Best of doc : programmez le meilleur du documentaire en salle !

Pour marquer notre entrée récente dans le réseau de la Cinémathèque du documentaire, nous relayons ici la proposition de programmation de la première edition du festival Best of doc. Dans le cadre du Mois du film documentaire, ce festival piloté par la Cinémathèque du documentaire et Documentaire sur grand écran proposera chaque année au public des salles Art et Essai une sélection parmi les meilleurs films sortis en salle l’année précédente.

Il s’agit d’une sélection de 16 films documentaires qui ont marqué l’année 2019, et qu’il vous est proposé de reprendre du 20 au 26 novembre dans vos salles de cinéma partenaires. Tous ces films couvrent des thématiques très diverses, et ont été choisis par un comité de 6 personnes : 2 critiques de cinéma, 1 membre de Documentaire sur grand écran, 1 membre de la Cinémathèque du documentaire, 1 membre d’Images en bibliothèques et 1 exploitant de salle.

Pourquoi participer  ?

  • participer à une manifestation à retentissement national, en partenariat notamment avec Mediapart, France Culture, et d’autres à venir  ;

  • bénéficier de films proposés sans minimum garantis  ;

  • bénéficier d’un accompagnement des séances facilité (suggestion d’intervenant·es, tournée de cinéastes)

  • possibilité d’obtenir une aide financière pour l’accompagnement des séances (pour les adhérents d’Images en bibliothèques et membre du réseau de Documentaire sur grand écran)

  • recevoir sans frais du matériel de communication de Best of Doc

À quelles conditions  ?

  • vous programmez 3 films minimum

  • vous proposez un tarif d’entrée incitatif (exemple : 5€)

  • vous utilisez les logos Best of Doc, diffusion de la bande annonce de Best of Doc, mise à disposition du public du matériel de communication de Best of Doc (en complément de la communication du Mois du doc)

Pour participer, rendez-vous ici  !

Southern Belle

Nicolas Peduzzi, 2018

Fille unique du plus grand exploitant pétrolier du Sud des Etats-Unis, Taylor, 26 ans, a grandi dans l’un des quartiers riches de Houston, Texas. A 14 ans, la mort soudaine et mystérieuse de son père met fin à son enfance idyllique, et provoque sa chute dans une vie où règnent la drogue, l’alcool et les jeux d’armes. Son héritage, estimé à plus de 500 millions de dollars, devient sa malédiction. Le film dresse le portrait d’une génération perdue et décadente dans l’Amérique contemporaine de Donald Trump.

Samouni road

Stefano Savona, 2018

Dans la périphérie rurale de la ville de Gaza, la famille Samouni s’apprête à célébrer un mariage. C’est la première fête depuis la dernière guerre. Ce documentaire mêle prises de vues réelles et images d’animation pour raconter la mort, en 2009, de 29 membres de cette famille palestinienne lors de l’opération Plomb durci à Gaza.

Ile au trésor (L’)

Guillaume Brac, 2018

La base de loisirs de Cergy vue par le regard incisif et parfois amusé de Guillaume Brac. Comme une fable politique sur la France d’aujourd’hui.

Empire de la perfection (L’)

Julien Faraut, 2018

Le cinéma ment, pas le sport… Au début des années 80, le tennisman John McEnroe est copié dans toutes les écoles, étudié sous toutes les coutures,filmé sous tous les angles.Roland Garros 84 : il a tutoyé la perfection, et pourtant…

Game girls

Alina Skrzeszewska, 2018

L’histoire d’amour de Teri et Tiahna, deux femmes noires amoureuses dans le monde chaotique de Skid row, quartier de Los Angeles connu pour être la « capitale des homeless » aux États-unis. Fugitives d’un désastre économique, politique et social, leur amour est le seul refuge face à la violence d’une Amérique à la dérive.

Cassandro the Exotico !

