Doriane Films

http://dorianefilms.com/index.php

 145 rue de Belleville  75019 Paris  téléphone : 01 44 74 77 11  fax : 01 44 74 64 93  mail : doriane@dorianefilms.com

Films dans la base

Je ne suis pas féministe, mais…

Florence Tissot, Sylvie Tissot, 2015

«  Je ne suis pas féministe, mais…  », cette expression est évoquée par Christine Delphy lors d’une émission où elle est invitée avec Simone de Beauvoir en 1985. On retrouve la phrase rituelle que beaucoup de femmes ont pu prononcer un jour, par peur d’employer un mot stigmatisé, mais pour s’autoriser quand même à exprimer un désir d’égalité. Mêlant entretiens filmés et images d’archives, ce documentaire offre le portrait d’une théoricienne féministe, militante et fondatrice du MLF.

Expérience Cecosesola (L’)

Ronan Kerneur, David Ferret, 2014

En 1967, quelques habitants de la ville de Barquisimeto au Venezuela s’associent pour enterrer dignement leurs morts, la coopérative Cecosesola est née. Malgré les pressions politiques, leur modèle autogestionnaire progresse et se diversifie. Le film illustre l’ingéniosité et la pérennité d’une expérience collective qui a choisi une voie indésirable pour les uns, utopique pour les autres.

Human terrain. Quand les universitaires partent à la geurre

James Der Derian, Michael Udris, David Udris, 2012

Un documentaire articulant un débat éthique autour de l’instrumentalisation du savoir à des fins belliqueuses, au sein de l’armée américaine.

Oulipo, mode d’emploi (L’)

Jean-Claude Guidicelli, 2010

L’esprit oulipien, rencontre facétieuse entre maths et littératur,e souffle sur ce documentaire qui évite l’écueil du cours magistral. Un beau voyage dans l’univers de ces explorateurs intrépides de la langue d’hier (Queneau, Pérec) et d’aujourd’hui (Le Tellier, Fournel)

Cherche toujours

Etienne Chaillou, Mathias Théry, 2008

Ce film inventif s’intéresse moins aux résultats, aux équations ou aux principes qu’aux passions singulières de ceux qui les produisent. Il désacralise la recherche fondamentale en réconciliant onirisme, fantaisie, imagination et science pure.

Figures humaines

Rose Lallier, Élisabeth Logak, 2005

1939-1945 - Que savaient les Français des mesures prises contre les juifs et comment se sont-ils comportés ?

Rêve algérien (Un)

Jean-Pierre Lledo, 2004

L’auteur du film, exilé algérien en France depuis 1993, demande à Henri Alleg, auteur de La Question de retourner en Algérie pour y retrouver ses anciens compagnons, 40 ans après son départ forcé, suite au coup d’État de 1965, avec l’espoir de ressusciter la fraternité multiethnique dont enfant il a été le témoin, mais qui aujourd’hui semble n’avoir même jamais existé.

Chant public devant deux chaises électriques

Hélène Chatelain, 2004

À Los Angeles, en septembre 2001, 40 personnes, venues d’horizons les plus divers, (communautés noires, chinoises, mexicaines, comédiens, SDF…) ont répété pendant trois mois un texte d’Armand Gatti «  Chant public devant deux chaises électriques  » qu’ils présentent en septembre, en pleine crise, au centre de Los Angeles, capitale et d’Hollywood et des sans abris.

Pas assez de volume, notes sur l’OMC

Vincent Glenn, 2004

En deux chapitres, sous forme d’enquête menée par un profane, le film dresse le portrait polémique d’une instance de pouvoir dont le champ d’influence n’a cessé de s’étendre depuis sa création en 1995, et qui, depuis la bataille de Seattle en 1999, est âprement contestée.

Mimi

Claire Simon, 2002

Claire Simon pointe sa caméra sur Mimi Chiola, l’une de ses amies. Anecdotes, souvenirs, lieux marquants, la cinéaste retrace le parcours de cette Niçoise d’origine, de cette femme qui aime les femmes. Mimi se raconte, se dévoile, revient sur la façon dont elle s’est construite, sur ses parents, son enfance et sur tout ce qui l’a aidée à s’assumer…

Davos, Porto Alegre et autres batailles

Vincent Glenn, 2002

Réflexions croisées sur l’information, le capitalisme et les mouvements sociaux. Le forum économique mondial de Davos (Suisse) existe depuis 1971. Le temps d’un film, nous avons relié un certain nombre de situations en cherchant à deviner quelques-unes des causes d’un tel face à face.

