Parce que j’étais peintre, l’art rescapé des camps nazis

Un film de Christophe Cognet

 2013  France, Allemagne  Documentaire  104 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma

 Scénario : Christophe Cognet, Jean Breshand, Pierre-François Moreau  Image : Nara Kéo Kosal  Son : Graciela Barrault, Didier Cattin  Montage : Catherine Zins

 Participants : Yehuda Bacon, José Fosty, Walter Spitzer, Samuel Willenberg, Kristina Zaorska

Producteur :
La Huit (218 bis rue de charenton, 75012 Paris, Tél : 01 53 44 70 88, Fax : 01 43 43 75 33, Mail : distribution@lahuit.fr)
Distributeur :
Jour2Fête (7 rue Ambroise Thomas, 75009 Paris, Tél : 01 40 22 92 15, @ : contact(@)jour2fete.com)

Ce film mène une enquête inédite parmi les œuvres réalisées clandestinement dans les camps nazis.

Il dialogue avec les rares artistes déportés encore vivants et avec les conservateurs de ces œuvres : des émotions qu’elles suscitent, de leur marginalisation, leurs signatures ou leur anonymat, de leur style, ainsi que de la représentation de l’horreur et de l’extermination.

Surtout peut-être, il contemple longuement les dessins, croquis, lavis, peintures, conservés dans les fonds en France, en Allemagne, en Israël, en Pologne, en Tchéquie, en Belgique, en Suisse…

Dans ce voyage parmi ces fragments d’images clandestines et les ruines des anciens camps, il propose une quête sensible entre visages, corps et paysages, pour questionner la notion d’œuvre et interroger frontalement l’idée de beauté. L’enjeu en est dérangeant, mais peut-être ainsi pourrons-nous mieux nous figurer ce que furent ces camps, appréhender les possibles de l’art et éprouver ce qu’est l’honneur d’un artiste – aussi infime et fragile que soit le geste de dessiner.

Pour découvrir ce film

Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :
Projeté dans le festival :