Redécouverte !

Parler d’un film, c’est déjà le faire exister et, peut-être inviter un distributeur, un éditeur vidéo, une fédération de ciné-club à le ressortir. Parfois, également, un film a disparu parce qu’il a été censuré, le citer dans la base, c’est aider à le faire revivre.

Films dans la base

A la recherche de Charles R. Bowers

Christophe Coutens, 1996

Auteur de « slapsticks », l’Américain Charles R. Bowers (1889-1946) faillit tomber dans l’oubli. Grâce à Raymond Borde, fondateur de la Cinémathèque de Toulouse, son œuvre fut redécouverte dans les années 1950 chez des forains gitans.

Sur la plage de Belfast

Henri-François Imbert, 1996

Le réalisateur se lance à la recherche d’une famille d’inconnus découverts par hasard sur un film trouvé dans une caméra amateur. Son enquête le conduit à Belfast, au lendemain du cessez-le-feu d’octobre 1994.

Table tournante (La)

Paul Grimault, Jacques Demy, 1988

Ce film qui mêle prises de vues réelles et animation présente différentes œuvres de Paul Grimault.

Tampopo

Jūzō Itami, 1985

Tampopo, une jeune veuve, gère, sans succès, un petit restaurant de «  ramen  ». Sa vie va basculer le jour où un client, Goro, routier gourmand à la dégaine de cow-boy, décide de lui enseigner l’art et la manière de cuisiner les nouilles. Leur histoire croisera aussi les aventures érotico- alimentaires d’un homme en complet blanc, l’obsession compulsive d’une vieille dame, le dernier repas d’une mère de famille, un dîner d’affaires…

Born in flames

Lizzie Borden, 1983

Dix ans après une révolution socialiste aux États-Unis, la structure patriarcale de la société est toujours en place. Des groupes de femmes de tous horizons, conscientes de leur oppression, décident d’entrer en lutte…

Usines, universités, union

Collectif & Anonyme, 1976

Document brut et rare, ce film reflète l’état d’esprit animant les Beaux-Arts en 1968 : manifestations, assemblées générales d’étudiants, ateliers de création d’affiches (la première avait pour slogan : «  U-sines, U-niversités, U-nion  »).

Aile ou la cuisse (L’)

Claude Zidi, 1976

Le film traite sur le mode comique et visionnaire d’un problème naissant dans la France des années 1970 : la malbouffe due à la nourriture industrielle.

Italianamerican

Martin Scorsese, 1974

Dans l’appartement familial d’Elizabeth Street, Charles et Catherine Scorsese sont interviewés par leur fils  : leurs vies, celles de leurs parents siciliens, la condition d’immigrés…

Général de Bollardière et la torture (Le)

André Gazut, 1974

L’histoire de ce Général qui s’est opposé à la torture en Algérie. Ce film a été retrouvé par Gilles Barthélemy vidéothécaire, et exhumé du grenier du réalisateur !

Belladonna

Eiichi Yamamoto, 1973

Jeanne, abusée par le seigneur de son village, pactise avec le Diable dans l’espoir d’obtenir vengeance. Métamorphosée par cette alliance, elle se réfugie dans une étrange vallée, la Belladonna…

Soleil vert

Richard Fleischer, 1973

En 2022, les hommes ont epuisé les ressources naturelles. Seul le soleil vert, sorte de pastille, parvient à nourrir une population miséreuse qui ne sait pas comment créer de tels aliments. Omniprésente et terriblement répressive, la police assure l’ordre. Accompagné de son fidèle ami, un policier va découvrir, au péril de sa vie, l’effroyable réalité de cette société inhumaine.

Grande bouffe (La)

Marco Ferreri, 1973

L’histoire de quatre hommes - un grand chef de restaurant, un magistrat, un pilote d’avion, un producteur de télévision - qui, fatigués de leurs vies ennuyeuses et de leurs désirs inassouvis, décident de s’enfermer dans une villa à Paris, vers la fin de l’automne, pour ce qu’ils appellent un «  séminaire gastronomique  » mais pour en fait se livrer à un suicide collectif en mangeant jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Scènes de marché à Chartres

Daniel Cognard, 1972

Quelques vues en couleurs sur les étals du marché de Chartres.

Charme discret de la bourgeoisie (Le)

Luis Buñuel, 1972

Des amis issus de la grande bourgeoisie et aux activités pas toujours très honnêtes s’invitent à diner régulièrement mais sont à chaque fois empêchés par des évènements saugrenus.

Dialogues avec l’Amérique

Álvaro J. Covacevich, 1972

Discussion entre Salvador Allende et Fidel Castro lors de la visite triomphale du dirigeant cubain au Chili en novembre 1971. Une leçon de mentalité révolutionnaire.

Charbonnier (Le)

Mohamed Bouamari, 1972

Un charbonnier, ancien maquisard, perd son emploi et quitte la campagne pour trouver du travail en ville. Rejeté partout, il réalise combien la guerre a brisé des solidarités profondes. Même au sein de son foyer, la transition s’avère difficile, sa femme ayant des velléités d’indépendance.

Pays de Cocagne

Pierre Étaix, 1971

Les Français partent en vacances. Pierre Etaix les suit. Il les interviewe, les filme et constitue ainsi un documentaire. L’opinion de « l’homme de la rue » sur les sujets d’actualité tels que l’érotisme, le succès artistique, la publicité, la musique et le mariage, alterne avec les concours de chants et les jeux organisés pour les adultes par les grandes marques publicitaires.