17 rue Bleue

Chad Chenouga, 2001

Cinq ans après sa fuite d’Algérie en 1967, Adda vit 17, rue Bleue, à Paris, avec ses deux enfants et ses deux soeurs. Elle entretient une relation amoureuse avec Merlin, son patron qui assure une situation confortable à l’ensemble de la famille. A la mort de celui-ci, leur destin bascule. Adda voit dans la disparition de son amant l’occasion de mettre la main sur une partie de sa fortune.

Souvenir d’un avenir (Le)

Chris Marker, Yannick Bellon, 2001

Évocation des années 30 et 40 à travers les photographies de Denise Bellon, artiste surréaliste. Un hommage à l’artiste où la beauté des photographies rivalise avec la justesse des textes lus par Pierre Arditi.

Rêves de France à Marseille

Jean-Louis Comolli, 2001

Mars 2000, commence la campagne des municipales, la troisième pour nous : qu’en est-il de ce nouvel esprit qui semble souffler sur la vie politique marseillaise ? Rêves de France à Marseille est le 7ème et dernier film de la série documentaire Marseille fait son cinéma réalisée par Jean-Louis Comolli et Michel Samson.

Commune : Paris, 1871 (La)

Peter Watkins, 2000

La Commune de Paris 1871, événement majeur dans les annales du mouvement ouvrier, reste pourtant l’une des pages les plus singulièrement méconnue de l’histoire de France.

Question des alliances (La)

Jean-Louis Comolli, 1997

La Droite et l’Extrême Droite aux législatives 1997 dans les Bouches-du-Rhône. Sixième film de la Série « Marseille contre Marseille » (1989- 2001) de Jean Louis Comolli et Michel Samson.

Marseille contre Marseille

Jean-Louis Comolli, 1996

Marseille, élections municipales de 1995. Cinquième episode, en forme de fable politique, d’une saga marseillaise commencée en 1989.

Libre penseur (Le)

Peter Watkins, 1994

Avec la Suède des années 1870 pour toile de fond, Le libre penseur explore la vie, l’œuvre et l’époque du célèbre homme de théâtre suédois, August Strindberg, auteur de Mademoiselle Julie et La Danse de mort.

Marseille en mars

Jean-Louis Comolli, 1994

Mars 1993, Marseille, les élections législatives, quatrième film de la Série « Marseille contre Marseille » (1989- 2001) de Jean Louis Comolli et Michel Samson.

Trottoirs de Paris (Les)

, 1993

Devant la caméra pudique et attentive de Jean-Michel Carré, les prostituées disent leur solitude, leur dégoût des hommes, leur vie perdue mais aussi cette liberté et cette dignité qu’elles ont conquises.

Galères de femmes

Jean-Michel Carré, 1993

Fleury Mérogis est la plus grande prison de femmes d’Europe. Ce long métrage documentaire trace les portraits de sept femmes pendant leurs détentions puis dans leur tentative de réinsertion.

Tito et moi

Goran Markovic, 1992

Belgrade, 1954. Deux frères mariés partagent, avec leur famille, un même appartement, sans partager les mêmes convictions politiques. Zoran, 10 ans, est le témoin de ces disputes.

Récréations

Claire Simon, 1992

Dans la cour de l’école maternelle, une poignée d’enfants jouent, crient, se battent, rient et pleurent…on appelle ça «  Récréation  ».

Évasion

Yannick Bellon, 1989

On découvre dans ce documentaire le Théâtre du Fil, une compagnie théâtrale hors norme, qui propose de révéler la personnalité de comédiens ex-détenus.

Marseille de père en fils : Coup de mistral (Partie2)

Jean-Louis Comolli, 1989

« Comme la ville égare le promeneur, explique Jean-Louis Comolli, elle fuit le regard du cinéaste qui a la naïveté de croire qu’elle s’offre à lui, qu’elle l’attend, qu’elle se fige au moment où il dit « moteur ». Deuxième film de la Série « Marseille contre Marseille » (1989- 2001) de Jean Louis Comolli et Michel Samson.

Yeux des oiseaux (Les)

Gabriel Auer, 1983

En mars 1980, trois délégués du Comité International de la Croix Rouge sont autorisés à pénétrer en Uruguay dans le pénitencier militaire “Libertad”. Ils découvrent alors quelles sont les conditions réelles de détention dans cette prison soit-disant modèle. La déchéance physique et psychique de détenus, l’interdiction de communiquer entre eux, la repression systématique de leurs proches. Un film de fiction fondé sur des évènements réels.

Laisse béton

Serge Le Péron, 1983

Près de Tunnel de la Porte Pouchet qui leur sert de planque vivent Brian et Nourredine, deux gamins de treize ans, doux rêveurs paumés dans leur banlieue ouvrière

Nous étions tous des noms d’arbres

Armand Gatti, 1981

Pour filmer la réalité irlandaise, Gatti mise, en 1981, sur le workshop de Derry, une sorte de maison des jeunes dirigée par un personnage haut en couleurs, Paddy Doherty.

