Général de Bollardière et la torture (Le)

Un film de André Gazut

 1974  Suisse  Documentaire  52 mn  Couleur  Béta numérique, Béta SP  Mode de production : Cinéma

Producteur :
Télévision Suisse Romande (20, quai Ernest Ansermet, 1211 Genève 8, tél :  + 41 22 708 20 20)

Le général Jacques de Bollardière fut le seul officier supérieur de l’armée française à condamner ouvertement la pratique de la torture pendant la guerre d’Algérie. En mars 1957, il soulignait « l’effroyable danger qu’il y aurait pour nous à perdre de vue, sous le prétexte fallacieux de l’efficacité immédiate, les valeurs morales qui seules ont fait jusqu’à maintenant la grandeur de notre civilisation et de notre Armée ». À la suite de cette déclaration, il fut condamné à soixante jours d’arrêt à la forteresse de la Courneuve. Le putsch d’Alger d’avril 1961 l’amène, à 53 ans, à prendre une retraite prématurée.

Le film met ainsi, avec du recul, tous les protagonistes ayant eu des responsabilités pendant cette « sale guerre » au pied du mur et les confronte à la dure réalité de ce qui a pu se passer. Outre le général de Bollardière, il rassemble des témoins assez variés et quelquefois opposés, comme Pierre Messmer, Max Lejeune, Robert Lacoste, Jacques Massu, Paul Teitgen.

Réalisé en 1974, le film a été projeté à l’époque par les télévisions suisses, belges et canadiennes, mais jamais par les grandes chaînes françaises, publiques ou privées… jusqu’au 8 juillet 2001 où a eu lieu une diffusion sur la chaîne parlementaire.

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Autres chemins :
Incontournable dans la période :
Projeté dans le festival :

Pour aller plus loin

Film programmé dans le cadre de la 7ème édition de la Décade Cinéma et Société : El Djazaïr ! France-Algérie, du colonialisme à aujourd’hui