Defamation

Un film de Yoav Shamir

 2008  Islande, Autriche, USA  Documentaire  93 min  Couleur  35 mm  Mode de production : Cinéma  VOSTF (hébreu, anglais)

 Musique : Mischa Krausz  Image : Yoav Shamir  Montage : Morten Hojbjerg

Producteur :
Knut.Ogris.Film (Hamburgerstraße 20/3, A-1050 Vienne,, Tel : +43/1/5812091, Fax : +43/1/5813346, Mail : knut.ogris.films@aon.at)
Distributeur :
Cinephil (Levoutin Street 18, 65112 Tel Aviv, Israël, Tél : 972 3 566 41 29, Fax : 972 3 560 14 36, Mail : info@cinephil.co.il)

Que signifie l’antisémitisme aujourd’hui, deux générations après l’Holocauste ? Dans le cadre de ses recherches incessantes sur la vie moderne de la société israélienne, le réalisateur Yoav Shamir (Checkpoints, Flipping Out) voyage à travers le monde, en quête des manifestations les plus modernes de la « haine la plus ancienne », et trouve quelques réponses alarmantes à cette question. Dans le cadre de cette recherche irrévérencieuse, il suit des leaders juifs américains dans des capitales européennes dans leur mission d’avertir les gouvernements du danger croissant de l’antisémitisme, et il colle aux talons d’une classe d’école israélienne en pèlerinage à Auschwitz.

Pendant ce voyage, Shamir rencontre l’historien controversé Norman Finkelstein, qui diffuse ses idées peu populaires que l’antisémitisme est utilisé aujourd’hui par la communauté juive, et notamment par Israël, pour tirer des profits politiques. Il se rattache également au point de vue d’érudits comme Stephen M. Walt et John J. Mearsheimer, et assiste aussi à l’exposé qu’ils font en Israël après la parution de leur livre « Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine » sur l’influence démesurée dont jouit le lobby pro-israélien à Washington. Yoav visite également Yad Vashem, le mémorial de l’Holocauste à Jérusalem, un arrêt obligatoire pour tous les hommes politiques dans le monde lorsqu’ils se rendent en Israël. Dans le cadre de son séjour à Jérusalem, il passe également voir sa grand-mère qui lui présente son point de vue sur ce sujet et déclare qu’elle est « la vraie Juive ».

Le film met en question nos opinions et notre terminologie lorsqu’un incident est décrit par certains comme un acte d’antisémitisme et par d’autres comme une critique légitime de la politique israélienne. Ce film se meut à la limite de l’antisionisme qui rejette la notion d’un État juif et de l’antisémitisme qui rejette les Juifs. Le premier est-il utilisé pour excuser le second ? Et : existe-t-il une différence entre la forme actuelle de l’antisémitisme et «l’ancienne forme du racisme ordinaire » qui touche toutes les minorités ?

Les avis diffèrent souvent et les tempéraments s’enflamment parfois, mais dans Defamation, nous reconnaissons qu’une chose est certaine – ce n’est qu’en comprenant leur réaction à l’antisémitisme que nous pouvons également apprécier comment réagissent aujourd’hui les Juifs, et notamment les Israéliens modernes, au monde qui les entoure, à New York, à Moscou, à Gaza et à Tel Aviv.

Pour découvrir ce film

Vidéo :
Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :