S21, la machine de mort khmère rouge

Un film de Rithy Panh

 2001  Cambodge  Documentaire  101 mn  Couleur  35 mm  Mode de production : Cinéma  VO, VOSTF (Cambodgien)

 Musique : Marc Marder  Image : Rithy Panh, Prum Mésar  Son : Sear Vissal  Montage : Marie-Christine Rougerie

Producteur :
INA productions (4, avenue de l’Europe, 94366 BRY-SUR-MARNE, Tél : 01 49 83 26 90 / 01 44 23 11 22, Fax : 01 49 83 25 97, Mail : sdec@ina.fr)
Distributeur :
Ina (4, avenue de l’Europe, 94366 BRY-SUR-MARNE, Tél : 01 49 83 20 00, Fax : 01 49 83 31 82, mail : dpcr@ina.fr)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)
 Éditeurs :
Éditions Montparnasse (12 villa Cœur de Vey, 75014 Paris, téléphone : 01 56 53 56 53, fax : 01 56 53 56 59, mail : accueil@editionsmontparnasse.fr )
Médiathèque des Trois Mondes (La) (63 bis rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris, Tél : 01 42 34 99 00, Fax : 01 42 34 99 01, Mail : mtm@cine3mondes.com)

Au Cambodge, les Khmers rouges prennent le pouvoir en 1975. Ils vont faire régner la terreur : populations déplacées, camps de travail forcé, exécutions, famine…

S 21 était le principal bureau de la sécurité. Dans ce centre de détention situé au cœur de Phnom Penh, près de 17 000 prisonniers ont été torturés, interrogés puis exécutés entre 1975 et 1979. Trois d’entre eux seulement sont encore en vie.

S 21, la machine de mort khmère rouge tente de comprendre comment le parti communiste du Kampuchea démocratique a organisé et mis en œuvre sa politique d’élimination systématique.

Depuis quelques années, l’hypothèse d’un procès des responsables génocidaires khmers rouges agite la société cambodgienne. C’est dans ce contexte que le cinéaste Rithy Panh a entrepris un travail filmique de confrontation des mémoires des victimes rescapées et de leurs anciens bourreaux.

Pendant près de trois ans, Rithy Panh et son équipe ont entrepris une longue enquête auprès des rares rescapés, mais aussi auprès de leurs anciens bourreaux. Ils ont convaincu les uns et les autres de revenir sur le lieu même de l’ancien S 21, actuellement reconverti en musée du génocide, pour confronter leurs témoignages.

Le réalisateur confronte les anciens bourreaux et leurs victimes. Il parvient même à faire mimer par l’un des geôliers le quotidien de l’horreur. L’implacable machinerie du meurtre organisé apparaît ici à travers les photographies d’archives, les mots, les gestes et les lieux.

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Période :
Projeté dans les festivals :