Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir

http://www.centre-simone-de-beauvoir.com

 28, place Saint-Georges  75009 Paris  Tél. : 01 53 32 75 08  distribution@centre-simone-de-beauvoir.com

Films dans la base

Laissez-les avorter tranquille !

Alima Arouali, François Bernard, 2013

38 ans après la loi autorisant l’avortement en France, le personnel du centre d’orthogénie de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre met toute son énergie et son travail au service des femmes pour leur offrir les meilleures conditions possibles. Travailler dans un centre d’orthogénie n’est pas un métier comme les autres. Héritiers/héritières du MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et la contraception ) les professionnel(le)s regroupé(e)s dans l’association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception (ANCIC) restent mobilisés pour défendre un droit sans cesse remis en cause.

Audre Lorde - The Berlin years 1984 to 1992

Dagmar Schultz, 2012

Ce documentaire explore un chapitre peu connu de la vie prolifique d’Audre Lorde, poète, militante, noire et lesbienne renommée, durant une période où elle a aidé le mouvement africain allemand à émerger et où elle a apporté sa contribution à la scène politique et culturelle avant et après la chute du mur de Berlin et la réunification allemande.

Ladies’Turn. Le Défi d’un tournoi de foot féminin au Sénégal, sur les terrains de quartier

Hélène Harder, 2012

Organiser un tournoi de football féminin est le défi de l’association sénégalaise « Ladies’ Turn ». Investir le terrain en bravant tabous et préjugés est le pari que Seyni, pionnière du foot féminin au Sénégal et ancienne capitaine de l’équipe nationale, propose aux filles des quartiers. À travers le suspense de la compétition et les différentes histoires des personnages, apparaît une société africaine et musulmane en pleine mutation. Au-delà du désir de remporter la finale se joue peut-être l’aspiration à une autre victoire. En s’appuyant sur la magie du football, c’est l’histoire d’un combat et des solidarités qui en découlent que raconte le film.

Combat en héritage (Un)

Laetitia Puertas, 2010

À l’occasion du 8 mars 2010 et du centenaire de la journée internationale des femmes, ce court-métrage interroge l’inscription des luttes féministes dans la mémoire de parisiennes et parisiens.

Égalitées, de 8 mars en marche mondiale.

Paule Sardou, 2009

Documentaire sur le combat des femmes salariées des Bouches-du-Rhône contre l’inégalité dans le monde professionnel.

Ile de Chelo (L’)

Odette Martinez, Ismaël Cobo, Laetitia Puertas, 2008

Le film raconte la trajectoire d’une résistante de la guérilla antifranquiste de León-Galice durant et après la guerre civile espagnole (1939-1948) : Consuelo Rodriguez Montes dite « Chelo » de son nom de maquisarde.

Discorama signé Glaser

Esther Hoffenberg, 2007

Un portrait de la productrice/présentatrice pionnière des émissions de télévision consacrées à la chanson de variétés.

Papillon

Anne Faisandier, 2007

La réalisatrice s’est entretenue pendant un an et demi avec Philippe, en train de devenir Sylvie… Il/elle laisse pendant le quart d’heure sortir ses pensées sur les évènements pratiques de sa vie du moment, devant la réalisatrice qui tient la caméra à la main.

Bajo Juarez, La ville dévorant ses filles

Alejandra Sánchez, José Antonio Cordero, 2007

Documentaire sur la disparition depuis une quinzaine d’années de plus de 400 femmes, à Ciudad Juárez, une ville de maquiladora dans l’État de Chihuahua, à la frontière avec les Etats-Unis.

De Niña a Madre

Florence Jaugey, 2006

Ce documentaire raconte la vie, au Nicaragua, de trois jeunes filles mères entre 14 et 16 ans.

Love/other, the story of Claude Cahun and Marcel Moore

Barbara Hammer, 2006

Deux femmes artistes surréalistes résistent a leur époque.Leur travail et destin ont été trop oublié.

Raising the roof

Françoise Flamant, Veronica Selver, 2005

Les Seven Sisters, un collectif américain de femmes charpentières, brisent les discriminations professionnelles et prouvent leurs talents.

Blandine et les siens

Emmanuelle de Riedmatten, 2004

La quête d’identité d’une jeune fille dont la famille a été massacrée au Rwanda, puis qui retrouve le reste de sa famille en Suisse.

Nikita Kino

Vivian Ostrovsky, 2002

La famille de Vivian Ostrovsky réside au Brésil, quand, en 1960, son père découvre que sa sœur et son frère sont vivants et habitent Moscou. Ils n’ont pas le droit de sortir d’URSS. C’est donc Vivian et sa famille qui leur rendront visite tous les ans pendant une quinzaine d’années. À travers cet ingénieux montage d’images familiales en super 8, d’archives d’actualités, d’extraits de films de fiction ou de propagande soviétique,Vivian Ostrovsky retrace l’histoire de sa famille, en abordant l’histoire de l’URSS des années Khrouchtchev-Brejnev.

Día que me quieras (El)

Florence Jaugey, 1999

La vie quotidienne de femmes policiers et d’assistantes sociales dans l’un des commissariats de la Femme et de l’Enfance de Managua, au Nicaragua.

Debout ! Une histoire du Mouvement de Libération des Femmes 1970 -1980

Carole Roussopoulos, 1999

À travers de nombreuses archives (sonores, photographiques et audiovisuelles), ce film rend hommage aux femmes qui ont créé et porté le mouvement de libération des femmes en France et en Suisse, à leur intelligence, leur audace et leur humour. Il se pose comme un relais entre les pionnières et les nouvelles générations.

Female closet (The)

Barbara Hammer, 1998

Archives, interviews et photographies rendent compte de la vie de femmes artistes lesbiennes du 20e siècle : la photographe de l’époque victorienne Alice Austen, la plasticienne dadaïste Hannah Höch et la peintre contemporaine Nicole Eisenman.

Murmures, une histoire de femmes coréennes

Young-Joo Byun, 1995

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, des centaines de milliers de jeunes filles, dont un certain nombre de coréennes, ont été contraintes de se prostituer dans les bordels militaires japonais. Les preuves de cet esclavagisme sexuel planifié par l’État ont été, pour beaucoup, détruites et les archives occultées. Un pan de l’histoire douloureuse coréano-japonaise menaçait ainsi de sombrer dans l’oubli le plus complet. Cependant, en août 1991, encouragée par les recherches et le volontarisme d’associations féministes sud-coréennes, blessée par le négationnisme ambiant, Kim Hak-Soon déclarait à la télévision qu’elle avait servi de femme de réconfort à l’armée japonaise. Depuis, une poignée d’autres « survivantes » de ce drame, âgées de 75 à 85 ans, ont osé s’exprimer et demandent justice.

Mizike Mama

Violaine de Villers, 1992

Le film est une rencontre avec Marie Daulne, une jeune chanteuse dont le travail se base sur ses origines métisses. Le film dévoile les rapports entre les deux cultures, africaine et européenne, la force émotionnelle de leur mélange, la nécessité de création à partir de cette double origine.

Enfants du sexisme (Les)

Angèle Grimaldi, 1983

Constitué de témoignages d’enfants et d’adultes, ce document dénonce le conditionnement auquel sont soumis filles et garçons dès la petite enfance, aussi bien au sein de la famille que de l’école.

Écoutez May Picqueray

Bernard Baissat, 1983

May Picqueray a laissé le souvenir d’une femme intrépide et généreuse. Ennemie de la guerre, elle milita contre l’armée et pour le statut des objecteurs de conscience. Dans ce documentaire de Bernard Baissat, elle raconte sa vie d’anarchiste et d’animatrice du journal «  Le réfractaire  ». Jusqu’au bout elle reste fidèle à son engagement pour la défense de la paix et des libertés individuelles.

Flo Kennedy - portrait d’une féministe américaine

Carole Roussopoulos, Ioana Wieder, 1982

Margo Jefferson, professeure de journalisme à New-York et Ti-Grace Atkinson, écrivaine et théoricienne féministe, s’entretiennent avec Flo Kennedy, avocate africaine américaine, sur le racisme, le droit des minorité et de l’Equal Right Amendment (amendement constitutionnel pour garantir les droits des femmes).

Quelques féministes américaines

Luce Guilbault, Nicole Brossard, Margaret Wescott, 1978

Un document sur les expériences, les sentiments et les théories de quelques féministes américaines : Rita Mae Brown, auteure et poète, Margo Jefferson, écrivaine et critique, Kate Millett, auteure et sculpteure, Lila Karp, écrivaine et professeure, Ti-Grace Atkinson, théoricienne et activiste féministe, Betty Friedan, auteure. Les interviews sont menées par Luce Guilbeault, actrice et réalisatrice féministe québécoise.

Maso et Miso vont en bateau

Carole Roussopoulos, Nadja Ringart, Delphine Seyrig, Ioana Wieder, 1976

Piratage humoristique d’une émission de Bernard Pivot recevant Françoise Giroud, alors secrétaire d’état à la condition féminine, par quatre réalisatrices caustiques et désopilantes.

Portrait de Simone de Beauvoir

Alice Schwarzer, 1974

Entretiens entre Simone de Beauvoir et Alice Schwarzer, féministe allemande, fondatrice du journal EMMA et auteure de plusieurs livres sur Simone de Beauvoir.

Enfants du gouvernement (Les)

Claude Lefevre-Jourde, Josée Constantin, 1974

En décembre 1971, les élèves du C.E.T. de Plessis-Robinson, collège réservé aux mineures enceintes, agées de 13 à 18 ans se mettent en grève. A travers une série d’interviews, elles parlent de leur situation et de leur lutte.

Promenade au pays de la vieillesse

Marianne Ahrne, 1974

Dans son livre La vieillesse, Simone de Beauvoir écrit que la vieillesse est entourée d’une conspiration du silence. Ce film tente de rompre le silence, et les commentaires de Simone de Beauvoir en sont le fil conducteur.

Genet parle d’Angela Davis

Carole Roussopoulos, 1970

Dans le cadre de l’émission «  L’invité du dimanche  », Jean Genet dénonce violemment la politique raciste des États-Unis et manifeste son soutien à Angela Davis, qui vient d’être arrêtée, et aux Black Panthers. Il s’attache à faire passer à l’écran son texte politique plutôt que sa personne. L’émission sera finalement censurée. La réalisatrice embrasse la scène d’un regard ironique. Elle pointe la différence d’attitude entre un Jean Genet terriblement engagé et le comportement de l’équipe télévisuelle pressée de finir l’enregistrement. La cadence et le morcellement des prises télés s’opposent à la fluidité du regard de Carole Roussopoulos . D’un côté une caméra-télé cherchant à donner une vision «  objective  », de l’autre une caméra à l’épaule en empathie avec son personnage et son propos politique.

Dossier « Simone de Beauvoir »

Max Cacopardo, 1967

Interrogée dans son appartement par madeleine Gobeil et Claude Lanzman, Simone de Beauvoir parle de ses mémoires, de son engagement envers la gauche, de la guerre d’Algérie et du féminisme. Cet entretien a été mené en 1967 pour la télévision de radio-canada.