Algérie,de Gaulle et la bombe (L’)

Un film de Larbi Benchiha

 2010  France  Documentaire  52 min  HDCam

 Scénario : Larbi Benchicha  Montage : Hervé Portanguen, Thierry Le Vacon, Didier Gohel

Producteurs :
Aligal production (21 rue Moreau de Jonnes, 35000 Rennes, Tel. 02 23 20 70 70, Fax. 02 99 63 36 17, @ : contact@aligal.com)
France 3 (7, esplanade Henri de France,, 75907 Paris Cedex 15, Tél: 01 56 22 30 30, Fax: 01 56 22 73 39)
Distributeur :
Aligal production (21 rue Moreau de Jonnes, 35000 Rennes, Tel. 02 23 20 70 70, Fax. 02 99 63 36 17, mct@aligal.com)

Le 13 février 1960 à 7h04, la première bombe nucléaire française explose dans le désert du Sahara.

Le pays est en pleine guerre d’Algérie, mais dans le sud-saharien, loin des combats qui déchirent deux communautés, les expériences et les tirs se succèdent sans discontinuer, même pendant le putsch des généraux. Quand, en 1962, après les accords d’Evian, les rapatriés quittent en masse l’Algérie devenue indépendante, des militaires et des scientifiques français vont continuer tranquillement pendant plusieurs années, leurs essais au sud du Sahara.

La question du Sahara et des expérimentations militaires voulues par De Gaulle a été l’enjeu majeur des pourparlers secrets entre le gouvernement français et la délégation du FLN. C’est une histoire peu connue que ce film raconte.

Comment la France a-t-elle pu implanter ses bases atomiques en Algérie, des installations sensibles et secrètes, dans un pays en guerre ?

Pourquoi a-t-elle réalisé de tels investissements et pris le risque d’amener la bombe nucléaire ici, alors que l’insurrection s’organise et s’amplifie ?

Pour le général De Gaulle, le Sahara ne faisait pas partie de l’Algérie. Pour le FLN, au contraire, le territoire algérien s’étendait des rives de la Méditerranée aux confins du Sahara.

Âprement discutés, les accords d’Evian ont mis fin à sept ans et demi de guerre. La France a finalement reconnu la souveraineté algérienne sur le Sahara. Le FLN a accepté que la France poursuive ses essais nucléaires dans l’Algérie indépendante pour une durée de cinq ans.

Le premier tir dans l’Algérie indépendante fut-il un accident, considéré comme majeur dans le nucléaire militaire ?

C’était le 1er mai 1962 ; le soldat Michel Dessoubrais avec huit autres militaires y ont été irradiés.

Un demi-siècle de secret, de silence et de mensonges a empêché que la lumière se fasse sur cette histoire.

Il aura fallu attendre 2008, pour que soit mis en place un groupe d’experts algériens et français pour étudier la faisabilité d’un programme de réhabilitation des sites nucléaires, qui, aujourd’hui encore, continuent d’exposer les populations aux dangers de la radioactivité.

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :
Vidéo :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :