Koundi et le jeudi national

Un film de Ariane Astrid Atodji

 2010  Cameroun  Documentaire  86 min  Couleur  Béta SP  Mode de production : Cinéma  VOSTF (français, anglais)

 Scénario : Ariane Astrid Atodji  Image : Isabelle Casez  Son : Sebastian Kleinloh  Montage : Sebastian Winkels, Mathilde Rousseau

Producteur :
Goethe Institut Kamerun (Quartier Bastos, Rue Joseph Mballa Eloumden (Rue 1.077), B.P. 1067, Yaoundé, Tél: +237 2 2214409, Fax: +237 2 2214419, info(@)yaounde.goethe.org)
Distributeur :
Goethe Institut Munich (lautenschlager(@)goethe.de)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)
 Éditeur :
Doc Net Films (Le Village, 07170 Lussas, Tél : 04 75 94 24 54, Fax : 04 75 94 24 54, contact@docnet.fr)

«  Koundi, gros bourg de 1 200 habitants de l’Est du Cameroun, tire la plus grande partie de ses revenus de l’exploitation de la forêt équatoriale. Dans l’éventualité où l’État romprait son contrat de forêt communautaire, les autorités municipales instituent un «  jeudi national  » : un jour mensuel de travail en commun des hommes qui permettra de commencer une plantation cacaoyère. Découpé comme une semaine du dimanche au samedi, «  Koundi et le Jeudi national  » a la saveur d’une chronique villageoise. Mais jamais le point de vue de sa réalisatrice ne se rabat sur le folklore quand affleure, au jour le jour, la politique.

Cette perspective – utopique  ? – d’autogestion future fonctionne dans ce film, magnifiquement photographié comme un prisme à travers lequel observer la vie en communauté, de la classe («  abstinence, fidélité, condom  !") au lavage du linge, de la fabricante de vin (qui refuse de vendre aux ivrognes) à la guérisseuse, du jour de paye (une liasse de billets accompagnée d’une bière) au procès pour adultère, en passant par la drague au bar du cru, le «  Jet Set  ». Est-ce un hasard si le jeudi national est réservé aux hommes, tandis que les femmes travaillent en cuisine pour ceux qui s’activent à la machette  ?

Au fur et à mesure que la «  semaine  » avance (une semaine que l’on sent nourrie de plusieurs semaines de tournage), Koundi devient un traité des rapports entre les sexes, à la fois précis et drôle.  »

(Charlotte Garson, Cinéma du réel 2011)

Pour découvrir ce film

Plateforme Tënk :
Actuellement disponible en vidéo à la demande

Le film dans la base

Chemin d’accès :

Pour aller plus loin