Algérie, la guerre des appelés

Un film de Thierry De Lestrade, Sylvie Gilman

 2019  France  Documentaire  60 min X 2  N&B et Couleur  Mode de production : Télévision

 Scénario : Thierry Vincent de Lestrade, Sylvie Gilman, Tramor Quemeneur, conseiller historique  Image : Fabrice Main  Montage : Sophie Brunet

Producteur :
What’s Up productions (21 rue Crucy, 44000 Nantes, Tél : 02 40 35 40 22, @ : contact@whatsup-prod.com)

Ils sont menuisiers, étudiants, prêtres ou encore instituteurs, ils n’ont aucune idée de la réalité des tensions qui sévissent en Algérie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ils y débarquent pourtant en 1956 pour une mission de « maintien de l’ordre ». Eux, ce sont des appelés, des jeunes Français de métropole qui se retrouvent plongés dans une guerre qui ne dit pas son nom. Thierry de Lestrade et Sylvie Gilman partent à la rencontre de ces hommes qui, toute leur vie, ont dû se taire sur les atrocités de « leur » guerre. Témoins pudiques d’horreurs innommables, ils se confient face caméra, apportant un point de vue trop longtemps ignoré sur la guerre d’Algérie.

Les deux auteurs-réalisateurs s’appuient sur un travail d’archives titanesque signé Tramor Quemeneur, conseiller historique sur le film. Depuis 2010, il parcourt les archives privées des familles des appelés. Films amateurs, photos et correspondances de l’époque apportent au documentaire une consistance palpable, faisant resurgir du passé une Algérie française déchirée de tensions ethniques et d’inégalités sociales.

Épisode 1 : Le Bourbier

1956, dix ans après la fin de la guerre, le temps est à l’insouciance. Mais, de l’autre côté de la Méditerranée, l’Algérie s’embrase et le contingent est envoyé en masse pour une simple « opération de maintien de l’ordre ». Pour la plupart des appelés, c’est un premier voyage, une aventure. Mais, sur place, ils sont plongés dans un conflit dont ils découvrent la violence.

Épisode 2 - L’Héritage

Quatre ans après le début de la révolte en Algérie et après deux ans de guerre à outrance, pas un canton de France qui ne compte son jeune homme « mort pour la France ». Alors qu’une majorité de Français est désormais favorable à une solution négociée en Algérie, sur le terrain, les 400 000 hommes du contingent se sont enlisés dans une sale besogne aussi vaine, ingrate que dangereuse.

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :
Projeté dans les festivals :