Ardèche images production

 Le Village  07170 Lussas  Tél : 04 75 94 26 16  Fax : 04 75 94 28 81  @ : aiprod@wanadoo.fr

Films dans la base

Unti, les origines

Christophe Yanouwana Pierre, 2018

Ce documentaire nous emmène en voyage le long du fleuve Maroni. Des lieux comme la plage de Yalimapo ou Tumuc Humac se dévoilent devant nos yeux, mettant en évidence l’histoire des Autochtones et son lien avec le territoire. Entièrement réalisé en langue kali’na, il décrit également une quête identitaire et les problématiques auxquelles doit faire face la société guyanaise.

Ballade d’Abdoul (La)

Anna Moïseenko, 2016

Abdoul, originaire du Tadjikistan, est venu travailler à Moscou pour envoyer de l’argent à sa famille restée dans son village natal, perdu dans les montagnes du Pamir. Mais Abdoul est avant tout chanteur. Il reprend des chants traditionnels du Pamir et conte à travers eux les épisodes parfois difficiles de sa vie à Moscou. Une ballade poétique d’un Ulysse d’aujourd’hui.

Koukan Kourcia, les médiatrices

Sani Elhadj Magori, 2014

La voix magique de la chanteuse nigérienne Zabaya Hussey est capable d’envoûter les âmes. Deux années après les émeutes qui ont déchiré son village, le réalisateur lui demande de l’aider à organiser un concert pour apaiser les rivalités. Ils partent alors sur les routes afin de convaincre la nouvelle génération de chanteuses de participer à cet appel à la paix.

Todisoa et les Pierres noires

Michael Andrianaly, 2013

Pour nourrir sa famille, Todisoa parcourt chaque jour les 7 km qui séparent son village malgache de Tamatave, 2 sacs de charbon posés sur les épaules. À Vohitrambato, pour le projet d’extraction minière d’Ambatovy, certains comme Todisoa ont été expropriés de leurs terres tandis que d’autres ont été déportés.

Je n’oublierai jamais

Mariam Chachia, 2013

La grand-mère de la réalisatrice, une des dernières mémoires vivantes des cent mille Allemands du Caucase victimes du régime soviétique durant la seconde guerre mondiale, raconte son histoire…

Rite, la folle et moi (Le)

Gentille Assih Menguizani, 2012

L’Akpéma est un rituel, en pays Kabié (au nord du Togo), au cours duquel les femmes âgées apprennent aux jeunes filles comment devenir des femmes dignes et mûres. Au cours de son initiation, Gentille apprend des secrets sur l’histoire de sa grand-mère. Elle comprend aussi pourquoi son père la maltraitait. Aujourd’hui, choisie comme marraine pour l’Akpéma de sa petite sœur, il lui revient de transmettre à celle-ci cette histoire qu’elle a portée en elle, comme une femme porte un bébé en son sein.

Avec Bachir

Rosalie Gladys Bessini, Abdoulaye Boka, Soumaïla Boureima, Soumaïla Diallo, Félix Mbog-Len Mapout, Bintou Fanta Coly, Delphine Yerbanga, Kiswendsida Parfait Kabore, Elzévie Pascale Touloulou, 2012

Bachir est un jeune sénégalais qui pense la révolution à travers son slam. La révolution, dit-il, passe par l’accès à l’éducation, à l’information et à la culture. Nous avons décidé d’accompagner Bachir pour confronter ses compositions au contexte électoral du Sénégal. L’occasion est donnée à la population d’exprimer son ras-le-bol. Les gens crient, discutent, chantent et disent ce qu’ils n’ont pas pu dire aux politiciens jusqu’ici.

Atlantic Produce Togo S.A.

Penda Houzangbe, Jean-Gabriel Tregoat, 2012

Atlantic Produce Togo est une entreprise qui produit et exporte des plantes ornementales. Du fait des avantages qu’elle garantit à ses employés, elle est un modèle social au Togo. En août 2006, elle est au bord de la faillite quand Tony, un jeune métis franco-togolais, décide de la racheter pour sauver les quatre-vingt-dix emplois. La situation reste précaire et Tony, dans sa lutte pour la survie de l’entreprise, se voit dans l’obligation de remettre en cause certains acquis sociaux.

Paysage avec lutte

Alexander Abaturov, Nina Chanay, Éléonore Cheynet, Lou Descroix, Victoria Darves-Bornoz, Evgeniya Guérin-Akhmedyanova, Antoine Chosson, Aïcha Thiam, Elsa Oliarj-Inès, Camille Laux, Guillaume Guérin, Béatrice Guyot, 2011

Un documentaire réalisé collectivement autour de la mobilisation contre les forages de gaz de schiste en Ardèche méridionale.

Journée avec (Une)

Collectif, 2011

Une journée avec est une collection de dix portraits d’enfants d’Afrique de l’Ouest. Ils ont entre sept et douze ans et vivent au Sénégal, au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Nous les suivons à hauteur d’enfant, pas à pas, pendant une journée ordinaire, une journée d’école, avec ses temps forts, ses temps faibles, sa routine et ses imprévus. Les films documentent le quotidien des différentes sociétés dans lesquelles ces enfants évoluent, grandissent et sont éduqués.

