Fond du garage (Le)

Un film de Loïc Balarac

 2004  France  Documentaire  52 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

Producteur :
K Production (24 rue Saint Sylve, 31000 Toulouse, Tél : 05 34 31 55 50, Fax : 05 34 31 51 86, @ : kprod00@wanadoo.fr)
Distributeurs :
Les Films du paradoxe (2 bis rue Mertens, 92270 Bois-Colombes, Tél : 01 46 49 33 33, Fax : 01 46 49 32 23, Mail : films.paradoxe@wanadoo.fr)
K Production (24 rue Saint Sylve, 31000 Toulouse, Tél : 05 34 31 55 50, Fax : 05 34 31 51 86, @ : kprod00@wanadoo.fr)

“Le garage moderne” n’est pas un garage comme les autres. C’est un nouveau « lieu » associatif, installé à Bordeaux depuis fin 2000, où l’on peut tout à la fois venir avec son véhicule pour raison mécanique, ou découvrir sur place une activité artistique, car le site accueille des performances multiples, dans l’architecture industrielle d’une ancienne raffinerie d’huiles du quartier des docks. Le garage est donc une sorte de passerelle entre un type d’économie militante (« l’accès aux soins automobiles pour tous ») et un lieu de rencontres ouvert à toutes les propositions d’expression artistique.

“(…) Quand j’ai découvert le Garage Moderne, il y a deux ans, et que j’ai fait mes premiers repérages, j’étais d’abord intéressé par l’initiative associative, charmé par le lieu et les gens sur place. Et puis un jour, j’ai appris par la présidente « la raison véritable de tout ça » : ils ne s’en cachaient pas vraiment, mais en fait ce Garage Moderne existait bien au-delà d’un simple motif associatif, aussi original et sincère soit-il… En réalité, le Garage a été créé en réaction à une situation, bien connue aujourd’hui sous le nom de « principe de la double peine”.

Avec cette structure, B., le personnage principal, a pu bénéficier d’une sorte de terre d’asile, un endroit à lui où il pourrait continuer « d’exister » alors qu’il était sous le coup d’un risque imminent d’expulsion. Évidemment, cette situation sensible, même si elle était connue par beaucoup, jusqu’aux notables de la ville, n’en restait pas moins « taboue », et il était trop dangereux pour la sécurité de B. de l’étaler au grand jour. C’est pourquoi, par contrat moral, je me suis engagé à ne pas dévoiler l’affaire (même si j’y voyais bien « un intérêt documentaire » supplémentaire voire assez exceptionnel), et je n’ai donc jamais cherché à débusquer « le sujet » pendant mes visites au Garage… Jusqu’à la semaine dernière, où les choses se sont débloquées soudainement, alors qu’on n’y croyait presque plus, après trois ans de procédures et recours multiples.

Tout n’est pas réglé, loin de là, mais l’affaire est maintenant entre les mains de la justice de façon claire et non détournée (…). N’empêche, c’est quand même le début de la liberté pour Boufeldja (on peut dire son nom maintenant), c’est un nouveau départ pour le Garage Moderne, et c’est finalement un nouveau film que je vous présente.” Loïc Balarac

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Autre chemin :
Film en lien :