Copains du dimanche (Les)

Un film de Henri Aisner

 1957  France  Fiction  100 mn  Noir & Blanc  35 mm  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Henri Aisner, Gaston Bounoure, Raymand Lavigne  Musique : Philippe Girard  Image : Henri Dumaître

 Distribution : Marc Cassot, Julien Bertheau, Jean Reynaud, Jean-Paul Belmondo, Yves Deniaud, Paul Frankeur, Evelyne Ker, Robert Lefort, Marcel Pérés, Michel Piccoli

Producteur :
Distributeur :
Direction du patrimoine du CNC (7 bis, rue Alexandre Turpault, 78390 Bois d’Arcy, tél : 01 30 14 80 10, fax : 01 30 14 80 86, mail : webmaster@cnc.fr)
 Éditeur :
Studio Canal (1, Place du spectacle, 92130 Issy-les Moulineaux, téléphone : 01 71 35 35 35)

Trébois un jeune ouvrier spécialisé voudrait trouver un nouveau loisir pour agrémenter ses dimanches. A la cantine de l’usine, Casti lui propose de passer son baptême de l’air, il vit là un grand moment. De retour sur la terre ferme, ils rendent visite à Malaquin, qui veille sur l’épave d’un avion de tourisme. Encouragé par Trébois, Casti rend visite à Jean Reynaud, surnommé « Raf » car il fit naguère son service dans la Royale Air Force, qui les aide à retaper l’avion. L’avion « Le Tigre » peut à nouveau voler. C’est alors que surviennent de graves problèmes financiers, il faut souscrire une assurance, acheter du matériel, s’affilier à une Fédération…Lemoine, le responsable du syndicat propose à Casti de faire financer le projet par le comité d’entreprise…

Belmondo, dont c’est le premier grand rôle, fut découvert par Henri Aisner qui cherchait un jeune comédien qui ne semble pas issu de la bourgeoisie.Ce film, commandité par la CGT qui voulait qu’il constitue une propagande pour les comités d’entreprise ne fut pas projeté en salles, car le syndicat des producteurs fit pression sur celui des distributeurs pour empêcher sa diffusion.

Il faudra attendre 1967, pour que le grand public le découvre lors de sa diffusion par la 2ème chaîne de l’ORTF.

Critique

Encore étudiant, Jean Paul Belmondo fut découvert par Henri Aisner, qui était à la recherche d’un jeune comédien qui ne parût pas issu de la bourgeoisie pour un film commandé par la C.G.T.

Les Copains du dimanche fut tourné en 1956, au lendemain de l’invasion de la Hongrie par les chars soviétiques et du rapport Krouchtchev concernant les crimes de Staline. Confrontée à une forte baisse de ses adhérents, la C.G.T. voulait que ce film constitue une propagande en faveur des comités d’entreprise, encore peu développés dix ans après leur création. Jean-Paul Belmondo incarna un ouvrier métallurgiste de dix-huit ans, ayant perdu son père à la guerre, travaillant ses 55 heures par semaine et habitant avec sa mère en banlieue ; son seul luxe : une guitare. Entraîné par un camarade dans la création d’un aéroclub ouvrier, le personnage se range du côté d’une jeunesse ouvrière honnête, laborieuse, solidaire, qui s’oppose à une jeunesse dorée, oisive et immorale.

Claude Liscia

Film programmé lors des rencontres « Autour du 1er mai » 2006 sur le Front Populaire

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Autre chemin :
Incontournable dans la période :