans se mettent en grève. A travers une série d’interviews, elles parlent de leur situation et de leur lutte.

Promenade au pays de la vieillesse

Marianne Ahrne, 1974

Dans son livre La vieillesse, Simone de Beauvoir écrit que la vieillesse est entourée d’une conspiration du silence. Ce film tente de rompre le silence, et les commentaires de Simone de Beauvoir en sont le fil conducteur.

Y’a qu’à pas baiser

Carole Roussopoulos, 1973

Document sur l’avortement, réalisé alors que cette pratique était encore illégale en France.

Monique (LIP 1)

Carole Roussopoulos, 1973

Besançon, août 1973 : des travailleurs et des intellectuels se battent farouchement pour sauver la fabrique de montres Lip

Vétérans du Vietnam (Les)

Carole Roussopoulos, 1972

La parole est donnée à différents vétérans de la guerre du Vietnam pour dénoncer les agissements de l’État américain et le racisme contre les vietnamiens, et plus également contre les noirs.

F.H.A.R. (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire)

Carole Roussopoulos, 1971

En 1971, le Front Hhomosexuel d’action révolutionnaire (F.H.A.R.) participe pour la première fois au 1er mai à Paris. Suit une grande discussion, exubérante et tendue.

Dossier « Simone de Beauvoir »

Max Cacopardo, 1967

Interrogée dans son appartement par madeleine Gobeil et Claude Lanzman, Simone de Beauvoir parle de ses mémoires, de son engagement envers la gauche, de la guerre d’Algérie et du féminisme. Cet entretien a été mené en 1967 pour la télévision de radio-canada.

Stella, femme libre

Micheal Cacoyannis, 1955

Stella, chanteuse populaire de cabaret, électrise chaque soir le public du Paradis. Femme fatale, elle ne sacrifie rien à sa liberté, ni sa vie, ni ses amours. Aleko, jeune homme de bonne famille, se meurt d’amour pour elle, mais Stella lui préfère un joueur de football, le fougueux Milto…

Young Lord

Carole Roussopoulos

Série de témoignages à propos des « young lord », les portoricains vivant aux Etats-Unis, ainsi que des junkies à propos des conditions difficiles de vie des minorités. Plus généralement, il s’agit d’une dénonciation d’un plan du gouvernement qui viserait à se débarrasser des noirs et des portoricains par le biais de la drogue.