Tête haute (La)

Un film de Emmanuelle Bercot

 2011  France  Fiction  120 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma

 Musique : Éric Neveux  Image : Guillaume Schiffman  Son : Pierre André  Montage : Julien Leloup

Producteurs :
Les Films du kiosque (95 rue Réaumur, 75002 Paris, Tél : 01 40 29 88 88, @ : contact@filsdukiosque.fr)
Wild Bunch Production (99, rue de la Verrerie, 75004 Paris, tel: 01 53 10 42 56, fax: 01 53 10 42 69, Mail : distribution(@)wildunch.eu)
Distributeur :
Wild Bunch Production (99, rue de la Verrerie, 75004 Paris, tel: 01 53 10 42 56, fax: 01 53 10 42 69, Mail : distribution(@)wildbunch.eu)

Malony a six ans, l’école vient de faire un signalement. Convoquée, la mère, excédée, quitte le bureau du juge, laissant Malony aux mains des services sociaux et de la protection de l’enfance. Quelques années plus tard, après plusieurs placements en famille d’accueil, l’adolescent vit de nouveau avec sa mère. Cette fois-ci, c’est lui qui est convoqué, devant la même juge pour ses multiples dérapages.

La Tête haute est un film sur l’adolescence qui a le mérite de s’intéresser au lien qui peut parfois se nouer entre un adolescent, son éducateur et sa juge. On y suit le parcours de l’adolescent, dans cette période de tous les risques. On le suit au travers de ces institutions qui tentent de l’humaniser.

La question sous-jacente au film est celle du traitement à réserver à la violence parfois grave chez un sujet adolescent. Avec les accents du documentaire pour la véracité du ton et la force de la fiction pour la puissance du jeu de ses personnages, la mise en scène d’Emmanuelle Bercot, par son authenticité, est pour beaucoup dans la réussite du film. Et la justesse et la force du scénario n’ont d’égale que celle de l’interprétation : Catherine Deneuve, Benoît Magimel et Sara Forestier sont admirables, mais c’est la performance du novice Rod Paradot (Malony à l’écran) qui crève l’écran.

Programme des Rencontres cinéma et société 2019

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Projeté dans le festival :