Cher frangin

Un film de Gérard Mordillat

 1988  France  Fiction  94 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma

 Scénario : Jean-Marie Estève, Yanne Leduc, David Milhaud, Gérard Mordillat, Richard Morgis, Philippe Triboit  Musique : Jean-Louis Négro  Image : Michel Baudour  Son : Dominique Warnier  Montage : Nicole Saunier

Producteurs :
Stephan Films (3 rue Saint-Philippe du Roule, Paris 75008, Tél : 01 42 56 25 02, Fax : 01 42 25 64 81, @ : stephanfilm@aol.com)
Lamy films (146 rue du Coq, Boite 2/3, B-1180 Bruxelles, BELGIQUE, Tel: 32 2 375 34 42, Fax: 32 2 375 32 71)
Productions Bleu Blanc Rouge (Coordonnées inconnues à ce jour ou société qui a cessé son activité (Montréal))
Distributeur :
Direction du patrimoine du CNC (7 bis, rue Alexandre Turpault, 78390 Bois d’Arcy, tél : 01 30 14 80 10, fax : 01 30 14 80 86, mail : webmaster@cnc.fr)

1959. Alain, jeune ouvrier typographe, va au cinéma avec sa petite amie Lou et son jeune frère Marius. Elle lui apprend qu’elle est enceinte. Comble de malchance, il est appelé en Algérie. Il décide de ne pas y aller. Lou est d’accord. Le patron d’Alain lui procure des faux papiers, mais il se fait prendre par les gendarmes. Après quelques mois dans des bataillons disciplinaires, il se retrouve dans une unité à la frontière algéro-tunisienne. Il n’est pas armé et continue à dormir au cachot. Il est néanmoins, par manque d’effectifs, incorporé dans une section, commandée par un jeune sous-lieutenant, fraîchement émoulu de Saint-Cyr, et un adjudant issu du rang et ancien d’Indochine. Ils partent contrôler un village kabyle : leur tâche consiste à mettre en carte toute la population, prendre des photos et, pour cela, dévoiler de force les femmes. Le photographe est un jeune instituteur avec lequel Alain sympathise. La patrouille constate qu’il n’y a pas d’hommes dans la mechta et le lieutenant décide d’y revenir de nuit : ils font ainsi quelques prisonniers. Mais le conflit entre le lieutenant et l’adjudant s’aggrave. Le lieutenant intervient et part en patrouille avec toute la section. Alain en profite pour déserter. La section est anéantie. Alain, recueilli et soigné par des paysans tunisiens, envoie un livre et des photos à son jeune frère. Sa fiancée accouche. Marius devient un adulte.

(source : Archives françaises du film, CNC)

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :