Soleil vert (Soylent Green)

Un film de Richard Fleischer

 1973  États-Unis  Fiction  93 mn  Couleur  35 mm  Mode de production : Cinéma  VOSTF (anglais)

 Adapté de : Soleil vert, de Harry Harrison  Scénario : Stanley R. Greenberg  Musique : Fred Myrow  Image : Richard H. Kline  Montage : Samuel E. Beetley

 Participants : Charlton Heston, Leigh Taylor-Young, Edward G. Robinson, Chuck Connors, Joseph Cotten, Brock Peters

Producteur :

En 2022, à New York, qui est devenue une mégapole de 44 millions d’habitants, les ressources naturelles sont épuisées : misère et famine partout. Il règne en permanence une température élevée. L’eau est rare. La faune et la flore ont quasiment disparu, la nourriture issue de l’agriculture également. Les New-Yorkais subsistent principalement grâce aux nourritures synthétiques fabriquées par la compagnie Soylent, des tablettes de forme carrée, jaunes, rouges ou bleues. Un nouvel aliment vient d’être lancé, le soylent green, beaucoup plus nutritif, cher et disponible uniquement le mardi : ce jour-là, des émeutes de citoyens affamés ne sont pas rares et sont sévèrement réprimées. L’inspecteur Thorn enquête sur le meurtre de William Simonson, un ancien directeur de Soylent. Thorn découvre au fil de ses recherches que cette affaire est loin de se résumer à un simple crime sordide. Il reçoit des menaces, mais refuse d’abandonner l’enquête… Veritable film d’anticipation, Soleil Vert ne semble pas daté : Fleischer n’a pas cherché à imaginer un futur radicalement différent du monde contemporain. En ne se reposant pas sur une surcharge de trucages ou d’effets spéciaux, Soleil Vert propose finalement une vision d’un monde assez proche visuellement du nôtre. Un choix qui renforce le réalisme du film, sa crédibilité, et l’impact sur le spectateur qu’ont ses images et les événements qui nous sont contés. La nourriture est une valeur forte dans Soleil Vert et l’on a rarement filmé de manière aussi attirante un steak dans l’histoire du cinéma. Par ces images, Fleischer nous rappelle la valeur de plaisirs simples, qui nous semblent communs mais qu’il faut veiller à ne pas perdre.

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Films en lien :