Accord (L’)

Un film de Nicolas Wadimoff

 2005  Suisse  Documentaire  82 min  Couleur  35 mm  Mode de production : Cinéma  VO, VF, VOSTF (français, arabe, judéo-arabe, anglais)

 Scénario : Nicolas Wadimoff et Béatrice Guelpa  Musique : Philippe Héritier  Image : Nicolas Wadimoff, Issa Freij, Gianluca Grossi  Son : Nicolas Wadimoff, Issa Freij  Montage : Karine Sudan avec la collaboration de Naïma Bachiri

Producteurs :
Point du jour (23 rue de Cronstadt, 75015 Paris, Tel: 01 75 44 80 80, Fax: 01 45 31 08 95, Mail : agence@pointdujour.fr)
Akka films (13 chemin Carabot, 1233 Bernex, SUISSE, Tél : +41 (0) 22 345 11 70, @ : info@akkafilms.ch)
Distributeurs :
Point du jour International (POINT DU JOUR INTERNATIONAL, 37-39, rue Saint-Sébastien, 75011 Paris, Tél. : 01 75 44 80 80, Fax : 01 45 31 13 05)
MOA Distribution (Pré du Marché 35, 1004 Lausanne, Suisse, Tel +41 21 729 76 22, Fax +41 21 729 76 22, Email info@moadistribution.ch)

Le 1er décembre 2003, lors de la cérémonie de lancement de l’Initiative de Genève, parrainée par la Suisse, le monde entier veut à nouveau croire la paix à portée de main. Ces Israéliens et Palestiniens qui, après deux ans et demi de négociations secrètes, proposent soudain une solution « globale et définitive » à ce conflit, suscite un formidable écho médiatique. Qu’en est-il sur place ?

Le film commence à l’issue de la cérémonie. Nicolas Wadimoff, cinéaste, et Béatrice Guelpa, journaliste, décident de suivre trois Israéliens et trois Palestiniens, signataires de cet accord, faire la promotion du document en Israël et en Palestine. Quelles sont les motivations profondes de ces personnes qui osent prononcer le mot paix, alors que la seconde Intifada, commencée le 28 septembre 2000, à réduit à néant toutes négociations de paix ? Pourquoi ce militaire, ce publicitaire et cette femme d’affaire israélien s’engagent-ils dans ce combat ? Qu’est-ce qui pousse ce ministre, ce gouverneur et cet intellectuel palestinien à croire aux promesses de Genève ? Chacun a un parcours différent, chacun a une raison qui lui est propre pour s’engager dans l’aventure. Mais la paix qu’ils prêchent en commun, n’a rien d’une paix rêvée dans des salons, que l’on célèbre avec des colombes. Ces personnages sont des pragmatiques, rompus aux négociations depuis de longues années. Dans leur bouche, la paix est à chaque fois un mot différent.

Le film suit les Israéliens donner des conférences dans des universités, une colonie, des centres culturels, où ils se heurtent à l’incompréhension, voire la colère du public. Il montre les difficultés des Palestiniens, taxés de « traîtres », de « collaborateurs », parce qu’ils ont osé briser le tabou du droit au retour des réfugiés palestiniens. L’Accord raconte la bataille de ces six personnages contre leur propre famille, leurs amis, leurs partis. Leurs phases de doute, d’espoirs et de déceptions, pendant plus d’un an.

Bientôt, le combat commun des Israéliens et des Palestiniens signataires de Genève est mis à mal par d’autres obstacles encore : le mur qui se construit, le plan de désengagement de Gaza conçu par Sharon pour torpiller l’Initiative. Chaque camp est prisonnier de sa propre opinion publique. L’Initiative de Genève sombre, mais les personnages s’accrochent. Parce que pour eux, malgré leurs différences, « la paix est un état d’esprit. Pas un morceau de papier ».

Au moment où le monde veut à nouveau croire aux signes de détentes en Israël et en Palestine et parle de « fenêtre d’opportunité », L’Accord est une plongée unique dans le quotidien de ces soldats de la paix. Ceux qui, un jour peut-être, grâce à leur obstination, réussiront à transformer les mirages en réalité.

Pour découvrir ce film

Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :
Film en lien :

Pour aller plus loin

Ce film fait partie de la sélection Conflit et paix : une histoire, des acteurs, du dossier Irenées Filmographie du conflit israélo-palestinien.