Regain

Un film de Marcel Pagnol

 1937  France  Fiction  121  Noir & Blanc  35 mm  Mode de production : Cinéma  VF

 Adapté de : l’oeuvre de Jean Giono  Scénario : Marcel Pagnol  Musique : Arthur Honegger  Image : Willy, Roger Ledru, Pierre Arnaudy, Henri Darriès  Son : Jean Lecoq, Marcel Lavoignat, Max Olivier, Etienne Fabre  Montage : Suzanne de Troeye, assistée de Jeannette Ginestet

 Distribution : Orane Demazis, Fernandel, Gabriel Gabrio, Marguerite Moreno, Robert Le Vigan, Edouard Delmont, Charles Blavette, Milly Mathis, Henri Poupon, Odette Roger

Producteur :
Distributeur :
Compagnie méditerranéenne de films (9, rue de Vanves, 92100 Boulogne Billancourt, Tél : 01 47 61 04 26, Fax : 01 47 61 03 02)

Aubignane, un village perché sur un plateau de Haute Provence où seul habite Panturle. Tout autour, morte, la terre ne produit plus rien. D’après la Mamèche, si Panturle trouve une femme à marier, le village pourra renaître. Gedémus, un rémouleur itinérant, se dirige sur Aubignane accompagné d’une jeune femme misérable qu’il traite comme une bête de somme. Cette femme, Arsule, sera-t-elle la nouvelle Eve promise par la Mamèche ?

« Le film pour lequel j’ai construit un village ». Ainsi Marcel Pagnol présente Regain à sa sortie le 2 octobre 1937. Marcel Pagnol est alors célèbre aussi bien sur le plan du théâtre que sur celui du cinéma grâce notamment à Marius, Fanny, César et Topaze qui lui ont apporté gloire et fortune. Désormais il est son propre producteur et décide d’adapter pour la seconde fois un roman de Jean Giono, après Angèle, adaptation réalisée de Un de Baumugnes. Un problème persiste toutefois : Aubignagne, village décrit par Giono est inaccessible aux caméras et aux camions de prise de son. Pagnol décide alors de construire un vrai village, entièrement en pierres, sur la colline Saint-Esprit en lieu et place d’un village en ruines. Maçons, charpentiers travaillèrent jour et nuit pour donner corps au village du drame provençal. Avec un minimum de personnages et un dialogue moins abondant que de coutume, le paysage domine le drame, scandé par la symphonie d’Honegger.

Film programmé lors des rencontres « Autour du 1er mai » 2007 sur le monde rural

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :