La ricotta (Le Fromage blanc) (La ricotta)

Un film de Pier Paolo Pasolini

 1963  Italie  Fiction  40 mn  N&B et Couleur  35 mm  Mode de production : Cinéma  VOSTF (italien)

 Scénario : Pier Paolo Pasolini  Musique : Carlo Rustichelli  Image : Tonino Delli Colli  Montage : Nino Baragli

 Participants : Orson Welles, Mario Cipriani, Laura Betti, Edmonda Aldini, Vittorio La Paglia

Producteurs :

Un réalisateur met en scène la Passion du Christ sous forme de tableaux vivants empruntés à la peinture maniériste italienne de Pontormo et de Rosso Fiorentino. Giovanni Stracci ("haillons") trouvé un petit emploi de figurant, celui du bon larron, Après avoir donné son panier-repas pour faire vivre sa nombreuse famille, il est tenaillé par la faim et il parvient à en resquiller un autre, mais c’est le chien de la star qui mange le maigre contenu. Stracci vend l’animal à un journaliste venu interviewer le metteur en scène. Alors il achète un énorme fromage blanc… Le film oppose deux classes : l’une privilégiée, aveugle à la misère qui mime vulgairement la Passion, en plaisantant et en dansant le cha cha cha ; l’autre qui vit, sous le mépris et la risée des nantis, le calvaire des pauvres haires et du sous prolétariat. C’est l’art qui sert de porte-parole à Pasolini : seuls le sous-prolétariat est encore digne de partager le martyr du Christ, et le sacré survit dans la réalité du peuple, pas dans l’art académique. Cette œuvre extraordinaire fit grand scandale à l’époque, le film fut mis sous séquestre et Pasolini fut condamné à quatre mois de prison avec sursis pour «  offense à la religion d’Etat  ». Scandale plus scandaleux que le film lui-même, mais qui en dit long sur les forces réactionnaires, les mentalités hypocrites et le pouvoir du Vatican dans l’Italie du boom économique. Avec Welles et le cinéma il dit violemment ce qu’il pense des Italiens : “Le peuple le plus analphabète, la bourgeoisie la plus ignorante d’Europe.”

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Films en lien :