Ville Louvre (La)

Un film de Nicolas Philibert

 1990  France  Documentaire  85 mn  Couleur  35 mm  Mode de production : Cinéma  VF

Producteur :
Les films d’ici (62 bld Davout, 75020 Paris, téléphone : 01 44 52 23 23, fax : 01 44 52 23 24, mail : courrier@lesfilmsdici.fr)
Distributeurs :
Images de la culture (CNC) (291 boulevard Raspail, 75014 Paris, Tél : 01 44 34 34 40, Fax : 01 44 34 37 25, @ : idc@cnc.fr)
Les films d’Ici (62 Bd Davout, 75020 Paris, Tél : 01 44 52 23 23, Fax : 01 44 52 23 24, Mail : courrier@lesfilmsdici.fr)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)
 Éditeur :
Éditions Montparnasse (12 villa Cœur de Vey, 75014 Paris, téléphone : 01 56 53 56 53, fax : 01 56 53 56 59, mail : accueil@editionsmontparnasse.fr )

Cette exploration des coulisses du musée du Louvre jette quelques lumières sur l’activité quotidienne et largement insoupçonnée des 1200 professionnels qui concourent à le faire vivre. Mais, loin de tout didactisme, « La Ville Louvre » suscite l’émotion, le sourire et le rêve. Au fil des des salles d’exposition et des kilomètres de couloirs, il convie à une promenade où l’on croise beaucoup d’œuvres, mais sans jamais s’y arrêter.

En 1988, invité à filmer pendant une journée le déplacement de plusieurs tableaux monumentaux, Nicolas Philibert a poursuivi de sa propre initiative le tournage durant de longs mois, en suivant dans leurs gestes et leurs déplacements quotidiens des dizaines d’employés effectuant les tâches les plus diverses. Ce patient travail d’observation lui a permis de saisir toutes sortes de conversations et de situations cocasses, poétiques ou incongrues. Le musée vivait alors une période charnière de grande réorganisation, qui allait déboucher, plusieurs années plus tard, sur l’ouverture du Grand Louvre. Cependant, le film n’impose aucun commentaire et n’offre d’informations générales que dans quelques cartons finaux. Par la musique et le déroulement du montage, il se présente plutôt comme une fiction. Les silhouettes entrevues deviennent peu à peu des personnages et le film se conclut par quelques portraits muets en plans fixes d’une belle intensité.

Eva Ségal, Images de la culture

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Projeté dans le festival :