Aubervilliers

Un film de Eli Lotar

 1945  France  Documentaire  24 mn  Noir & Blanc  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Commentaire Jacques Prévert dits par Roger Pigaut  Musique : Joseph Kosma, Chansons interprétées par Germaine Montero et Fabien Loris  Image : Eli Lotar  Montage : Dwyre Roger

 Éditeur :
Doriane Films (145 rue de Belleville, 75019 Paris, téléphone : 01 44 74 77 11, fax : 01 44 74 64 93, mail : doriane@dorianefilms.com)

Un film réalisé dans la banlieue parisienne au cours de l’été 1945 et dont le but est d’attirer l’attention sur les conditions d’existence des habitants des grandes villes. Aubervilliers, devenu un classique du cinéma documentaire, s’inscrit dans un double courant : celui du cinéma militant et du documentaire social.

On suit la navigation d’une péniche sous les ponts de Paris (Notre Dame de Paris est dans la brume), la manoeuvre au passage d’une écluse du canal Saint-Martin, l’arrivée à Aubervilliers.

L’activité industrielle d’Aubervilliers est visible sur le canal et sur les rives. Plans descriptifs des péniches, de l’eau croupie, de la baignade des enfants dans cette eau dans laquelle surnage un chat crevé. Des femmes et des fillettes ramassent du charbon au bord des voies ferrées du canal.

Description des conditions de travail dans les usines, les docks, les entrepôts. Des ballots de coton sont transportés par les rues.

La caméra nous conduit dans les taudis du quartier du Landi “Les maisons (nous dit le commentaire) n’ont rien à envier aux usines pour l’hygiène, le confort, la gaieté”….un immeuble insalubre, une jeune fille va chercher de l’eau à la fontaine, les enfants jouent dans les caniveaux…

Portraits d’habitants :

  • José Pereira vit dans une masure, cultive quelques m2 de terrain. Il doit se méfier des rats.

  • Mme Rochereau a 79 ans, elle travaille encore chez un maraîcher.

  • Mme Carrouget vit dans une maison presque totalement écroulée Le commentaire expose la passivité, la résignation des habitants face à leurs misérables conditions d’existence.

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Autre chemin :
Dans la sélection filmographique :