Persepolis

Un film de Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud

 2005  France  Animation  95 min  Noir & Blanc  35 mm  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud  Musique : Olivier Bernet  Image : Jimmy Capron, Frank Mivet, Stéphane Roche, Damien Barrau, Jung Wang  Son : Samy Bardet  Montage : Stéphane Roche

Producteurs :
France 3 (7, esplanade Henri de France,, 75907 Paris Cedex 15, Tél: 01 56 22 30 30, Fax: 01 56 22 73 39)
2.4.7.FILMS (23 rue aux Ours, 75003 Paris, Tél : 01 42 71 00 31, Fax : 01 42 71 00 91, @ : 247films@247films.fr)
Distributeur :
Diaphana distribution (155, rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris, téléphone : 01 53 46 66 66, fax : 01 53 46 62 29, mail : diaphana@diaphana.fr)

Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l’avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah. Avec l’instauration de la République islamique débute le temps des « commissaires de la révolution » qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.Bientôt, la guerre contre l’Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère.Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l’envoyer en Autriche pour la protéger. A Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l’adolescence, la liberté, les vertiges de l’amour mais aussi l’exil, la solitude et la différence.

« Marjane Satrapi a traversé l’Histoire de l’Iran. Elle y est née, y a grandi, a connu le basculement du Shah à la République Islamique. D’une dictature à l’autre, Persepolis est le récit d’une enfance chaotique dans un pays malmené par la force de l’interdit. Petite fille rêveuse, un brin espiègle, Marji est passée de l’autre côté de l’écran pour faire revivre ses années d’innocence et de révolte, qui l’ont conduite à l’exil et ont façonné sa vie de femme.

1979, c’est la révolution. Le Shah est remplacé par Khomeiny. L’Iran rêve de paix et de liberté retrouvée. Mais finalement, le nouveau régime sera pire que le précédent, dans son acharnement à soumettre les femmes, à proscrire tout signe extérieur de débauche ou de séduction. Les Iraniennes sont voilées, les fêtes réprimées, la brigade des mœurs y veille, encadre, punit les moindres faits et gestes de la population. Marjane Satrapi porte sur cette période sombre son regard d’enfant d’alors, empreint de tendresse, de poésie, de nostalgie.

On s’embarque avec entrain dans ce plaisant retour en arrière, plein d’humour, d’onirisme, et surtout de vérité, puisqu’il s’agit d’un voyage autobiographique dans les souvenirs de son auteure. Marji ressemble à une Chihiro sortie de son rêve, et soudain parachutée dans une réalité politique cauchemardesque. On évolue avec elle, de la petite fille naïve à l’adolescente rebelle, avide de liberté. Trois générations de femmes se côtoient dans la joie et la douleur : la grand-mère, qui a toujours refusé de courber l’échine devant les Ayatollahs, la mère résignée, et l’enfant porteuse d’un nouvel idéal.

Adapté de sa bande dessinée, directement transposée sur pellicule, Marjane Satrapi réalise un film attachant et percutant, où l’émotion des images se heurte à la dureté d’un destin violenté. Ce petit bijou animé, dans un noir et blanc fidèle au graphisme de la BD, ne pourra que ravir tous les publics. Persepolis présente une vision de l’Iran décapante, inédite, insolite, drôle et grave à la fois. Impossible de résister au personnage, à son franc-parler, à son incorrection, à sa candide lucidité, peut-être au bout du compte plus subversifs que ne l’eût été un vrai pamphlet.

L’œuvre est un joyau artistique, autant qu’un témoignage aux vertus éducatives. Petite Marji est devenue grande… une grande cinéaste ! »

Source : Commeaucinema, Laurence Berger « La petite Marjane racontée par la grande Satrapi… »

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :
Vidéo :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Autres chemins :
Incontournable dans la période :
Projeté dans le festival :