Algériennes 30 ans après

Un film de Ahmed Lallem

 1995  France  Documentaire  54 mn  Couleur  Béta SP  Mode de production : Télévision  VF

Producteur :
Les films d’ici (62 bld Davout, 75020 Paris, téléphone : 01 44 52 23 23, fax : 01 44 52 23 24, mail : courrier@lesfilmsdici.fr)
Distributeur :
Les films d’Ici (62 Bd Davout, 75020 Paris, Tél : 01 44 52 23 23, Fax : 01 44 52 23 24, Mail : courrier@lesfilmsdici.fr)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)
 Éditeur :
Médiathèque des Trois Mondes (La) (63 bis rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris, Tél : 01 42 34 99 00, Fax : 01 42 34 99 01, Mail : mtm@cine3mondes.com)

En 1966, quatre années après l’indépendance de l’Algérie. Ahmed Lallem réalisait « Elles », documentaire qui laissait la parole à des lycéennes de première et de terminale à Alger.

Trente ans après, le réalisateur a retrouvé certaines d’entre elles : Souad, Farida, Hassina ou Badra, femmes belles, touchantes, intelligentes, qui nous parlent de leur vie, de leurs choix, et se souviennent de leur adolescence.

Adolescence où le lycée constituait une liberté face à l’environnement familial traditionnel, un privilège pour une fille à qui l’Etat ne garantissait pas le droit à l’instruction face à la loi du patriarcat : quand une élève était retirée de l’école pour être mariée, l’Etat laissait faire.

Non contentes d’avoir obtenu le bac, Souad et Hassina, elles, ont affronté leur père pour pouvoir continuer leurs études. Premiers affrontements…

Trente ans après, ce sont des femmes mures et émancipées qui nous parlent : « La femme algérienne gémit, menace parfois, mais parle rarement. Malgré tout nous tenons à parler car nous devons le faire ».

Elles parlent. Celles qui sont parties, celles qui sont restées.

Elles évoquent ces trente années : l’espoir, l’entêtement, la vie, les renoncements, le fondamentalisme islamique et le code de la famille. Et leur regard et leur sourire en disent long lorsqu’elles parlent des petits neveux qui rentrent de l’école en disant à leur mère, à leurs tantes, qu’elles devraient porter le hidjab, rester à la maison et de ne pas conduire la voiture.

Tragique basculement pour ces femmes, pour qui le savoir et l’éducation de la pensée étaient et restent au coeur de la vie.

À travers leurs différents parcours ce film explore la complexité de la vie des femmes algériennes, leurs déceptions mais aussi leur combativité, à travers, en toile de fond, les trente dernières années de l’histoire algérienne.

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Projeté dans le festival :

Pour aller plus loin

Film programmé dans le cadre de la 7ème édition de la Décade Cinéma et Société : El Djazaïr ! France-Algérie, du colonialisme à aujourd’hui