Vivre au paradis

Un film de Bourlem Guerdjou

 1997  Norvège, France, Belgique  Fiction  105 min  Couleur  35 mm  Mode de production : Cinéma  VF

 Adapté de : « Vivre aur paradis », livre de Brahim Benaïcha  Scénario : Olivier Douyere  Image : Georges Lechaptois  Son : Hechmi Joulak  Montage : Sandrine Deegen

 Distribution : Roschdy Zem, Fadila Belkebla, Omar Bekhaled, Hiam Abbass

Producteurs :
Arte France (8, rue Marceau, 92785 Issy-les-Moulineaux cedex 9, Tél : 01.44.30.46.00)
3B Productions (10 passage des Taillandiers, 75011 Paris, Fax : 01 43 13 10 66)
Exposed film productions (møllergt. 28,, 0179 oslo,, norway, Tel +47 22 20 77 00, Fax. +47 22 20 77 01, Mail. info@exposed.no)
Distributeur :
Tadrart Films (10 passage des Taillandiers, 75011 Paris, Fax : 01 43 13 10 66)
 Éditeur :
Arte vidéo (ARTE France Développement - Service commercial, 8, rue Marceau, 92785 Issy les Moulineaux cedex 9)

1961 : Lakdar, algérien, ouvrier du bâtiment en France, habite le bidonville de Nanterre. Ayant réussi à faire venir sa femme et ses enfants, il se met en quête d’un appartement pour leur offrir une vie décente. En attendant, il tente comme il peut de les maintenir au-dessus de la boue et de la misère dans ce bidonville sordide. Son souci d’intégration est si fort qu’oubliant toute solidarité il devient , un marchand de sommeil sur le dos de ses compatriotes. Il tombe des nues quand il apprend que sa femme milite pour le F.L.N. La famille de Lakdar explose. La manifestation du 17 octobre 1961 éprouve durement la communauté algérienne. C’est finalement la solidarité du bidonville qui sauvera la famille, alors que L’Algérie fête son indépendance.

Avec le «Gône du Chaba » de Christophe Ruggia, « Vivre au paradis » de Bourlem Guerdjou raconte la saga de ces immigrés venus d’Afrique du Nord pour nourrir la croissance française. Un superbe film, hélas, méconnu, témoignage indispensable sur la première génération des beurs.

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Incontournable dans la période :