Lee Kyung Hae

Un film de Daniel Tromben Rojas

 2007  France  Documentaire  52 min  Couleur  DVCAM  Mode de production : Cinéma  VOSTF ()

Producteur :
Chapacan Production (27 rue Peypagan, 13400 Aubagne, Fax. 04 91 62 46 30, cedric@chapacan.net)
Distributeur :
Chapacan Production (27 rue Peypagan, 13400 Aubagne, Fax. 04 91 62 46 30, cedric@chapacan.net)

Qui était Lee Kyung Hae et quelles sont les motivations profondes qui l’ont entraîné à accomplir cet acte définitif ?Comment se définissent exactement les enjeux de la lutte qui a poussé ce petit paysan à sacrifier son existence ? Autant de questions auxquelles le film tentera de répondre en retraçant le parcours de cet homme qui lutta jusqu’à son dernier souffle pour sauvegarder la culture de ses ancêtres et maintenir l’existence de la petite paysannerie. De fait, Lee Kyung Hae n’était pas réellement un fermier comme les autres. Après avoir suivi de brillantes études universitaires, il avait pris le parti de revenir à la terre. Un vieux rêve qu’il avait réalisé en bâtissant une ferme modèle de 20 hectares à Jangsu, son village en Corée du Sud. Lee avait pour ambition de résister au système libéral en montrant de quelle manière les fermiers pouvaient survivre, développer leur production et être compétitifs malgré la chute des prix agricoles. « Quand il est venu en province pour être paysan et réaliser son rêve, il a rencontré beaucoup de difficultés. Il n’était pas le seul confronté à cette situation, tous les autres paysans l’étaient aussi C’est en voulant résoudre ces problèmes qu’il est devenu le militant des paysans », témoignera sa sœur. En 1999, Lee fut mis en faillite par la banque et perdit sa ferme. Une faillite liée dans son pays à des importations massives de riz américain subventionné et donc vendu quatre fois moins cher que le riz coréen, entraînant à court ou moyen terme l’extinction pure et simple d’une tradition millénaire perpétuée jusqu’à aujourd’hui par des agriculteurs indépendants. Lee décida alors d’entrer en politique et fut élu trois fois de suite à un siège législatif en tant que représentant des fermiers mais malgré ses efforts, il continuait d’assister impuissant à la débâcle de ses pairs. La culture coréenne est basée sur le riz qui constitue un mode de vie ancestral et représente 52 % de la production agricole. Au cours de ces dix dernières années, la Corée du Sud a perdu presque la moitié de ses 6,6 millions de fermiers. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 3,6 millions dont la plupart, sous la menace du commerce libéral, sont condamnés à disparaître.

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :
Vidéo :

Le film dans la base

Chemin d’accès :