Des terrils et des Turcs

Jean-Michel Barjol, 1967

Documentaire retraçant les différentes situations des immigrés turcs en Belgique travaillant dans les mines dans les années 60 avec une voix off entre poésie et austérité.

Petites marguerites (Les)

Věra Chytilová, 1966

A Prague, deux ans avant que la ville connaisse son fameux printemps, deux jeunes filles, Marie 1 et Marie 2, bousculent de leurs facéties la rigidité de la république socialiste. Les deux jeunes filles décident de prendre les détracteurs au pied de la lettre et d’apporter leur dose de chaos à un monde qui n’en avait déjà pas besoin.

Vieille dame indigne (La)

René Allio, 1964

À Marseille, une vieille femme, Madame Bertini, se retrouve seule à la mort de son mari. Tous ses enfants sont mariés et dispersés dans la région à part Albert et Gaston qui sont restés à Marseille. Par intérêt pour l’héritage, les deux fils cherchent à accaparer leur mère. Mais elle décline leurs invitations et, avec le peu d’argent reçu des ventes de l’entreprise familiale en faillite et de tous les biens qui avaient constitué son quotidien jusqu’alors, elle s’achète une voiture et part à l’aventure en compagnie d’une serveuse de bar

La ricotta (Le Fromage blanc)

Pier Paolo Pasolini, 1963

Un réalisateur reconnu tourne une version de la Passion du Christ. Sur le plateau entre les prises, les acteurs passent le temps. L’un d’entre eux, Stracci n’a qu’une idée en tête : trouver à manger…

Brutalité des pierres (La)

Alexander Kluge, 1961

Avec son premier film, le cinéaste allemand Alexander Kluge décide de faire face à l’histoire de son pays. Son court métrage s’attarde sur le passé et le présent du Reichsparteitagsgelände, complexe construit par l’architecte en chef du parti nazi Albert Speer.

Gestes du repas (Les)

Luc de Heusch, 1958

Ce film ethnographique satirique nous renvoie l’image de l’homme qui mange, un regard aigu sur la Belgique. Le thème général de l’enquête est la description des gestes du repas.

Copains du dimanche (Les)

Henri Aisner, 1957

L’histoire d’un jeune ouvrier qui par un concours de circonstances passe son baptême de l’air et retape avec d’autres un viel avion.

Rendez-vous des quais (Le)

Paul Carpita, 1954

Dans le Marseille des années cinquante, sur fond de guerre d’Indochine, l’histoire d’un jeune couple confronté aux difficultés économiques et à la crise sociale qui secoue le port.

Hiroshima

Hideo Sekigawa, 1953

Ce film nous fait revivre l’horreur via une reconstitution du drame de 1945, ce qui donne l’impression d’un film d’actualités. Le cinéaste met en scène les multiples conséquences de la bombe sur les habitants, quelques années après.

Vie commence demain (La)

Nicole Védrès, 1949

Documentaire romancé : évocation des mondes scientifique et artistique français de 1949.

Jeannette Bourgogne

Jean Gourguet, 1938

La vie d’une petite orpheline qui, a dix-neuf ans, est nommée institutrice dans un tout petit village du Morvan où elle joue un grand rôle.

Barrios bajos

Pedro Puche, 1937

Mélodrame qui a pour décor le Barrio chino de Barcelone et met en scène un docker qui donne refuge à un jeune avocat devenu criminel et sauve une jeune fille de la prostitution

Nuestro culpable

Fernando Mignoni, 1937

Comédie satirique sur la justice, le système carcéral, l’argent et l’hypocrisie de la morale bourgeoise

Five o’clock tea

Roger Thomas, 1935

Par un bel après-midi d’été sur les coteaux du Cher, la famille Thomas se réunit autour d’un goûter en plein air : une grande tarte et de juteuses grappes de raisins. Difficile d’être plus souriants, difficile d’être plus heureux…

Rien que les heures

Alberto Cavalcanti, 1926

Entre documentaire et fiction, un hommage à Paris, son foisonnement, ses petits métiers, sa circulation…

Aventures extraordinaires de Mister West au pays des Bolcheviks (Les)

Lev Koulechov, 1924

Un citoyen américain, Mr West, visite l’Union soviétique. Tétanisé par l’influence de la propagande capitaliste, il ne prévoit que misères et dangers et n’en devient que plus facilement la proie d’une bande d’escrocs qui renchérissent sur ses craintes. Par bonheur, une compatriote éclairée et une escouade de purs bolchéviks, animée des meilleures intentions, se portent à son secours et lui ouvrent les yeux sur l’avenir radieux de l’URSS… Satire de la presse américaine et parodie de serial d’aventure hollywoodiens, propagande en faveur de l’URSS, comédie burlesque farfelue, ce film de Lev Koulechov a été une vrai nouveauté dans le cinéma soviétique des années 1920.

Lavez-vous les mains avant chaque repas

Jean Comandon, 1918

Il est important de se laver les mains avant chaque repas car elles se salissent en touchant les objets du quotidien.

Marché de Sainte-Maure-de-Touraine (Le)

Jean Rousselot

Sur une musique de fête foraine, un instituteur cinéaste filme en couleurs l’animation du marché de cette petite commune de Touraine.