Déserteurs du Vietnam (Les) (Sir ! No sir !)

Un film de David Zeiger

 2005  États-Unis  Documentaire  52 min  Couleur  Mode de production : Télévision  VOSTF (anglais)

 Musique : Buddy Judge  Image : May Rigler, David Zeiger  Son : Tucker Stille  Montage : Lindsay Mofford, May Rigler

Producteurs :
Displaced films (3421 Fernwood Avenue, Los Angeles, CA 90039, Etats-Unis, Tel : 323-906-9249, Fax : 323-913-0683, e-mail : displaced@mindspring.com)
Arte France (8, rue Marceau, 92785 Issy-les-Moulineaux cedex 9, Tél : 01.44.30.46.00)
Distributeur :
Displaced films (3421 Fernwood Avenue, Los Angeles, CA 90039, Etats Unis, Tel : 323-906-9249, Fax : 323-913-0683, e-mail : displaced@mindspring.com)

Quand l’Histoire, ou plutôt la conscience collective, convoque les images, elle fonctionne par automatismes : au mouvement pacifiste américain durant la guerre du Vietnam sont presque toujours associés les étudiants peace and love, soutenus par quelques célébrités et égéries comme Jane Fonda, d’ailleurs bien présente dans ce documentaire américain. En revanche, on connaît moins l’autre versant de ce mouvement : l’histoire des déserteurs de la guerre du Vietnam, récalcitrants solitaires, révoltés courageux au sein même de l’institution.

À partir de 1968, le mouvement antiguerre prend de l’ampleur sur le terrain, au Vietnam, mais aussi dans les bases militaires aux Etats-Unis. Si bien qu’en 1971 ils sont des milliers de jeunes vétérans à jeter leurs médailles sur les marches du Capitole, à Washington. Beaucoup de ces déserteurs passeront en cour martiale et écoperont de plusieurs années de prison. La guerre du Vietnam aura duré dix ans, causant la mort de cinquante mille Américains et de trois millions de Vietnamiens.

Trente-cinq ans plus tard, les vétérans déserteurs ont encore le visage creusé, les yeux embués ou l’air hagard ; derrière les épreuves et les vies brisées, on cherche cette paix intérieure qui devrait avoir gagné ces hommes qui ont dit non. Mais on sent bien que la chose est plus compliquée que cela.

À la lumière de la guerre en Irak, et de ses cinq mille cinq cents déserteurs américains recensés à la mi-2005, ce documentaire au montage syncopé prend une force supplémentaire, et cette remarquable leçon d’humanité se transforme, presque malgré elle, en plaidoyer.

Pour découvrir ce film

Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :
Dans la sélection filmographique :