Alertez les bébés

Jean-Michel Carré, 1978

Décrypte le mécanisme de l’échec scolaire et expose les interventions conjuguées des parents, des enseignants et des spécialistes en tout genre qui font de l’enfant un enfant cerné et le privent de sa liberté de s’exprimer

Affiche rouge (L’)

Frank Cassenti, 1976

En nous faisant suivre une troupe de comédiens qui se sont rassemblés pour monter un spectacle sur le groupe Manouchian, le réalisateur nous raconte l’histoire des résistants de l’Affiche rouge

Cécilia (La)

Jean-Louis Comolli, 1976

Le premier film de fiction de Jean-Louis Comolli évoque la communauté fondée par l’anarchiste italien Rossi au Brésil, au XIXème siècle.

Guichets du Louvre (Les)

Michel Mitrani, 1974

Un jeune étudiant, averti de l’imminente rafle, se rend dans le quartier Saint-Paul pour tenter de sauver quelques personnes. Il rencontre une jeune fille juive et tente de la sauver en traversant vers la rive gauche.

Edvard Munch

Peter Watkins, 1974

« Edvard Munch » est une biographie très subjective des jeunes années du peintre expressionniste norvégien, aux prises avec les conventions de la société puritaine de son temps. Un film considéré par beaucoup comme la meilleure œuvre jamais consacrée à l’acte créatif et à la peinture (« un travail de génie » selon Ingmar Bergman).

Bonheur dans vingt ans (Le)

Albert Knobler, 1971

Le film retrace avec des documents d’archives l’histoire de la Tchécoslovaquie depuis l’entrée des troupes soviétiques, acclamées par toute la population, jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Dubeck.

Punishment Park

Peter Watkins, 1971

Fable politique inspirée par l’application du McCarren Act, une loi d’exception votée en 1970 à la faveur d’une aggravation du conflit au Nord-Vietnam, autorisant à placer en détention «  toute personne susceptible de porter atteinte à la sécurité intérieure  ».

Gladiateurs (Les)

Peter Watkins, 1969

Dans un avenir proche, en Suède, des gladiateurs des temps modernes s’affrontent lors de jeux de massacre télévisés. Dans ce film pacifiste et critique du pouvoir médiatique, il suffit d’appuyer sur un bouton d’ordinateur pour donner la mort. Jusqu’où la manipulation télévisuelle peut-elle aller ?

Bombe (La)

Peter Watkins, 1966

Une bombe atomique soviétique tombe sur le Kent. Description minutieuse et sobre des effets immédiats et à court terme.

Bataille de Culloden (La )

Peter Watkins, 1964

Culloden, en Ecosse, 1746. Les soldats anglais affrontent les paysans fatigués, mal armés, des clans des Highlands. En filmant cette bataille comme un reportage de télévision, Peter Watkins en montre toute l’horreur.

Enclos (L’)

Armand Gatti, 1961

Ce film très poignant fut tourné en 1960 dans le camp de Mauthausen. Il retranscrit l’univers concentrationnaire et met en scène deux grands acteurs de théâtre, le Français Jean Négroni et l’Allemand Hans Christian Blech avec des anciens déportés revenus jouer leur propre rôle sur les lieux de leur atroce perdition.

Samedi soir et dimanche matin

Karel Reisz, 1960

A Notthingam, en Angleterre, un ouvrier mecontent de son sort se compromet avec une femme mariee.

Paris la belle

Jacques Prévert, 1959

Une rêverie des frères Prévert sur la beauté du Paris d’hier.

Sel de la terre (Le)

Herbert Biberman, Michaël Wilson, 1954

Dans une mine du nouveau mexique, des mineurs se mettent en grève pour l’égalité entre mineurs mexicains et blancs.

Ecole buissonnière (L’)

Jean-Paul Le chanois, 1948

Les révolutionnaires méthodes d’un jeune instituteur, Pascal Laurent, qui débarque dans un petit village provencal, Salaizes, pour remplacer un enseignant sur le point de partir à la retraite…

Aubervilliers

Eli Lotar, 1945

Un film réalisé dans la banlieue parisienne au cours de l’été 1945 et dont le but est d’attirer l’attention sur les conditions d’existence des habitants des grandes villes.

Vie est à nous (la)

Jean Renoir, 1936

Produit par le Parti Communiste Français en vue de la campagne pour les élections de mai 1936 - qui portèrent au pouvoir le Front Populaire - La Vie est à Nous fut tourné par une équipe de cinéastes et techniciens militants communistes ou sympathisants.