Éclats. Ma gueule, ma révolte, mon nom (Les)

Un film de Sylvain George

 2011  France  Documentaire  84 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma

 Scénario : Sylvain George  Image : Sylvain George  Son : Sylvain George  Montage : Sylvain George

Producteur :
Noir production (26 rue Damrémont, 75018 Paris, noirproduction@no-log.org)
Distributeur :
Noir production (26 rue Damrémont, 75018 Paris, noirproduction@no-log.org)

Il y a d’abord les traces des migrants filmées dans Calais. La caméra glisse dans la rue, dans la forêt, sur les rails, sur le port au son d’un harmonica. Un pantalon sèche sur une grille, un car de CRS tourne dans la ville, une décision de rejet de demande d’asile finit de se détremper sous la pluie. Une boîte de sardine, un tesson de bouteille gisent abandonnés. Pourtant,il ne s’agit pas d’un énième film qui figerait les migrants dans un rôle déjà calibré d’âme errante de nos villes. Quand la caméra dévoile en plans large la vie de ces personnes, elle montre la construction infinie de stratégies pour tenir, se maintenir en vie, guetter sans cesse la juste conjonction des facteurs, le moment propice pour passer la balustrade, rentrer dans le bateau, se glisser sous un camion. Les migrants sont les sur-vivants, les plus-vivants. Et voici que la caméra se rapproche. La discussion avec ces jeunes gens est tranquille, elle prend le temps de la parole. Un groupe afghan nous délivre une analyse géopolitique longue, douloureuse et documentée. Un migrant africain raconte sa traversée et son sauvetage en méditerranée pour conclure, en répétant comme pour lui-même, que « la migration, c’est bien, mais c’est dur ». Face à lui, un autre homme ne veut plus rien raconter. Sa douleur et sa colère, attisées par le témoignage, semblent immenses. Il lui semble que tout ça se sait déjà, et en vain, pour lui qui a le sentiment d’avoir, même vivant, perdu sa vie.

(source : La Cimade, festival Migrant’scène 2012)

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Dans les sélections filmographiques :
Projeté dans le festival :
Migrant’scène (Toute la France)