Comment recadrer un hors-la-loi en tirant sur un fil

Lamine Ammar-Khodja, 2010

Un Algérien dyslexique rencontre un manouche sur un banc bleu, une Algérienne dans un champ vert, un Allemand ou un Turc au milieu de ruines. Au lieu d’un film sur l’identité, il comprend « lis ton idée ». Non loin, traîne le débat sur l’identité nationale.

Le cinéaste est un athlète, conversations avec Vittorio De Seta

Vittorio De Seta, Vincent Sorrel, Barbara Vey, 2010

Avec ce portrait d’un cinéaste à part, il s’agit de saisir l’essentiel du rapport de Vittorio de Seta à ceux qu’il a filmés, les plus humbles, qu’il a portés avec élégance et en couleurs, dès les années 1950, sur le grand écran du Cinémascope.

Collier et la perle (Le)

Mamadou Sellou Diallo, 2009

Le Collier et la Perle est une lettre d’un père à sa fille. Une lettre filmée qui visite le mystère de la femme. De la femme corps de souffrance pour donner la vie, de la femme corps objet de séduction, à la femme corps toujours mutilé.

Tumultueuse vie d’un déflaté (La)

Camille Plagnet, 2009

Après la privatisation de la société des chemins de fer du Burkina Faso, un conducteur de locomotive est licencié…

Ils ne partent point en mer

Pauline Savary, 2008

On arrache, on coupe, on plante. Des racines tournées vers le ciel… des greffons dans la terre. Des champs, des arbres : des paysages. pour qui  ? pour quoi  ? D’un paysan à l’autre, d’un souvenir à l’autre, du bon sens à la logique industrielle. Ce film tente de retracer le témoignage d’un paysage ardéchois marqué, modifié.

Sur la langue de ma mère !

Nadia Mokaddem, 2008

Fathia et Khadija vivent à Largentière. Elles sont jeunes et déjà veuves. Comment les rencontrer ?

Je prends ta douleur

Jean-Marie Barbe, Joëlle Janssen, 2006

Deux portraits : Jimmy, 23 ans, en prison, et Galès, qui a choisi de le visiter une fois tous les deux ou trois mois.

Ouvriers de la terre (Les)

Jean-Marie Barbe, 2001

Dans les vignes et les vergers de l’Ardèche, le réalisateur a filmé ses voisins ouvriers agricoles, tour à tour vendangeurs, coupeurs de bois et de foin etc…En équilibre précaire, ils oscillent entre désarroi devant la modernité subie et nostalgie du passé.

Ma grand-mère s’appelle Bob

Joëlle Janssen, 2000

Portrait de la vieillesse à travers la grand-mère de la réalisatrice, et d’elle-même qui cherche à mieux la connaître, afin de l’accompagner dans cette étape de la vie.

Front et la Forme (Le)

Jean-Marie Barbe, 1999

En août 1998 à Lussas, dans le cadre des Etats généraux du film documentaire, Jean-Louis Comolli, Michel Samson et Jean-Marie Barbe ont réuni une quinzaine de documentaristes pour aborder la question de la représentation du Front national. Moments choisis de ces rencontres.

Moissons de l’utopie (Les )

Yves Billon, 1995

L’arrivée dans les années 68-70 en Ardèche des «  hippies  », «  poilus  », «  bourrus  », «  babas  ». Cette population d’origine urbaine en rupture avec la société capitaliste, fuyant la ville et la société de consommation, évoque aujourd’hui les préoccupations qu’ils partagent avec la population locale.

Télé Flux - Le Gué Daney

Bernard Mantelli, 1994

Serge Daney parle de la télévision : «  Media… Medium… Médiocre… tout ça c’est un peu la même chose…".

Conversation Nord-Sud : Daney/Sanbar

Simone Bitton, Catherine Poitevin, 1993

Pendant la guerre du Golfe, Serge Daney avait écrit que la conversation, selon lui «  un art typiquement franco-arabe  », n’arrivait plus à s’instaurer entre lui et ses amis arabes. Attristées par ce constat, les réalisatrices ont voulu lui offrir un cadre, à la fois réel et cinématographique, dans lequel il pourrait renouer ce dialogue un moment interrompu. Le choix de son interlocuteur s’est imposé d’emblée : Elias Sanbar, Palestinien, historien, directeur de la revue «  Études palestiniennes  ».

Propos d’un passeur : Serge Daney

Philippe Roger, 1993

A partir de quatre films (« Un Roi à New York », « D day to Berlin », « Une Sale Histoire », « La Chambre verte »), Serge Daney parle de cinéma. A la fois générale et concrète, sa pensée s’exprime librement, lumineusement. Plaisir rare de voir ‘en direct’ une intelligence au travail.

Conversation Nord-Sud : Daney-Sanbar

Simone Bitton, Catherine Poitevin, 1993

Conversations entre Serge Daney et Elias Sanbar, historien, directeur de la « Revue d’etudes palestiniennes ». Un échange entre deux cultures, deux histoires qui se retrouvent dans un même désir de parole.

Epicerie de ma mère (L’)

Jean-Marie Barbe, 1992

Ce film est le portrait d’une épicerie où défile quotidiennement la foule apparemment anonyme des villageois. Écouter ou informer, le rôle central de l’épicerie se dessine au long d’une journée imaginaire rythmée par les allées et venues, les gestes du quotidien et le son incessant du rideau en bois qui annonce l’entrée ou la sortie des clients.