Sud Eau Nord Déplacer

Un film de Antoine Boutet

 2014  France  Documentaire  110 mn  Couleur  DCP, Dvd  Mode de production : Cinéma  VOSTF (chinois)

 Scénario : Antoine Boutet  Musique : Andy Moor, Yannis Kyriakides  Image : Antoine Boutet  Son : Antoine Boutet  Montage : Antoine Boutet

Producteurs :
Les Films du présent (1 rue copernic, 13200 Arles, Tél : 04 90 49 69 66, @ : contact@lesfilmsdupresent.fr)
Sister productions (83 rue Saint-Honoré, 75001 Paris, info@sisterprod.com)
Distributeur :
Zeugma films (7 rue Ganneron, 75018 Paris, 01 43 87 00 54, distribution(@)zeugma-films.fr)

Le «  Nan Shui Bei Diao  » – littéralement Sud Eau Nord Déplacer – est le plus gros projet de transfert d’eau au monde, entre le sud et le nord de la Chine. Sur les traces de ce chantier colossal, le film dresse la cartographie mouvementée d’un territoire d’ingénieur où le ciment bat les plaines, les fleuves quittent leur lit, les déserts deviennent forêts, où peu à peu des voix s’élèvent, réclamant justice et droit à la parole. Tandis que la matière se décompose et que les individus s’alarment, un paysage de science-fiction, contre nature, se recompose.

L’État chinois a écrit un scénario-béton : le Nan Shui Bei Diao, une grille dictant et figeant toutes coordonnées, renversant les points cardinaux pour les accorder à leur désir. J’ai voulu aller à contre-courant de cette préfiguration – très concrètement en remontant le fleuve – et renverser à mon tour les perspectives : déjouer, contourner, en remodeler la géographie, accompagner et aller contre.

Suivant un itinéraire balisé par le projet, il s’agissait de réinventer les chemins, de faire un film en marche. Bifurquer pour déborder le sujet, l’oublier, dériver pour le redéfinir  ; être ailleurs, comprendre quelle digression peut me ramener à sa source. Le caractère inhumain du Nan Shui Bei Diao émerge par la confrontation de situations quotidiennes (un homme se baigne, un homme chante) aux pelleteuses imperturbables.

S’il restitue la «  réalité  » du projet, Sud Eau Nord Déplacer n’est pas son commentaire. Le paysage m’a dirigé, le film s’y est adapté pour laisser émerger une histoire multiple issue du paysage, de ses accidents  ; des déplacements, passant radicalement du Sud au Nord, de l’Est à l’Ouest, de la neige au sable, des montagnes aux souterrains, émerge un territoire imaginaire en marge du grand projet.

Antoine Boutet

Pour découvrir ce film

Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Projeté dans les festivals :

Pour aller plus loin

Film sélectionné par Images en bibliothèques pour le Mois du film documentaire 2015, thématique « L’Homme face au climat ».