Marie Losier, 2018

Après 26 ans de vols planés et d’empoignades sur le ring, Cassandro, le roi des Exoticos – ces catcheurs gays qui dynamitent les préjugés – est incapable de s’arrêter. Le corps en miettes, pulvérisé, il va pourtant devoir se réinventer…

De chaque instant

Nicolas Philibert, 2018

Chaque année, elles sont des dizaines de milliers à se lancer dans les études qui leur permettront de devenir infirmières. Admises au sein d’un «  Institut de Formation en Soins Infirmiers  », elles vont partager leur temps entre cours théoriques, exercices pratiques et stages sur le terrain. Ce film documentaire retrace les hauts et les bas d’un apprentissage qui va les confronter très tôt, souvent très jeunes, à la fragilité humaine, à la souffrance, la maladie, et aux fêlures des âmes et des corps.

Grand bal (Le)

Lætitia Carton, 2018

C’est l’histoire d’un bal. D’un grand bal. Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse.

Six portraits XL

Alain Cavalier, 2017

Le cinéaste s’est attaché à six personnages, filmés dans leur quotidien.

Lindy-Lou, jurée numéro 2

Florent Vassault, 2017

Il y a plus de 20 ans, Lindy Lou a été appelée pour faire partie d’un jury. Depuis, la culpabilité la ronge. Sa rédemption passera-t-elle par ce voyage qu’elle entame aujourd’hui à travers le Mississippi, dans le but de confronter son expérience à celle des 11 autres jurés avec lesquels elle a condamné un homme à mort  ?

Quatre sœurs (Les)

Claude Lanzmann, 2017

Les récits de survie de quatre femmes réchappées de la destruction nazie. Paula Biren, Ruth Elias, Ada Lichtman, Hanna Marton, quatre noms et prénoms de femmes juives, témoins et survivantes de la plus folle et de la plus impitoyable barbarie, et qui, pour cette seule raison, mais beaucoup d’autres encore, méritent d’être inscrites à tout jamais dans la mémoire des hommes. Ce qu’elles ont en commun, outre l’horreur spécifique dont chacune a été l’objet, c’est l’intelligence, une intelligence tranchante, aigüe, charnelle, qui récuse tous les faux-semblants, les mauvaises raisons, en un mot l’idéalisme. Filmées par Claude Lanzmann pendant la préparation de ce qui deviendra Shoah, chacune de ces quatre femmes extraordinaires méritait un film en soi, prenant la mesure de leur trempe exceptionnelle, et révélant par leur récit saisissant quatre chapitres mal connus de l’extermination.

Envers d’une histoire (L’)

Mila Turajlic, 2017

Une porte condamnée dans un appartement de Belgrade révèle l’histoire d’une famille et d’un pays dans la tourmente. Tandis que la réalisatrice entame une conversation avec sa mère, le portrait intime cède la place à son parcours de révolutionnaire, à son combat contre les fantômes qui hantent la Serbie, dix ans après la révolution démocratique et la chute de Slobodan Milošević.

Basquiat

Sara Driver, 2017

BASQUIAT éclaire la courte vie du peintre culte Jean-Michel Basquiat au sein de la ville de New York de 1978 à 1981 et explore tout ce qui, dans cette métropole, à travers ses rencontres et les mouvements politiques, sociaux et culturels, l’a nourri et inspiré.

Madame Fang

Wang Bing, 2017

Veuve depuis plusieurs années, Fang Xiuying, 68 ans, est née à Huzhou, dans la région du Fujian où elle travaillait comme ouvrière agricole. Elle a souffert les dernières années de sa vie de la maladie d’Alzheimer. Après avoir été hospitalisée en 2015, elle a été renvoyée chez elle pour y mourir, entourée de sa famille. Mais la mort est longue à venir…

Derniers jours à Shibati

Hendrick Dusollier, 2017

Dans l’immense ville de Chongqing, le dernier des vieux quartier est sur le point d’être démoli et ses habitants relogés. Le cinéaste se lie d’amitié avec le petit Zhou Hong et Madame Xue Lian, derniers témoins d’un monde bientôt disparu.

Célébration

Olivier Meyrou, 2007

Olivier Meyrou filme les dernières semaines de la maison de couture YSL avant le départ de son vieux maître, Yves Saint Laurent, dans ce documentaire traversé par une autre figure, celle de Pierre Bergé.

Pour aller plus loin

Site du festival