Femmes des 12 frontières

Un film de Claudine Bories

 2003  France  Documentaire  72 mn  Couleur  DVCAM  Mode de production : Télévision  VF

Producteur :
Les films d’ici (62 bld Davout, 75020 Paris, téléphone : 01 44 52 23 23, fax : 01 44 52 23 24, mail : courrier@lesfilmsdici.fr)
Distributeur :
Les films d’Ici (62 Bd Davout, 75020 Paris, Tél : 01 44 52 23 23, Fax : 01 44 52 23 24, Mail : courrier@lesfilmsdici.fr)

Du 25 mai au 10 juin 2002, une cinquantaine de femmes militantes des pays d’ex-Yougoslavie et d’Albanie se sont réunies pour traverser ensemble les frontières imposées, réelles ou imaginaires, entre leurs pays, entre leurs communautés. Leurs objectifs étaient de se confronter à la réalité de l’autre, de faire face au passé des guerres récentes et à la question de la responsabilité, de se soutenir mutuellement dans leurs luttes respectives contre les pressions communautaires de tous ordres, contre les cloisonnements.

Voyage étonnant, voyage bouleversant, au cœur d’un pays dont la beauté échappe au temps.

Ce n’est ni un documentaire sur les causes de la guerre ni une oeuvre dédiée au miracle du pardon. Non, simplement un film qui donne à entendre et à voir le refus, compliqué, têtu, conquis, construit, de la haine de l’autre. Et c’est saisissant.

Parce que la douleur est là. Parce que le deuil est là. Parce que l’ennemie est là. La femme qui a passé trois mois à se cacher dans la forêt, cette forêt-là, avec deux mille autres personnes, ne peut pas oublier que, parmi celles qui viennent manifester avec elle, il y a des représentantes de la même nationalité que les gens qui tiraient sur eux. Elle ne l’oublie pas. Elle surmonte, elle déplace, elle transforme ce qui pourrait demeurer haine brute, ressentiment généralisé, c’est là la beauté de ce film, nous donner à pressentir, à ressentir l’extraordinaire courage de ces femmes ordinaires, qui ont perdu un mari, un fils, au nom d’une identité, nation ou confession, et qui refusent que ce soit synonyme de force de mort. Elles n’ont probablement pas toutes la même analyse politique, elles viennent de milieux différents, elles ne parlent pas toutes la même langue, mais toutes acceptent de se nommer, de se situer, de raconter, sans aucune sentimentalité, et si nous avons les larmes aux yeux, c’est leur dignité, leur intime héroïsme qui nous les fait venir.

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Incontournable dans la période :

Pour aller plus loin